christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1745 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2021

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Congrès mondial de la nature à Marseille : assez des mensonges d'E. Macron ! INDECOSA

A Marseille s'ouvrait, ce premier week-end de septembre 2021, en même temps que l'AG de Romeurope à la quelle je participais au nom du MRAP (cf 1), le Congrès mondial de la Nature, organisé par l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN). INDECOSA-CGT s'est exprimé ci-dessous sur cet évènement

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Marseille s'ouvrait, ce premier week-end de septembre 21, en même temps que l'AG de Romeurope, à la quelle je participais au nom du MRAP , le Congrès mondial de la Nature, organisé par l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN).

xx

INDECOSA-CGT , organe de défense des consommateurs salariés de la CGT, s'est exprimé ci-dessous sur cet évènement 

XX

Congrès mondial de la nature à Marseille : assez des mensonges d'E. Macron !

Place à l'action syndicale pour un développement humain durable !
 VOIR sur le site

À l'image de la COP 15 pour la biodiversité prévue en octobre et de la COP 26 de Glasgow programmée en novembre prochain, ces rendez-vous s'imposent au regard de l'urgence sociale et environnementale à l'échelle mondiale mais ils ne seront utiles que s'ils engagent les gouvernements à agir collectivement dans la voie du progrès social et environnemental.

Un rapport conjoint du GIEC et de l'IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques), publié en juin dernier, tirait déjà et encore la sonnette d'alarme quant à l'accélération sans précédent du rythme de la dégradation des environnements terrestres, aquatiques et marins sur l'ensemble de la planète. Le dernier rapport du groupe 1 du GIEC, publié en août dernier, confirme scientifiquement le réchauffement climatique et son origine : notre système de production capitaliste.

La solution ne peut donc être qu'une rupture franche avec nos modes de production et de consommation actuels. Cette solution doit être mise en oeuvre urgemment car, quelle que soit la crise – sanitaire, sociale, environnementale ou économique – ses effets (dégradation des biens communs tels que l'eau, l'air et les sols, pollutions, pandémies, chômage, etc.) affectent toujours, d'abord et plus fortement, les populations les plus vulnérables.

Et, pour être juste, viable et efficace, la rupture doit se construire collectivement, avec l'ensemble des travailleurs qui sont tous, sans exception, concernés tant dans leur vie quotidienne que dans l'évolution de leurs conditions de travail.

Dans ce contexte, pour la CGT, la participation d'Emmanuel Macron et des membres de son gouvernement au Congrès de Marseille est une honteuse mascarade car la réalité c'est que l'État s'est absolument désengagé de la réponse à apporter à l'urgence sociale et environnementale comme le prouvent notamment :

 les politiques d'austérité et d'affaiblissement de l'ensemble des services publics et, plus particulièrement en l'occurrence, du ministère de la Transition écologique progressivement démembré ; la privatisation de l'Office National des Forêts (ONF) amputé de la moitié de ses effectifs en 40 ans et pour lequel le gouvernement prévoit encore la suppression de 500 postes ; la création à marche forcée, en 2020, de l'Office Français de la Biodiversité (OFB) par fusion de l'Agence Française pour la Biodiversité (AFB) et de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), en en réduisant ainsi les moyens humains et financiers, etc. ;

 - le rappel à l'ordre du Conseil d'État qui a sommé le gouvernement, le 1er juillet dernier, de « prendre avant le 31 mars 2022 toutes les mesures utiles pour atteindre l'objectif issu de l'Accord de Paris »
soulignant, par là, l'insuffisance notable de la loi « Climat et résilience » ;

 - le refus obstiné d'impliquer la responsabilité sociale et environnementale des grandes entreprises en écartant la possibilité de conditionner les aides publiques ou de taxer les dividendes ;

 - l'éviction systématique des travailleurs et des organisations syndicales pour anticiper et planifier la mutation nécessaire des outils de production, la réindustrialisation du pays et la création de nouveaux emplois pour une production plus responsable.

Que ce soit à Marseille ou à Glasgow, la CGT dénoncera la logique dévastatrice de ce gouvernement qui vise à adapter le capitalisme à la pénurie des ressources naturelles, au détriment des travailleurs et de la planète.

Dans toutes les entreprises, la CGT se battra pour que l'expérience, le savoir et les idées progressistes des salariés soient pris en compte dans la transition écologique. La loi « Climat et résilience » oblige désormais les employeurs à intégrer la dimension environnementale dans les informations/consultations des CSE : la CGT se saisira pleinement de cette disposition pour que les travailleurs puissent combattre le « greenwashing » ou la casse de leur outil de travail et pour imposer une transition sociale et environnementale juste c'est-à dire qui soit le motif d'une revalorisation du sens et des conditions salariales du travail.

En tout lieu de la société, la CGT continuera d'opposer un autre modèle de société bâti sur l'exigence de justice sociale et environnementale en agissant pour une économie plus protectrice des travailleurs et des travailleuses, garante d'une meilleure exploitation et répartition des richesses pour toutes et tous.

OEuvrer pour un développement humain durable : c'est urgent, c'est possible et, ensemble, nous y parviendrons !

Montreuil, le 2 septembre 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod