Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

39 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2008

Les hasards des renouvellement de carte bancaire ! et de l'art de s'enrhummer !

Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis retrouvée privée de médiapart quelques jours suite à renouvellement de carte bancaire et désabonnement intempestif du site, mais grâce à un service technique efficace, je peux de nouveau lire le journal :)

Que j'apprècie toujours autant !! malgré ce souci technique...

En attendant, sur ce petit blog une information qui m'a plutôt étonnée...bien que, me regardant m'enrhummer régulièrment plusieurs fois par an, cela semble réel... Je souligne d'ailleurs un site particulièrment interessant !!

De l'art de s'enrhummer !! ou de ne pas y échapper plutôt !

Les adultes qui ont un rhume laissent le virus sur environ 35% des objets qu'ils touchent. Une heure après que quelqu'un d' infecté laisse une gouttelette comportant le virus sur une surface, ce dernier peut être attrapé par quelqu'un d' autre 60% du temps. Par ailleurs, 24 heures plus tard, 33 % des gouttelettes chargés de virus se retrouvent sur un doigt de quelqu'un. Durant des essais, les chercheurs ont remarqué que certains laissent peu de virus derrière eux tandis que d' autres contaminent tous les sites en test. Même si cette étude a été financé par un groupe vendant un spray désinfectant, il faut surtout se souvenir qu' il faut se laver les mains souvent.

Pour être infecté par le rhinovirus qui cause pratiquement la moitié des rhumes des adultes et enfants, vous devez avoir le virus sur le bout de vos doigts et qu' ensuite vous le mettiez dans votre nez ou votre oeil. L 'équipe de chercheurs avaient pour objectif d' estimer quantitativement quand cette transmission avait vraiment lieu. Ils ont donc trouvé 15 personnes réellement infectées et leur on demandé de passer la nuit dans une chambre d' hôtel. On demandait à ces volontaires malades de dormir, de se lever, de passer deux heures dans la chambre puis de partir. Les chercheurs leur demandaient de désigner ce qu' ils avaient touché ensuite.

Sur les 150 sites qu 'ils ont montré, il s 'est avéré que 52 comportaient le virus : 35% de ce qu' ils avaient touché en gros. Les endroits de contamination les plus fréquents sont alors l' interrupteur, le stylo d' hôtel, les boutons de robinet, la poignée de porte, la télécommande et le téléphone.

Deux des porteurs de virus n' ont laissé aucun de ces dernier derrière eux.

Les chercheurs ont ensuite procédé à une deuxième étude. Ce n' est en effet pas parce que le virus est sur une surface que vous allez être infecté par lui. L' équipe a préservé des échantillons de mucus de chaque volontaire. Plusieurs semaines par la suite, les chercheurs ont mis quelques gouttes de leur mucus sur les surfaces de la chambre d' hôtel. On a laissé certaines de ces gouttes sécher pendant une heure et d' autres pendant 24 heures. Ensuite, on a exposé les anciens malades à leurs propres mucus (afin qu' ils ne retombent pas malades). Les chercheurs ont remis ces échantillons sur des objets dans la chambre.

Ils ont ensuite regardé les doigts des volontaires. Lorsque le virus était resté 24 heures, la contamination atteignait 33%. Pour une heure, 60% du temps, les volontaires étaient contaminés à nouveau.

SOURCE : http://www.imaginascience.com/actualites/accueil_actualites.php?action=fullnews&showcomments=1&id=189

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat