christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2013

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Conquêtes et limites du « citoyen ».

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Conquêtes et limites du « citoyen ».

En défense du/des citoyen(s) du peuple-classe (1) !

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/111113/conquetes-et-limites-du-citoyen?

Les politiques s’adressent aux « compatriotes » (Sarkozy) ou aux « concitoyens » (Hollande). Du peuple-nation au peuple démocratique-légal le citoyen est objet d’une adresse sans épaisseur sociale. Certains (LO) s’adressent aux travailleurs et travailleuses. Je plaide pour une adresse au peuple-classe. Cela vaut pour les aspects démocratiques, sociaux, écologiques, antiracistes, antisexistes, etc...

La démocratie réellement existante, dite « représentative », réduit le citoyen à son acte de vote après débat, à son attitude profonde mais construite de délégation de son pouvoir d’expression et d’action. Faire que la politique soit la chose du peuple-classe, de ses membres, est un enjeux qui heurte frontalement l’oligarchie mais aussi une certaine habitude (de confort ou d’ignorance autoproclamée) qui débouche sur le fait de s’en remettre aux « experts », aux élites et de façon générale aux cadres de tout niveau.

Les deux types de « citoyen » : notion dominante, notion élargie.

Le citoyen est, à minima, mais très souvent, ici et ailleurs, cet individu de la communauté nationale, parfois au-delà du cadre national (Europe), titulaire de droits citoyens, dont le droit de vote. A cette conception statutaire du citoyen inscrit dans un rapport socio-politique de nomination d’un élu (ou plus exceptionnellement d’un tiré au sort) se greffe une autre conception plus extensive, dite participationniste ou « altercitoyenne », qui pose un citoyen actif, un citoyen, implicitement situé, qui intervient plus directement et plus continument dans les affaires du monde, du moins quand le temps libre et les autres conditions le permettent. Ce citoyen-là est certes minoritaire. Ces deux volets de la citoyenneté donne un contenu réel qui n’est pas anodin.

Limites du « citoyennisme »

Pour autant il faut reconnaitre une certaine hypocrisie à propos d’un certain discours sur le citoyen. Il y a bien actuellement une sorte d’enflure langagière à propos du citoyen au regard du réel ou il n’est que peu de chose, y compris si l’on accepte à gauche de relier le politique au social, et le citoyen qui vote au citoyen qui manifeste ou celui qui s’active et s’implique dans des activités plus ou moins alternatives.

Conserver, critiquer, ajouter.

Qu’il faille ne pas abandonné ce qui nous vient de la Révolution de 1789 est une chose, mais s’en contenter serait une régression. La critique de la notion de citoyen qui nous vient de Marx est plus utile que jamais. Pour démocratiser et socialiser ! Il ne s’agit pas de tout expliquer par le social au sens de par la base comme le craint J Rancière qui abandonnant le marxisme de sa période althussérienne et secondairement « la recherche d’une bonne figure du prolétariat » ne peut effectivement que retrouver la figure du citoyen et de l’égalité. Et s’y enfermer.

Le citoyen renvoie que très abstraitement à l’égalité et à la démocratie. Selon un partage des tâches connu, ce terme renvoie à la sphère politique alors que les classes sociales et les inégalités renvoient à la sphère économique et sociale. Pourtant, ce qui est politique n’est que faussement interclassiste. Pas plus que le social. On ne saurait dans une perspective scientifique-critique en rester à l’apparence des choses. Cet interclassisme, qui prend appui sur l’idée de citoyen « politique » égal, cache une position de classe et ce voilement avantage bien la classe dominante. Car cette égalité fait l’impasse sur les dominations, sur les inégalités sociales. L’oligarque est citoyen comme l’individu du peuple-classe. Il y a donc bien un intérêt ou un devoir pour la gauche de s’adresser au peuple-classe.

Christian DELARUE

1) Poursuite autrement d’un texte antérieur : Les « citoyens du peuple-classe » ou le réancrage social du citoyen .

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article729

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme