Du coquelicot à la poupée rouge?

Avec le coquelicot, ma grand-mère faisait une tisane contre la toux, petite à chaque accès de rhume, j'y avais droit, en petite dose cependant, car mamie disait qu'à grosse dose ou on dort des heures ou on hallucine ! Je me suis toujours demandée si elle avait testé pour dire cela :)Bref, la cueillette faite, on faisait sécher les pétales et on les conservait pour l'hiver dans des grosses boites en fer blanc. © Christel

Avec le coquelicot, ma grand-mère faisait une tisane contre la toux, petite à chaque accès de rhume, j'y avais droit, en petite dose cependant, car mamie disait qu'à grosse dose ou on dort des heures ou on hallucine ! Je me suis toujours demandée si elle avait testé pour dire cela :)

Bref, la cueillette faite, on faisait sécher les pétales et on les conservait pour l'hiver dans des grosses boites en fer blanc.

 detail_du_coquelicotpoupee.jpg

© Christel

Et l'hiver, le rhume arrivant, on avait droit à ses trois tasses de tisane rouge bien sur, avec du miel.

J'ai toujours aimé les coquelicots qui donnent aux champs cette touche de couleur bien particulière. Ce jour-là, en 2005, nous faisions une excursion dans les montagnes de Kabylie, et des champs de coquelicot, on en a vu un peu partout à flanc de montagne, un arrêt pour en cueillir quelques uns et dans le bus se trimbalant cahin-caha sur les routes accidentées de montagne, Jean-Luc se met au travail, le défi : faire d'un gentil coquelicot rouge une jolie poupée rouge et noire !

Voila la préparation, mais je n'ai plus la photo du résultat, perdue en cours de déménagement.

Mais je vous assure que ce dernier avait de l'allure :)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.