Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

39 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2008

Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

Le chapeau sur l'étagère (pour Lise)

Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Puis je l’ai regardé, la haut de mon lit. Le chapeau rond avec sa fleur noire stylisée sur le coté, le chapeau de mon arrière grand-mère, chapelière de métier. Ce chapeau, je l’avais sauvé d’un vide grenier il y a quelques années. Gardé, soigné, porté à deux occasions. Pas si facile de nos jours de porter ce genre de jolies choses. Pourtant, certaines occasions s’y prètent.

Comme celle d’aujourd’hui. Aujourd’hui, je suis allée me recueillir, c’est comme ça que disent ceux qui croient, je crois. J’ai cru moi aussi il y a longtemps. Donc, comme ils disent, je me suis recueillie sur la tombe de mon amie Lise. La tombe, quel mot rempli de froideur qui exprime trop bien ce qu’il incarne !

Lise est morte, pas il y a quelques jours, pas hier, pas aujourd’hui, Lise est morte il y a des mois. Mais malgré les moyens de communication modernes, je ne l’ai su que recemment. Bien trop tard pour l’autre mot froid qu’on appelle enterrement, qui a eu lieu en juillet.

Il devait faire beau, enfin pas sur, en Angleterre, dans le Dorset, on ne sait jamais. Je l’entends encore Lise, quand je me levais le matin, en sentant la fameuse odeur de porridge dont elle ne pouvait pas se passer au petit-déjeuner. Ce rituel de phrase, un jeu entre nous, qui chaque fois, déclenchait sinon un sourire souvent un fou rire.

- « And the wheather ? (Lise avait l’habitude de promener le chien tôt le matin, Bella, appréciait. la ballade matinale autant que sa maîtresse, elle aussi).»

- « Who knows ? Not me, seems to be that we won’t be able to reply to this so simple question. Bella, tell us ! »

Et la chienne arrivait, frétillante et avec son regard si triste de cocker que nous en éclations régulièment de rire !

Il faisait froid, un vent glacial dans le cimetière de Wareham, pas loin de l’eglise où se trouve la fameuse effigie habillée en arabe de Thomas Edward Lawrence, qui s’est tué, comme Lise, mais beaucoup plus jeune sur une route du Dorset.

On ne choisit jamais sa mort, et c’est surement mieux. Pourtant, j’aurais aimé qu’elle attende un peu. Lise j’aurais aimé aller lui rendre visite une dernière fois et ballader Bella de nouveau en silence, dans cette campagne verte qu’elle aimait tant.

Lise ne sortait jamais sans un chapeau, ses chapeaux qu’elle gardait précieusement sortes de boites magiques, où du moins, elle me semblaient incroyables tant ce qu'elle en sortait me fascinait. Il y en avait deux ou trois qu’elle m’avait dit qu’elle me léguerait, une mantille adorable. Mais son fils a du se séparer de tant de choses si vite que je n’ai pas eu les chapeaux. Alors, comme je savais que j’allais aller la voir un peu tard, j’ai emmené celui de mon arrière grand mère Charlotte. Une forme de clin d’œil comme un autre, elle aurait apprécié, j’en suis sure. En me rappelant nos essayages de chapeaux devant la froide tombe, je me suis mise à sourire, quand le vent a arraché le chapeau de ma tête et que je suis partie le poursuivant entre les tombes ! Ensuite, je me le suis remis sur la tête, et je me suis mise à pouffer. Cest bizarre de rire devant une tombe dans un cimetière désert, mais qu’est ce que ca fait du bien !

Alors bon vent Lise, je me suis recueillie morte de rire devant ta tombe la semaine dernière, et j’espère que tu as ri aussi de me voir rire avec sur la tête le chapeau de Charlotte. Peut-être bien qu’elle aussi, elle en a ri !!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol