Le billet du lundi: du goût pour les montres et diverses pendules

Il n’y a pas à dire, changer d’heure parfois, cela remet les pendules à l’heure.

Il n’y a pas à dire, changer d’heure parfois, cela remet les pendules à l’heure.
















Une heure de moins hier et donc, il m’a fallu changer l’heure sur les diverses montres et pendules de la maison. Je n’y peux rien et je l’avoue bien: j’aime les montres et les pendules. J’en possède… un certain nombre. Je me fiche royalement de la polémique vue sur Karambolage (l’émission franco-allemande d’Arte) sur le changement d’heure revu et revisité de par son histoire à divers reportages sur l’éternelle question de savoir si cela fait réellement faire des économies à tout le monde:  le changement d’heure, pour moi, a un effet positif. Il m’oblige à remettre à l’heure montres et pendules que je possède, appareils numériques en moins puisqu’ils se débrouillent tout seuls.

Et cette opération me rappelle l’histoire de chacun de ces objets offerts, acquis ou hérités. De mes grands-parents, j’ai hérité deux vieilles montres, qui se remontent à la main. Je les aime beaucoup, elles me rappellent le côté humain de la vie. Sa mécanique effectivement. Si on oublie de tourner la manivelle, rien ne se passe, tout se bloque. Une est à gousset et c’est un objet que j’aime avoir en main. Je me demande toujours combien de fois mon arrière grand-père a fait ce geste de regarder l’heure sur cette montre.

Ma première montre de communiante, premier objet de valeur avec la croix allant de pair que j’ai eues en cadeau. En argent pour la montre, en or pour la croix. Je les ai toutes deux peu portées car très vite ce fût la mode des montres à cadran numérique et des pendants de couleur. Pendant longtemps, je n’ai eu que ce genre de montres numériques et avais oublié comment lire l’heure sur une montre traditionnelle ! Je ne les pas toutes gardées ces différentes casio numériques, mais j’en ai encore une de l’époque, au cadran bien abîmé. Pendant longtemps, j’ai eu des montres avec des bracelets en cuir. Depuis 15 ans, je suis passée aux montres à bracelet métalliques car ma peau, aussi bizarre que cela puisse sembler, mange le cuir bien trop vite !

Je me suis donc racheté une montre traditionnelle avec bracelet métallique avec mon premier salaire véritable. Une citizen qui marche encore malgré son cadran rayé. Je n’ai pas refait la même erreur plusieurs années plus tard en me rachetant l’actuelle Citizen au cadran quasi inrayable. Et puis il y a les montres coup de coeur… celles que je en porte pas tous les jours mais parce qu’elles sont assorties au goût du jour.

Citer les marques serait inutile, ce ne sont pas des montres très chères, du moins pas de luxe. Il y a en vrac une Skagen, une DKNY, une S.Olliver, une Fossil, trois ou quatre sans marques fantaisies…

Mes pendules personnalisées en porcelaine algérienne, en forme d’assiette peuplent les pièces. J’ai dû en supprimer certaines trop bruyantes qui énervaient mon compagnon !  Dommage car j’aime le tic-tac de la pendule dans la pièce. Je conçois cependant que ce ne soit pas agréable pour tous, donc concession…

Depuis hier, de nouveau à l’heure d’hiver, donc. La chronotype tardive que je suis ne peux que s’en réjouir !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.