christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1678 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2021

Retour de l’AG de Romeurope Marseille 2021 (4 et 5 sept)

Brève note en retour de l’AG de Romeurope Marseille 2021 (4 et 5 sept) - Christian Delarue représentant le MRAP

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Retour de l’AG de Romeurope Marseille 2021 (4 et 5 sept)
Christian Delarue représentant le MRAP

(http://amitie-entre-les-peuples.org/Retour-de-l-AG-de-Romeurop-Marseille-2021-Christian-Delarue-MRAP)

AG Romeurope Marseille sept 2021 © CD

Les Roms et tsiganes vivant dans des bidonvilles sont les personnes les plus frappées par la pauvrophobie et le racisme (conjonction fréquente - pas toujours - de deux agressions fortes), et ce aussi bien en termes d’insultes racistes (« au-dessus de la surface de l’eau » si on prend l’image de l’iceberg) que de discriminations structurelles et factuelles répétées (en dessous la surface donc moins visibles) ou l’accès aux droits se transforment systématiquement en portes fermées et en discriminations contre les enfants (pas de scolarité ou scolarité difficile amputée), les adultes (portes fermées).

En effet, une mentalité primaire, destructrice, anti-Rom et anti-pauvres (la pauvrophobie n'est pas le classisme -1) continue de sévir durement en France . Elle est agissante sous de multiples formes allant du stigmate répété à l’attaque collective de camps (2) Les pouvoirs publics sont encore peu efficaces pour combattre ce fléau . Il arrive même que la police et le préfet participent parfois au travail de mort, avec agression des personnes et destruction matérielle des camps et bidonvilles, le tout sans relogement, et donc avec des familles avec enfants mis brutalement à la rue, sans abri. Quelle honte ! Quelle indignité ! Cette inversion du parcours de progrès revient à inscrire l’action de l’Etat dans une logique barbare (« thanatos »). Elle valide aussi l’existence d’une romanophobie d’Etat qui vient renforcer le racisme diffus contre les Roms.

La résorption positive de la vie en bidonville ne peut, pour nous, se réaliser que d’une façon civilisée, c’est à dire d’une part avec un accompagnement social préventif et d’autre part avec un transfert vers un véritable logement, un habitat correct, salubre, stable (pas un hébergement - 3) et si possible adapté à la structure communautaire quand les familles souhaitent vivre les unes à côté des autres. Promouvoir la civilisation c’est en effet construire tout à la fois une double sortie : 1 ) du bidonville et 2) de la pauvreté .

Notre pays étant très riche cela ne devrait faire aucun problème : il faudrait juste que l’argent n’aille pas à l’argent, que la finance ne nourrisse pas sans fin la spéculation et le portefeuille ultra-riche des gros actionnaires !

Les organisations antiracistes sont évidemment concernées mais, sauf le MRAP ou la LDH, elles sont trop peu actives sur ce champ d’action difficile. Mais d'autres organisations peuvent s'y impliquer : UFAL logement ? CGT logement ?

La cause Rom doit remonter dans l’agenda des forces de progrès

Comme il existe encore socialement une plèbe subissant la pauvrophobie plus - souvent (pas toujours) - le racisme (anti-rom) et qu' il existe aussi géographiquement des territoires bidonvillisés laissés à la misère la plus forte, à l'image de ce qu'on pouvait voir dans ce qu’on nommait jadis le tiers-monde (puisque j’y suis allé dans les années 70 et que j’ai vu ce que d'autres n'ont jamais vu) ! Ces deux aspects doivent être reliés et ne peuvent qu'être reliés même si on peut séparer les problèmes.

Première chose ne pas oublier ! Ne pas se laisser distraire par milles choses importantes ! Seconde chose : relier en théorie et en pratique l’aspect marginalisation sociale, économique (la pauvrophobie) et raciste (la romophobie - l'anti-tziganisme) et l’aspect marginalisation périphérique dans le mal logement voire le sans-abrisme en cas d'expulsion.

Ch DELARUE

XX

1) Le classisme est une domination des classes dominantes du capitalisme qui frappe largement le peuple-classe (les 98 ou 99%) par imposition de normes ou règles injustes alors que la pauvrophobie frappe durement et uniquement en actes et-ou en stigmates les plus pauvres qui survivent avec très peu de ressources et peu d’accès aux services publics et aux droits sociaux.

2) Nous avons rencontré Claude Rambeau qui était à Romeurop Marseille
lire : « On est rentré et on a tout cassé » à Rosny-sous-Bois, tension maximale autour d’un camp Rom

Il faut ajouter

Romeurope : Destruction d'un bidonville à Montpellier : la politique du bulldozer

Passant de l’UEMS de Nantes (Université d’été des Mouvements sociaux) fin aout à l’AG de Romeurope à Marseille ces 3, 4 et 5 septembre 2021 à Marseille, je n’avais pas remarqué cette soudaine politique de « romanophobie d’Etat » à Montpellier qui va complètement à l’encontre de toute politique de civilisation en la matière (qui préexistait dans ce département). Le monde antiraciste est choqué d’une telle violence préfectorale, barbare et honteuse. Il s’agit de lutter contre le racisme anti-Roms, la pauvrophobie et le mal-logement et pas de soutenir le sans-abrisme !

cf communiqué de CNDH Romeurope

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/080921/romeurope-destruction-d-un-bidonville-montpellier-la-politique-du-bulldozer

3) Il faut distinguer l’hébergement qui est provisoire et hors de chez soi du logement qui relève du « chez soi » (contrat de location avec des droits et obligations).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre