Alerte sanitaire à la SNCF IDF l'omerta est toujours là!

 

Alerte sanitaire : Inquiétude chez les agents!

 

J'ai envoyé un mail à la Direction de l'éthique et à Transparency International hier pour qu'ils communiquent efficacement sur ce sujet grave. Apperement c'est encore l'omerta qui prévaut den l'entreprise pourtant sur un sujet de Santé Publique

Au printemps 2015, un cas de tuberculose a été diagnostiqué en gare Saint Michel notre Dame.

Il semblerait, d'après les éléments a ma disposition que cette affaire ait été prise à la légère puisque le DUO de cet établissement n'a transmis ses consignes que le ....05 janvier 2016.
Nous savons tous que cette maladie est extrêmement contagieuse et qu'il faut agir vite dans tous les cas d'autant qu'il s'agit d'un agent réserve qui a certainement travaillé dans plusieurs chantier.
Le DUO a préconisé un dépistage des agents qui ont pu être en contact avec notre collègue malade pour la
période mai et juin, ce qui me laisse dubitatif par rapport aux autres contacts y compris la famille des agents.
Bref vous l'aurez compris, nous sommes devant un affaire de santé publique qui semble avoir été prise a la légère et dans l'opacité la plus totale grâce à l’omerta qui règne dans l'entreprise.
Plusieurs questions importantes se posent : notre collègue malade qui traverse une période difficile a t'il eu une prise en charge psychologique, pour éviter qu'il ne culpabilise face a cette maladie dans le contexte professionnel ?
Est ce que le CHSCT a joué son rôle selon les dispositions de la législation du travail, et du code de santé de la Sécurité Sociale ?
D'après les éléments dont nous disposons, il semblerait que les consignes aient été données au minima.
Voici les textes réglementaires qui nous rappellent les devoirs, et les niveaux d'alerte lors de la découverte de cette maladie.

Signalement et gestion de l’alerte

La tuberculose doit faire également l’objet d’un signalement selon les articles R. 3113-1 et R. 3113-4 du Code de la santé publique, celui-ci devant être effectué par le déclarant au médecin de l’ARS désigné (ex-médecin inspecteur de la DDASS) par le directeur général de l’ARS. Le médecin de l’ex-DDASS siégera à la cellule de crise (CLIN exceptionnel) qui prendra en charge la gestion de l’alerte, de l’information et la prise en charge des personnes contacts possibles. Le CHSCT devra être également saisi et associé à la gestion de l’alerte puisqu’il est compétent pour tout ce qui concerne la prévention des risques professionnels.
Cette procédure d’urgence permet d’activer les réseaux d’alerte (presse, professionnels de santé) par voie d’alerte mail au moyen de la liste de diffusion « DGS-Urgent » réservée aux professionnels de santé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.