Au delà de l'entendement humain Extinction massive de l'espèce humaine

Avec 37 milliards de tonnes de CO2 (dioxyde de carbone, aussi appelé gaz carbonique) injectées dans l'atmosphère chaque année, l'humanité bat d'un facteur 10 le taux d'injection record mesuré dans les sédiments océaniques déposés depuis 66 millions d'années, date qui marque l'extinction des dinosaures.

Cela ne fait pas la une des journaux, ni des réseaux sociaux,  car tout cela est au delà de l'entendement humain ! Seuls certains scientifiques osent hasarder la fin massive des espèces telles que nous les connaissons sur terre, dont la nôtre bien évidemment. Il y a de fortes chances ( façon de parler !) que cela débute au XXI° siécle ! 

A lire ici sur futura science

Il semble que l’humanité libère dans l’atmosphère du gaz carbonique à un rythme environ 10 fois plus élevé que n’importe quel évènement pendant la période de temps couvrant le Tertiaire et le Quaternaire, y compris, donc, celui du maximum thermique du Paléocène-Eocène (PETM) qui se serait mis en place en au moins 4.000 ans.

Selon Richard Zeebe, l’un des auteurs de l’étude, professeur à l’université d’Hawaï : « Pour autant que nous le sachions, le PETM a été le plus important dégagement de gaz carbonique au cours des 66 derniers millions d'années. Parce que le taux de libération actuel dont nous sommes responsables est sans précédent sur une telle période de temps dans l'histoire de la Terre, cela signifie aussi que nous sommes effectivement entrés dans un régime climatique inédit. Cela représente un grand défi pour les projections futures concernant les changements climatiques parce que nous n’avons finalement pas de bonnes comparaisons avec des évènements passés ». Et le chercheur d’ajouter : « Il est assez probable que les perturbations futures des écosystèmes dépasseront les extinctions relativement limitées observées au PETM ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et dans la tempête les hommes continuent de s'entretuer.

Continuons ! Nous débarrasserons, ainsi, la planête de l'espèce la plus invasive qu'elle n'a jamais créé.

Aucun Dieu ne viendra à notre secours, il serait peut-être temps de s'en apercevoir !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.