Christian-BR
Abonné·e de Mediapart

198 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2011

L'Energie Nucléaire souffre de 2 tares congénitales : la Guerre et l'Argent

Christian-BR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L' Energie Nucléaire a étét dotée dès sa naissance de deux tares congénitales:

1 - La Guerre, c'est en effet le développement de la Bombe A qui a lancé l'Energie nucléaire, dont aujourd'hui encore toutes les centrales existantes dans le monde sont calquées sur le modéle d'après-guerre à savoir la fabrication de plutonium pour faire la bombe A et ensuite la H.

2- L'argent car le développement du nucléaire en tant qu'énergie "primaire" imposait une rentabilité que n'imposait pas l'effort de guerre. Cette rentabilité a donc imposé des modéles classiques, utilisation de la filière technologique développé pour l'effort de guerre à savoir production, de plutonium (revendu à l'armée pour les bombes d'ou accroissement de la rentabilité) et autres déchets ultra-rediocatifs au long cours ( centaines de milliers d'années)

citation : Une boutade du prix Nobel de physique Georges Charpak résume bien les dilemmes posés : « Pour un comptable, une tonne de plutonium coûte 25 millions de dollars, pour un ingénieur elle assure 1000 mégawatts d'électricité durant une année, pour Saddam Hussein elle vaut 250 bombes nucléaires ».

Hors j'ai découvert sur l'excellent site de vulgarisation sur la radio-activité (laradioactivité.com) initié par trois auteurs à l’origine qui sont : Christian de la Vaissière (directeur de recherches au CNRS) qui en est le responsable et principal auteur, Jeanne Laberrigue-Frolow (directeur de recherches émérite au CNRS) et Yves Sacquin (Ingénieur physicien au CEA), ces informations que je cite inextenso car elles sont l'illustration parfaite de mon propos :

1 : Les filières actuelles de réacteurs sont un héritage des développements militaires des années 1950. Ces réacteurs, qui fonctionnent essentiellement sur le même principe qu'il y a 50 ans, ont été conçus pour la production de plutonium et pour l'équipement des sous-marins, des porte-avions.

C'est la raison pour laquelle les REP ont hérité d'un combustible (uranium), d'un procédé de retraitement, et même de déchets qui découlent des choix stratégiques de cette époque et qui tournent autour du plutonium.

2 - l'affirmation qu'il est possible de produire de l'énergie nucléaire sans danger sans sous produits de fission"au long cours" et même mieux dedétruire le plutonium citation :

Les ADS : des réacteurs pilotés par un accélérateur

Il n'est pas écrit dans les lois de la Nature que le seul nucléaire possible soit celui que nous connaissons

L'idée d'associer un accélérateur de haute intensité à un réacteur date des années 1950, à Los Alamos. Grâce à l'appoint de neutrons fourni par l'accélérateur, le réacteur peut fonctionner dans un régime sous-critique tout en produisant de l'énergie. La réaction en chaîne perd son caractère explosif. Il suffit de couper l'accélérateur pour arrêter le réacteur.

L'accélérateur délivrerait des protons capables par leur énergie d'extraire lors d'une collision avec un noyau lourd une vingtaine de neutrons. Ces neutrons, appelés neutrons de spallation, mis en présence du matériau fissile du réacteur y déclencheraient ensuite des réactions de fission en nombre limité, le réacteur étant sous-critique. Ce nombre de fissions restant toutefois élevé, l'énergie récupérée dépasserait de beaucoup celle consommée par l'accélérateur.
Le surplus de neutrons rapides apporterait une grande souplesse dans le choix du combustible. On pourrait utiliser des combustibles à base de thorium (plus abondant que l'uranium), détruire ainsi le plutonium existant sans en produire et brûler les actinides

, considérés comme les déchets les plus gênants de l'énergie nucléaire. Les ADS sont principalement envisagés pour cette application de la transmutation des déchets.

Ces vertus rendent séduisants les réacteurs hybrides, mais cette filière demande des développements technologiques importants. D'ambitieux programmes de recherches ont été entrepris pour en valider les principes.

Un premier démonstrateur, avant un prototype à l'échelle industrielle, pourrait voir le jour vers 2015. C'est le projet MYRRHA soutenu par la Communnauté Européenne et développé au laboratoire de MOL en Belgique.

------------

A la lecture de ces propos techniques, il est hallucinant de constater l'aveuglement à la fois financier et de pouvoir guerrier qui a animé pendant 60 ans toute cette filière industrielle, alors que les ingénieurs et scientifiques savaient depuis le début qu'il existait des solutions pour faire du Nucléaire non seulement propre, mais avec des possibilités de transmutation du plutonium qui est à ce jour la matière la plus dangereuse jamais produite par l'homme.

Il faudra attendre 2015 et encore rien n'est gagné avec l'arrêt quasiement programmé du nucléaire en Europe, pour voir émerger un filière de tranmutation du plutonium.

Hallucinant et ignoble à la fois la France ne s'est pas positionnée pour expérimenter cette filière, c'est un labo belge qui a été retenu !

Ne pourrait-on pas poursuivre l'ensemble des ingénieurs, financiers, et politiques qui ont soutenu cette filière du nucléaire de crime contre l'humanité présente et Futur (( pour information : La période du plutonium-239 est de 24 000 ans, très longue à l'échelle humaine, mais courte par rapport aux 700 millions d'années de l'uranium-235. Il faut soit le stocker d'une manière sûre pendant très longtemps et à l'abri de contacts avec la biosphère, soit le brûler dans des réacteurs.).

Crime pour avoir fabriqué du plutonium avec le seul objectif de construire des bombes toujours capables à ce jour d'hanniler toute vie sur la planète, et ensuite crime pour de ne pas avoir conçu et réalisé la technologie permettant de détruire ce plutonium, alors que la possibilité en était connue dès le début de la fabrication du plutonium et des produits de fission "à longue vie" (milliers ou millions d'années).

Si des lecteurs ont la possibilité de traduire cet article en japonais, pour que ceux-ci ouvrent les yeux sur l'horreur du chantage du nucléaire auxquels ils ont été soumis, après avoir connu l'horreur de la bombe.

Je me demande aussi dans qu'elle langue il faudrait le traduire pour que les français (consommateurs, élus, ingénieurs) comprennent dans qu'elle horreur eux, leurs enfants, petits enfants, arrière petits enfants, arrière arriére arriére.....petits enfants, si il en reste, ont été et seront entrainés, pour satisfaire des besoins d'éclairage, de chauffage, climatisation, de télévision, qui auraient pu être satisfaits,

sans entrainer l'humanité dans la construction de "Temples des Millions d'années" qui, au "grand dam" des anciens Pharaons, seront finalement construit en France.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre