La Nature n'en peut plus! Nos gouvernants le savent depuis 45 ans

 L'opuscule dont je vous présente la couverture a 45 ans d'âge. Il a été edité pour le Comité  Français d'Organisation de l'Année Européenne de la Nature 1970. C'est un numéro spécial du Ministére de l'Agriculture réalisé avec le concours du Comité Interministériel pour l'Information.

 L'opuscule dont je vous présente la couverture a 45 ans d'âge. Il a été edité pour le Comité  Français d'Organisation de l'Année Européenne de la Nature 1970. C'est un numéro spécial du Ministére de l'Agriculture réalisé avec le concours du Comité Interministériel pour l'Information.

Je l'ai trouvé complétement par hasard dans une bourse aux livres. Il doit certainement en exister un exemplaire aux archives de la Documentation Française qui dépend du Secrétariat Général du Gouvernement.

Je vous présente le contexte car le contenu, très bien documenté pour l'époque, pourrait être repris in extenso dans n'importe qu'elle revue d'écologie, ou article de presse consacré à ce que l'on nomme aujourd'hui l'anthropocène.

Tout y est : la disparition de la biodiversité, la disparition des sols vivants, la mer qui devient une poubelle, l'urbanisation à outrance, la pollution atmosphérique, le grand massacre des espèces, la démographie galopante, la raréfaction de l'eau potable et de l'eau pour l'irrigation, l'accumulation sans fin des déchets....

Il y a 45 ans toutes les problématiques écologiques dues à l'industrilalisation à outrance étaient citées, bien que l'on ne parlait pas encore de l'accroissement du C02, des températures et de la montée des eaux.

Que faut-il en conclure ?

Nous sommes en 1970 les constats sont fait, les mouvements écologiques émergent et sont taxés de passéistes, de ringards, de doux réveur, d'opposés au Progrès alors que tous les décideurs avaient entre leurs mains un constat inéluctable.

Que c'est-il passé ?

Tous les lobbystes industriels, scientifiques, sont partis à l'assaut des représentants du peuple, pour leur vendre le progrès technique qui allait tout résoudre ( d'où au passage l'arrivée du Nucléaire radieux en France), il ne fallait surtout pas arrêter la marche en avant du Progrès ( essentiellement capitaliste au passage).

Les gouvernements de  l'époque ont  emprisonné ou trainé devant les tribunaux tous ceux qui s'opposaient à la destruction de la nature, enfin surtout aux projet faramineux des Industriels et ensuite de la Finance, enfin bref tous ceux qui s'opposaient au profit immédiat à outrance dont les dégats allaient hélas être payés par les contribuables et non par ceux qui ont initiés les destructions.

Vous constaterez dans l'actualité que rien a changé, on traine devant les tribunaux agriculteurs, objecteurs de tous poils, simple quidam ou écrivains connus, rien ne les arrête !

Résultat :

Tous les lobbystes de tous poils continuent leur travail de sape, encore plus pernicieux car ils se sont teintés de vert pour se dédouaner a priori de leurs méfaits à venir.

Je pense que l'on peut dire, sans se voiler la face, que les forces du profit et de la Finance ont pris le pouvoir au détriment de toute la planète, car, pour eux détruire, rendre malade, c'est encore engendrer du cash, et il n'y a que cela qui compte.

L'organisation de la COP21 2015  et tout ce qu'il en sera publié ne sera qu'un copier collé amélioré de l'Année Europénne de la Nature de 1970 !

Tant que les responsabilités de destruction de notre planète ne seront pas établies de façon claire, avec une sanction immédiate et sans appel de tous les acteurs qui depuis plus de 50 ans pillent les ressourcent naturelles, détruisent, faune, flore, affament les poupulations animales sauvages et populations humaines, empoisonnent, les eaux, l'air, et notre sang par l'alimentation industrielle, vous pouvez être certain que rien ne changera pour le plus grand nombre.

Pourquoi changeraient-ils alors qu'ils savent tout depuis les années 1970.

Plus fort ils ont pris le pouvoir, l'espèce humaine pour eux ne vaut pas mieux qu'un élevage de conchon industriel. ( voir le PDG de Google et d'autres multinationales financer le transhumanisme pour vivre 5 siècles !)

Si vous vous ne vous pénétrez pas de cette réalité vous ne ne comprenez pas le monde où nous sommes et où nous allons.

Nous ne sommes plus dans le temps de conciliations sur d'éventuels objectifs de maintien de l'augementation de la température du globe dans la fourchette de 2° d'ici la fin du siécle, nous devons être dans la révolte immédiate, les êtres conscients et encore vivants sur cette planète doivent prendre le pouvoir de leur vie.

Celle-ci leur a été confisqué pendant 45 ans par la consommation, nous transformant de citoyens en consommateurs, d'êtres pensant en cohons alimentés par des bouillies industrielles, médiatique et culturelles.

Je reprendrai à mon compte  le sous titre prémonitoire de cet opuscule publié il y 45 ans :

Apprendre à Vivre pour survivre !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.