Christian cheminot à Lille
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2016

Scandale Sanitaire à la Ligne C SNCF Alerte à la tuberculose.

Christian cheminot à Lille
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je reviens sur l'alerte sanitaire que j'ai lancé cette semaine et qui a débouché sur la convocation d'un CHSCT.
Pour les Dirigeants et le Médecin du travail, je rappelle que j'ai agis conformément à l'article 1 de la loi n° 2013-316 du 16 avril 2013 relative à l'indépendance de l'expertise en matière de santé et d'environnement et à la protection des lanceurs d'alerte.
Comme vous pouvez vous en rendre compte, Mr Comte DUO de PLC a bien du mal a dissimuler la responsabilité de la SNCF et de la médecine du travail.
A aucun moment il ne prend la mesure de la gravité de la maladie et de sa prise en charge recommandées par le Code de Santé Publique.
Je vais donc revenir sur le bulletin de communication de Mr Comte.
Je rappelle que je suis pas ici pour me substituer aux partenaires sociaux, ni à la Médecine du Travail.
Mr Comte dit qu'il a "souhaité informer" alors qu'il a été pressé par les syndicats a la tenue d'un CHSCT extraordinaire.
A aucun moment Mr Comte situe précisément l'historique de cette affaire se contentant de moments vagues,tel que "au printemps", "début décembre" reste aussi flou sur le nombre "une vingtaine" , "dépistage qui a majoritairement" bref aucun chiffres précis, aucunes dates précises qui laissent penser le suivi approximatif dès la connaissance du cas diagnostiqué.
Mr Comte se retranche donc derrière le secret médical, et met la médecine du travail face a ses responsabilités du devoir de l'information concernant une maladie comme la tuberculose.
Hors il s'est passé près de huit mois avant que l'information n'arrive jusque Mr Comte. Les organisations d'Etat préconisent plusieurs types d’alerte dont une qui n'aurait pas du échapper aux dirigeants, c'est l'alerte au dépistage jointe a la fiche de paie, ou la PFA puisque nous étions en décembre.
Mr Comte a donc décidé que le "BK" allait passer les fêtes et transmettre ces informations a ses collaborateurs le 05 janvier 2016 par mail.

Nous savons tous que la tuberculose est aujourd'hui une maladie mortelle qui résiste aux antibiotiques, que le virus peut se transmettre même a l'air libre entre deux personnes qui discutent le dépistage se traduit alors en heures et jours précis sur une population précise, le plus rapidement possible.

Lors de ce premier dépistage, une autre collègue a été dépistée positive, et devra suivre un protocole précis pour ne pas contracter la maladie dans sa forme la plus virulente.
La responsabilité de la SNCF est clairement établit par les manquements de la médecine du travail et par les dirigeants de cet établissement.

le DUO aurait du faire dépisté dès décembre l'ensemble de l'établissement, a moins que les centres anti tuberculeux ne soient débordés. Il ne donne aucun chiffres précis des personnes qui ont été dépistés à l'heure actuelle. A la vue de cette situation hallucinante, je pense qu'un dépistage de l'ensemble du personnel de l'établissement est obligatoire.
Je conseilles donc aux représentants du CHSCT de saisir l'Inspection de la médecine du travail sur les manquements graves des dirigeants de PLC qui mettent en danger, la santé, la vie des agents.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB