Christian cheminot à Lille
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2016

Corruption à la SNCF. de l'indignation

Christian cheminot à Lille
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les alertes concernant la direction de Lille, j' ai continué de travailler sur la France entière en relevant les témoignages du fonctionnement interne de la SNCF. J'avoue que je suis pas déçu, et après avoir reçu des dizaines de témoignages, et avoir fait le tri, j'ai décidé de vous faire partager l’activité éthique de l'entreprise. J'ai donc été licencié par SNCF l'an dernier pour avoir dénoncer la fraude à la direction de Lille.

Aujourd'hui donc, je vais donc vous faire partager petit à petit, des témoignages de cheminots. Je protégerai leur identité, pour qu'ils n'ai pas de problème dans l'entreprise et les réserve pour les autorités. Voici donc la plus ancienne qui a commencé le même année que ma mise au placard.

Il est évident que dès ce premier témoignage, nous pouvons qu'exprimer notre indignation. Ce type d'attitude n'est malheureusement pas isolé l'utilisation frauduleuse de la carte professionelle est bien sur connue de l'ensemble des cadres que j'ai pu cotoyer à la Direction de Lille.

Je vous rapelle qu'il s'agit bien sur de l'argent du contribuable et que la direction de l'Ethique dirigée par Mr Dufourneau en collaboration de Transparency International France représenté pour les lanceurs d'alerte par Madame Marie Meyer sont bien sur au courant de ces ignominies.

Témoignage d'un collègue de la Région de Chambéry.

Concernant la carte bleu professessionnelle, voici une histoire très réelle. Tout commence un jour de janvier 2009, ou une ASCT de ma gare est mise à pied par mesure conservatoires et sans salaires. Elle est soupconné d'avoir détournée dans ses poches de l'argent des PV qu'elle encaissait. 2 jours plus tard, il y avait une réunion à Annecy avec son DUO .....Mais son DUO n'est jamais venu à cette réunion. J'ai appris quelque jours plus tard que la matin de cette réunion, qu'il avait été mis en garde à vue lors de son interpellation à son domicile à 6h00 du matin. Lors de fouille de son domicile et de son bureau la police a découvert des images pédophiles et pornographiques, mais son inculpation fut celle d'attouchements sexuels par ascendant d'autorité sur des controleuses qu'il avait dans son UO. Suite a cette mise en examen, ce DUO fut mis à pied mais avec maintien du salaire. La direction régionale décida de mener une enquête interne et la suge a découvert que ce DUO allait régulièrement à Geneve, à une heure de route d'Annecy, avec sa voiture de fonction. Qu'ensuite qu'il allait dans les salons érotiques et qu'il payait ses plaisirs avec des filles de joies avec sa carte bleue professionnelle. Montant total du préjudice pour la sncF : 27000€ SUR 22 mois. Bref, cela te montre que l'utilisateur de la carte bleue avait carte blanche et que sa hiérarchie ne contrôlait pas les dépenses. Mais l'histoire a une suite L'ASCT , pour un préjudice de 337,25€ se fit révoquer par le conseil de discipline. Son DUO se fit imposer une mutation disciplinaire à Marseille. Malgré les attouchements sur des controleuses et 27000€ de dommage pour la SNCF. Aux dernières nouvelles, malgré une condamnation à 6 mois de prison ferme pour les attouchements, il est toujours salarié à la SNCF. Il est à l'EME des cadres et fait des missions. La SNCF n'as jamais porter plainte pour détounement ou abus de bien sociaux.

ps :ASCT : controleuse.

DUO : Dirigeant

EME : sorte de pole emploi interne qui sert a l'entreprise a "reycler" les agents sans poste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire