Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

39 Éditions

Billet de blog 10 juin 2009

Der Vorleser, film de Stephen Daldry

Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DavidKrossFans

Allons bon, encore un film adapté d’un roman de formation ou d'apprentissage, encore un, oui mais quel roman !! Rien de nouveau sous le soleil avec les trois sacro saintes parties du genre donc : années de jeunesse, années d'apprentissage, années de maîtrise.

Et la question finale (irrésolue dans ce roman comme peut-être dans le film) : mais quelles sont donc les leçons à tirer de son passé ? Faut-il s’excuser de certains de ses actes ou ne pas le faire…. citation importante qui vient d’Hanna elle-même (le personnage féminin principal du film) et réponse á une question ouverte au cours de ce dernier avec une citation extraite de "Guerre et paix" de Tolstoï . "Personne est obligé de s'excuser".

Qui s’oppose tellement frontalement à celle du professeur de droit : "Les sentiments n'ont pas d'importance. Ce sont les actes qui comptent"..

Vous me trouvez cryptique? C’est exprès, c’est juste pour vous donner envie d’aller voir le film et de lire le livre !

Sans rire, si on réussit a sortir du livre que l’on a lu et apprécie, ce film est un bon film. L’histoire est forte, certes. Un avocat, Michael Berg (David Kross et Ralph Fiennes dans le film), se remémore l’histoire d’amour qu’il a vécue, adolescent, avec Hanna Schmitz (Kate Winslet), une femme plus âgée rencontrée par hasard. C’est ce que j’ai dit a l’amie catalane qui m’accompagnait en lui disant que je ne pouvais raconter la suite sans gâcher le film. La suite et tout le mystère du film est dans le passe et la blessure du personnage féminin. J’étais curieuse de voir comment allaient se débrouiller une équipe de cinéma avec l’adaptation de ce livre foisonnant à cheval entre ouvrage philosophique, drame, et réflexion sur la responsabilité collective face à l’holocauste.

Le film repose sur les épaules des deux acteurs seuls protagonistes de l’Histoire et de l’histoire qui nous occupe. Enfin plutôt d’une seule… Kate Winslet est formidable de mystère. Je retrouve le troublant personnage du livre dans son jeu contradictoire de beauté et de cruauté.

L’avocat du film est un personnage encore, si besoin est, plus pitoyable que le narrateur du roman. Non pas que le jeu de l’acteur soit en dessous de celui de l’actrice, non. Mais il est juste très pollue par toute une série de personnages autour qui n’ont aucune importance, sa fille par exemple, son amante….qui n’existent pas dans le livre dans mon souvenir. A savoir pourquoi les scénaristes ont jugé bon de créer des personnages supplémentairement, peut-être pour permettre à l’avocat de léguer son histoire ? Pour moi c’est un peu contradictoire avec le livre qui, en fin de compte dans l’échange entre la rescapée et l’avocat dit un peu l’inverse… L’Histoire n’apprend rien de rien sur ce que l’Homme est ou peut faire comme atrocités. La rescapée le dit en disant que l’on ne peut rien apprendre dans le camp. La seule vérité restant celle des faits et des actes.

Et si le rythme du film n’est pas celui du livre, c’est sûrement mieux… ou pire. Dans le sens où il n’a pas de rythme justement dans ce film, juste une suite lancinante d’événements traites en flash-back… Je me rappelle un livre plus "haché", mais je l’ai lu il y a plusieurs années… En tout les cas, une adaptation soignée pour un livre qui m’avait impressionnée. Il sort en France à la mi-juillet, d’après ce que j’ai lu. je en saurai que trop vous le conseiller, tout comme le livre...

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=126664.html

http://de.wikipedia.org/wiki/Bernhard_Schlink

Je ferai un autre article sur l’auteur du livre car il écrit aussi de très bons romans policiers…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum