christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1679 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2011

Emancipation ou l'orgueil du vouloir sortir de la religion pour vivre sans Dieu.

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emancipation ou l'orgueil du vouloir sortir de la religion pour vivre sans Dieu.

Publlié sous le titre "Amour total : comment vient l'amour païen" le 14 février 2010

http://www.lepost.fr/article/2010/02/14/1940789_amour-total-comment-vient-l-amour-paien-14-fevrier-2010.html

Réflexion sur un parcours personnel. Derrière le "je" de ce parcours, d'autres pourront peut-être s'y retrouver.

* Le charnel et le spirituel, la séduction et l'admiration.


Promouvoir l'amour total me vient de la contestation de la vision chrétienne. Vers 11 - 12 ans, je voulais être prêtre. J'étais sage, romantique, un brin austère. A l'adolescence l'apparition du désir sexuel a provoqué une critique de la vision chaste de l'amour chrétien. Peu à peu, après des tâtonnements, quelques erreurs de jeunesse j'en suis arrivé à promouvoir l'amour total. Il s'agit d'aimer sur les deux versants charnel et spirituel, de la séduction et de l'admiration (1). La critique la vision chrétienne a permis aussi de reconnaitre l'homosexualité. de respecter les homosexuels femmes ou hommes.
On peut critiquer la sévérité de quelques dogmes religieux sans mettre en cause Dieu ou parfois sans même remettre en cause les grandes lignes de la religion. Mais la question de l'amour est trop central dans le christianisme pour que la critique n'ébranle pas toute la religion.

J'ai aussi critiqué le penchant conservateur de cette religion mais là aussi un courant dit de théologie de la libération pouvait répondre à cette orientation.
En fait, sans trop savoir pourquoi je suis passé de l'agnosticisme à l'athéisme dit assertorique "Dieu n'existe pas. C'est au croyant de prouver qu'il existe (2). Dans une famille chrétienne on n'échappe pas à ces questions lorsque l'on dit vouloir s'en dégager.

* Le passage à l'athéisme fait peur.

Cette peur est entretenue . Il y a un imaginaire fort qui veut que sans Dieu l'humain devient fragile, sans force. Autrement envisager l'hypothèse de l'absence de Dieu est très dangereux. Dieu est donc perçu comme "un plus" indispensable, un plus qui sauve ici et maintenant mais aussi - ils font coup double - pour aller au ciel! Dieu comme force et athéisme comme vide tel a été la vision du monde que j'ai du renverser. C'est plus dur que porter la croix !
Manifestation d'orgueil s'il en est - car vouloir se suffir à soi-même relève d'une fatuité et d'un orgueil difficile à assumer - j'ai cherché à montré que Dieu sert de béquille aux croyants incapables de trouver la force en eux et de se poser comme être humain sain d'esprit debout seul pour affronter la vie. Seul et avec d'autres. L'athéisme n'est pas l'individualisme forcené. J'ai souvent pris l'image de se mettre à genoux devant Dieu et critiqué la forte propension des croyants à la déférence devant le clergé et les rituels. Je ne connaissais alors pas la critique en terme de fétichisme - surélévation du non humain et rabaissement de l'humain - mais j'en avais la trame puisque j'ai senti qu'il fallait construire une pensée bien solide pour remplacer le fatras théologique que je rejetais.

* L'orgueil de vouloir vivre sans lui.

Grâce à quelques conversations avec des athées qu'il fallait non seulement se débarrasser de Dieu et de tout la religion qui l'entoure en devenant pleinement humain donc en revalorisant l'humain écrasé par la religion en rétablissant son autonomie. Cette construction de sa propre autonomie doit faire l'objet d'un travail.Cela ne tombe évidemment pas du ciel.

Voici ce que dit Jean-Paul Sartre :
« Ce que j'aime en ma folie, c'est qu'elle m'a protégé, du premier jour, contre les séductions de "l'élite": jamais je ne me suis cru l'heureux propriétaire d'un "talent" : ma seule affaire était de me sauver - rien dans les mains, rien dans les poches - par le travail et la foi. Du coup ma pure option ne m'élevait au-dessus de personne: sans équipement, sans outillage je me suis mis tout entier à l'œuvre pour me sauver tout entier. Si je range l'impossible salut au magasin des accessoires, que reste-t-il ? Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n'importe qui ».
Eric Fromm psychanaliste culturaliste propose rien moins dans l'Art d'aimer de dire que l'amour est une discipline, un entrainement sportif en quelque sorte. Cet auteur défend des thèses rigoristes, critiquées d'ailleurs par Herbert Marcuse. Fromm matiné de Marcuse et de Reich fut mon longtemps ma référence intellectuelle. Le hasard a fait que 'ai rencontre Patrick Tort, épistémologue, historien de sciences, spécialiste de Darwin. Le combat pour la civilisation n'est plus celui des religions qui au contraire porte bien souvent - pas toujours - des combats barbares, il est celui des forces de transformation sociale qui luttent contre le racisme, le sexisme, le "classisme". Je dois beaucoup à Patrick Tort pour mon militantisme au MRAP et à ATTAC en faveur de l'égalité et la solidarité, la libération des humains et non celle des marchés et de la finance.
Aujourd'hui Andre Comte-Sponville, Michel Onfray, Yvon Quiniou sont les auteurs du moment à lire pour franchir le pas vers la liberté, la libération. Je pense qu'Andre Comte-Sponville avec ses derniers textes offrent des passerelles entre le christianisme et l'athéisme puisqu'il propose une spiritualité athée. Michel Onfray assume lui un athéisme plus hédoniste. Yvon Quiniou ouvre l'athéisme vers la critique du monde et la construction d'un autre monde. Un athéisme altermondialiste en somme. Lire de lui : Etudes matérialistes sur la morale - Nietzsche, Darwin, Marx, Habermas .

* Addendum du 4 janv.

Dans les religions, on trouve le bon et le pire. Mais même le bon suppose quand même une démission de soi. Aujourd'hui tout un chacun peut puiser dans un corpus athée pour se forger sa propre orientation. Compte-Sponville, Erich Fromm et le dernier Habermas sont des intellectuels athés (avec du Freud, du Marx, du Spinoza, etc...) qui ont parfois puisé dans le meilleur des religions. Fromm surtout. On voit beaucoup moins qu'ils ont effectué un tri, qu'ils ont repoussé le néfaste. C'est à chacun de faire ce tri pour s'émanciper. Cela relève de la liberté de concience, qui n'est pas se soumettre au premier Dieu qui se présente.

Cette émancipation individuelle n'est qu'un acte du processus d'émancipation global. Le trajet ne s'arrête pas là. Vivre sans Dieu incite assez rapidement à apprécier les capacités et les solidarités d'autrui. Mais c'est autre chose.


Christian Delarue

"La séduction est païenne, l’amour est chrétien".
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article78

Il y a plusieurs formes d'athéisme. Il est assez important de s'en faire une idée.
http://atheisme.free.fr/Atheisme/Formes_atheisme.htm5

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa