CUISSES MASCULINES ECARTEES : Accord avec cette affiche sauf un point : la pollution visuelle !

CUISSES MASCULINES ECARTEES : Accord avec cette affiche sauf un point : la pollution visuelle !

 

source : campagne antisexiste dans les transports d'Osons le féminisme

Les visuels ‪#‎TakeBackTheMetro‬ |

http://takebackthemetro.com/l…/les-visuels-takebackthemetro/

 

Il y a des pratiques masculines abusives dans les transports qui sont ici dénoncées, notamment le fait d'écarter les cuisses exagérément au point de ne plus laisser de place à sa voisine, le tout en montrant ostensiblement ses parties génitales (cachées par le pantalon néanmoins). On trouve aussi d'autres pratiques relatées comme trop agressives, sexistes.

Cependant sur cette affiche, un point fait problème : celui de la "pollution visuelle".

Exemple : D'aucuns estiment que les signes ostensibles de religion (voile, kippa, etc) polluent l'espace public tout autant, voir plus, qu'un homme ayant les cuisses écartées dans un bus ! Chacun juge selon son point de vue mais on voit bien que la notion de "pollution visuelle" est problématique. Elle peut rapidement devenir une notion stigmatisante lorsqu'elle ne vise pas (ou plus) des objets (publicité commerciale, pub. religieuse en édifice) mais des humains.

 Plus largement, et au-delà de ce rapprochement, qu'il s'agissent de cuisses ou même du sexe, d'homme ou de femme, ou des seins (jugés attirants pour les hommes - décoletés) ou des fesses (jugées moins nobles par certains) ou des cuisses (mini-jupe) ou du visage (jugé ordinairement plus respectable) ou, quittant un aspect particulier pour tout le corps mais jugé laid  (danger là) ou quittant le corps lui-même pour ses accessoires élémentaires, que ce soit un vêtement sexy (string ou talons hauts ou décolleté ou autre "signe" sexué attirant) ou au contraire un habit sale et moche ou jugé de mauvais gout, etc… il faut éviter la stigmatisation sous le signe de la "pollution visuelle".

On peut tous avoir un "signe" qui fait sens (attendu ou imprévu) pour quelqu'un - décolleté, voile, mini-jupe, jean troué, coupe de cheveux, cravate, etc... -  signe qui peut nous déplaire spontanément, un peu ou beaucoup, en fonction de notre culture ou des stéréotypes existants - c'est rare d'y échapper totalement même avec l'âge - et qui peut donc faire "pollution visuelle" mais s'agissant des humains, homme ou femmes, cette notion est dangereuse. Ouvrir la voie à une "pollution visuelle" pour les "cuisses d'hommes écartées" c'est l'ouvrir à d'autres ! C'est ouvrir un champ infini de stigmatisations sur une pente réactionnaire. Vaut mieux éviter et conserver de "pollution visuelle" que pour ce qui abîme les paysages.

Ce qui compréhensible pour les uns sur tel ou tel aspect humain ne ne sera pas pour d'autres. Ce qui importe en matière de respect humain c'est d'éviter les formules stigmatisantes et leur généralisation. Aller au contraire vers leur évitement est un progrès sociétal et humain!


Christian Delarue

 

nb : Exception à ce point de vue : les hommes-sandwitch portant des publicités. Rares. On peut dire qu'ils "polluent" s'ils sont nombreux. Mais tout comme, dans une zone territoriale restreinte, des femmes en voile intégral pourraient tout aussi valablement ressortir de la même caractérisation de "pollution" pour beaucoup d'autres. Il vaut mieux alors parler d'emprise oppressante. Le rattachement à la notion d'oppression se comprend par le ressenti (qui a sa part de subjectivité)

Ce jour j'apprends que certaines personnes n'aiment pas les têtes à crête "iroquois" avec des peaux à tatouages importants. Ce refus peut être léger et sans conséquence mais il peut être plus marqué et ressortir sous des formes de stigmatisation dont la "pollution visuelle" serait une forme.

 Sur ces questions lire : La théorie du "double regard" de Christian Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-theorie-du-double-regard-de-C

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.