Israël : Le sexo-séparatisme des "haredim" ("craignant Dieu").

Israël : Le sexo-séparatisme des "haredim" ("craignant Dieu").


La discrimination contre les femmes prônée par certains Juifs ultra-orthodoxes, les "haredim" a dégénéré ces derniers jours, dans la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, où vit cette importante population religieuse.
Mais qui son ces fauteurs de troubles ? Les "haredim" font partie d'une communauté composée d'hommes qui ne travaillent pas, mais qui se consacrent essentiellement à l’étude des textes sacrés, la charge de gagner un revenu retombant sur les femmes. Or ces dernières n'ont pas le droit de travailler dans un milieu mixte homme – femme, et de plus leurs très nombreuses grossesses (une moyenne de 10 enfants par foyer) rebutent les employeurs.
De plus la chasteté de la femme préoccupe énormément cette société ultra-orthodoxe. Elle doit non seulement cacher ses cheveux, ses bras et jusqu’à ses chevilles, mais le moindre contact physique avec un homme qui n’est pas son mari lui est interdit. L'homme "haredim" ne doit jamais se retrouver seul avec une femme autre que la sienne, et même en public tout contact physique avec une autre femme lui est défendu. D'où la création de passages piétons séparés pour les hommes et les femmes dans certaines zones haredim, et aussi l'organisation de bus dans lesquels la séparation des sexes est imposée, les hommes ayant des places réservées à l'avant, et les femmes à l'arrière.
Lire la suite sur :
Israël : la révolte de femmes contre la ségrégation sexuelle imposée par les "haredim" ("craignant Dieu").
http://www.lepost.fr/article/2011/12/27/2668904_israel-la-revolte-de-femmes-contre-la-segregation-sexuelle-imposee-par-les-haredim-craignant-dieu.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.