christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1744 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 août 2020

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

SALOPE, quand je veux !

Je suis une salope, salope quand je veux !

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SALOPE QUAND JE VEUX ! 

Salope c'est AUSSI, outre l'insulte, celle qui aime le sexe librement ou-et qui veut s'habiller librement - aussi librement que les hommes, ni plus ni moins - sans être prostituée et sans insultes sexyphobes. 

Résistance historique : Aimer le sexe et s'habiller de façon légère et séduisante (deux choses différentes qui se recoupent souvent) va à l'encontre ici de toute une époque à intégrisme religieux catholique dominant avant 1970 grosso modo (et autre religion ensuite) ne favorisant pas l'accès au plaisir, à la jouissance, à la masturbation, à la rencontre de l'autre (hétérosexualité ou homosexualité) et imposant un rigorisme rigide (surmoi sévère) sur ces questions ! Ailleurs ce sera d'autres cultures rigides ! Certains hommes et certaines femmes veulent toujours et encore circonscrire l'activité sexuelle des femmes (et parfois des hommes) à une sphère extrêmement réduite. Le sexe étant trop fait de concupiscence et synonyme de mal, les personnes qui s'y adonnaient étaient et sont encore traitées et injuriées de salopes ou de putes, y compris si consentantes. Pour l'apparence aussi !

Mais tous et toutes ne sont pas pour la multiplication des interdits (il en faut sans doute) avec la stigmatisation qui accompagnent les transgressions de ces interdits. Certains et certaines sont pour la liberté dans le consentement et la non violence. Il y a donc eu renversement du stigmate ! "Je suis une salope" signifie, tant pour un homme (çà arrive ! paradoxe des usages de mots ambigus) que pour une femme que le sexe consenti, y compris hors mariage, y compris sans exclusivisme, est bon.

Il y a là deux aspects à considérer : soit il s'agit d'une auto-définition assumée ou soit il s'agit d'une définition intime et érotique de l'autre (qui peut la refuser) et cette définition peut se comprendre sous deux formes : 1 ) aspect "salope" vu comme quasiment tout le temps (essentialisme ) ou 2) aspect vu de façon circonstancielle (contexte précis).

Spectre de la liberté : Il est admis aujourd'hui qu'un homme ou une femme peut ne pas aimer le sexe, n'éprouver ni envie ni désir, ni penser jamais. Plus en contrôle sévère du "surmoi" qu'en liberté du "çà !" ! Sauf violence ou graves excès, ce n'est pas plus blâmable que l'inverse : "trouver çà bon", surtout si bien partagé !

Du côté des féministes  : Une « internationale des salopes féministes » existe (depuis dix ans environ) et milite contre le viol dans la libre apparence de soi sans injures sexistes ou sexyphobes. Il y a eu des "Marches des salopes" (slutwalk) dans des tenues hypotextiles dans plusieurs pays, ceux ou l’interdiction de ce type de manifestation était impossible (pays relativement libéraux au plan des moeurs comme la Suisse, le Canada, pas les pays de dictature contre l’apparence des femmes : police des moeurs) mais où, néanmoins, les violences sexistes étaient courantes et fortes. Ce n’est pas parceque les lois permettent une certaine liberté -(très mesurée en fait car le voile des adeptes d'une interprétation rigoriste de l’islam ou d’une autre religion est souvent mieux toléré que le string sein nu dans nombre de lieux)- qu’il n’y a pas de violeurs, de violences sexistes.

Christian Delarue

http://altermd-krisdlr.centerblog.net/31-salope-quand-je-veux?fbclid=IwAR3QPtxE-59JASBJ7VFrKisq6ZCUdIEKIBP9ihe__Dweg9gAsNPOWubJ-vw

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas