LA DE-CORRUPTION pour le peuple-classe

La dé-corruption à engager pour le peuple-classe et surtout pour les pauvres les plus atteints là ou c’est massif !

La dé-corruption à engager pour le peuple-classe et surtout pour les pauvres les plus atteints là ou c’est massif !

Contre la mega-corruption issue de la mondialisation du capital financier il faudrait franchir un pas de civilisation, égal à celui d’interdire les armes nucléaires partout dans le monde. Il y aurait encore des armes et des guerres localisées à réduire mais un grand pas serait fait.

Note de Christian Delarue

XX

Il y a bien sûr corruption partout donc y compris au sein du peuple-classe mais la très grosse corruption se trouve bien dans le 1% public et privé et au coeur des FMN (firmes multinationales). C’est là une toute autre dimension.

Pour Noel PONS, « Il n’existe pas une, mais des myriades de corruptions. Elles peuvent être blanches, grises ou noires. On peut corrompre ad majorer dei gloria, pour le bénéfice d’un Etat, d’une entreprise ou:et dans son propre intérêt. Elles sont le fait aussi bien des élites de fonctionnaires, du secteur privé, de criminels que du gardien d’immeuble. On qualifie de « corruption douce » celle qui sourd des lobbyings. » (P 263) Pourtant, la lecture du livre montre surtout des grosses machines corruptrices. D’ailleurs l’auteur ajoute que « de profonds bouleversements ont radicalement changé la donne politique et économique mondiale : la globalisation, un monde multipolaire, la libéralisation des transferts financiers sans contrôle, de nouvelles hiérarchies économiques et politiques pour qui la loi n’existe pas, la criminalisation des économies ont fait de la corruption un outil universel dans toutes les manipulations« (p 264) »La corruption n’existe pas en l’absence de demande ou de proposition de contrepartie. Pour corrompre, il faut être deux..."

XX

Noel PONS, ancien inspecteur des impôts, vient de publier au printemps 2021, au Seuil, « La corruption, comment çà marche ? Fraudes, évasion fiscale, blanchiment  ». L’ouvrage est volumineux, plus de 572 pages, car tout est abordé. Après la lecture du même auteur qui avait déjà publié en 2012, »La corruption des élites - Expertise, lobbying, conflits d’intérêts » puis celle de « Sociologie des élites délinquantes » de Pierre Lascoumes et Clara Nagels (sorti en 2014) et d’autres articles sur le sujet il y a tout lieu d’estimer être en présence d’un ouvrage complet et impressionnant . Les diverses corruptions sont évidemment nuisibles à la société mais elles sont aussi très souvent de grosses machineries fort difficiles à pénétrer et éclaircir. Ce livre montre aussi tout l’intérêt pour les sociétés tendues vers la civilisation (contre les barbaries), visant à plus d’égalité entre les citoyen-es, de soutenir les lanceurs d’alerte et de disposer d’inspecteurs compétents - au-delà de la dimension proprement fiscale qui n’est qu’un aspect - et bien en capacité d’agir.

Plan du livre sur le même article posé initialement sur le site "amitié entre les peuples"

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-de-corruption-pour-le-peuple-classe-et-surtout-pour-les-pauvres-les-plus

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-de-corruption-pour-le-peuple-classe-et-surtout-pour-les-pauvres-les-plus

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.