SOCIETE : Musulmanes voilées et non voilées, ici et là-bas.

 

SOCIETE : Musulmanes voilées et non voilées, ici et là-bas.

 

DIALECTIQUE GLOBALE : Pressions circonscrites d’intégration et pressions sexo-séparatistes lourdes.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2094

La mondialisation n’est pas qu’économique. De nos jours les problématiques sont internationalisées. Pour autant il y a toujours des différences de situations entre Etats et bloc d’ Etats. La domination économique du "nord" contre le "sud" (pour le résumer ici trop rapidement) dans de nombreux secteurs n’est pas une excuse à la domination de certains courants religieux autoritaires dans le sud. Cela a été déjà défendu (1).

Les musulmanes en France et en Europe sont tantôt voilées tantôt sans voile. C’est un constat banal. Il est plus important de signaler que l’immense majorité des musulmanes sont non voilées. Mais cela est bien différent au Maroc, en Tunisie, en Égypte et dans d’autres pays arabes. Là la proportion de femmes voilées est y beaucoup plus importante car la pression religieuse y est plus forte.

- ICI

Dira-t-on qu’ici en France c’est la pression anti-voile qui est à l’origine du nombre de musulmanes non voilées. Ce serait donner trop d’importance à un phénomène restreint. En fait l’immense majorité des musulmanes non voilées le sont librement. Une toute petite minorité a du subir la "pression d’intégration" explicite.

Cette pression peut surgir au travail de façon légitime. De voir dans un même bureau à longueur de journée une femme voilée finit par agacer et ce sur deux plans, celui du message religieux constant (pire qu’un crucifix sur un mur) et celui du message sexiste inversé constant (voile pour se protéger des hommes prédateurs, de la concupiscence masculine). Tout cela a été invoqué de très nombreuses fois. On ne va pas se répéter.

- LA-BAS

Dans de nombreux Etats musulmans, les femmes non voilées subissent la pression religieuse pour se voiler et même se couvrir largement . En Tunisie les islamistes ont poussé les femmes à faire la queue séparément des hommes pour aller voter !

Il faudrait certes distinguer selon les pays. D’autant que même à l’intérieur d’un pays il y a des différences entre la campagne et la ville, entre une ville très ouverte sur l’extérieur, notamment sur le tourisme et une ville introvertie. J’ai remarqué cela en Tunisie. Dans le sud intérieur de la Tunisie les femmes ne sortaient (il y a peu) de chez elles qu’accompagnées d’un homme et voilées.

Sexo-séparatisme : Du lourd !

Le problème - car il y a problème - ici ne tient pas seulement au voile en soi mais à la très forte pression religieuse qui est aussi à dominante masculine. Il faut dire aussi que les femmes (voilées) ne sont pas en reste pour invectiver les musulmanes qui portent des jupes au-dessus du genoux ou celles qui ne portent pas de voiles. Cela va jusqu’à la violence physique . Il y a donc bien une très forte contrainte explicite mais aussi de ce fait une implicite (regard réprobateur) qui constitue une très grosse chape de plomb et une très très lourde oppression. Ce sont des femmes qui s’en sont libérés qui le disent.

La pression est si forte que nombreuses sont les musulmanes non voilées qui doivent s’obliger à porter constamment des manches longues été comme hiver - cela se voit assez nettement pour peu que l’on reste suffisamment longtemps sur place - soit sur des pantalons soit sur des jupes très longues. Ce n’est évidemment pas que les femmes seraient naturellement pudiques ou qu’elles seraient vertueuses simplement du fait de leurs apparences vestimentaires . La nature a bon dos comme d’habitude. Et la vertu n’a rien a voir avec le type de vêtement porté. C’est plutôt que la diversité vestimentaire en rapport avec la visibilité du corps ou des formes féminine y est très réduite.

La liberté y est réduite pour les femmes. Cela va d’ailleurs jusqu’à construire un véritable enfermement des femmes. En matière de sexo-séparatisme, les juifs radicaux font ici comme les musulmans radicaux. Car les radicaux prennent appui sur ce terreau sexiste et patriarcal pour aller plus loin.

Dans l’argumentaire développé, les radicaux sexo-séparatistes prennent appui aussi sur la violence structurelle contre les femmes en Europe. Il y là une entourloupe et une grosse hypocrisie .

- RETOUR A "ICI".

Cependant il est vrai que si les discours explicitement sexistes sont nettement moindre ici et de plus combattus par le mouvement féministe très présent on observe toujours des violences faites aux femmes. Mais que je sache, celles et ceux qui se réclament de l’égalité entre hommes et femmes ne tolèrent ni l’un ni l’autre à savoir ni les discours explicitement sexistes de type Orelsan ou de type religieux ni les violences sexistes "structurelles", réalisées hors de toute justification sexiste par la "simple" prégnance factuelle du patriarcat historique.

La tonalité "voilophobique" en France se comprend largement par cette dialectique globale autour du sexo-séparatisme, pour l’égalité, et la réciprocité . Elle ne signifie donc pas nécessairement une option islamophobique, soit une attitude négative et même raciste contre les musulmanes et les musulmans en général. Ceux qui entretiennent cette confusion en sont arrivés à voir d’emblée, sans plus d’examen, le FN au cœur de la gauche et de l’extrême-gauche.

Il est cependant avéré que des femmes voilées ont subies des humiliations, exclusions, injures et même parfois des agressions, notamment en 2003 et 2004. Il n’est donc pas utile dans rajouter. Pour autant derrière la voilophobie c’est, à gauche, l’intégrisme qui est visé. Il l’est toujours. Et avec force. Cela ne relève pas du cynisme. Cela s’explique.

Christian Delarue

1) L’instrumentalisation de l’antiracisme : La notion d’ "islamophobie étendue" par les régimes autoritaires.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2093

Addendum  :

A propos de "Le Feminisme, le Racisme et le Voile" de Robert GIL sur LGS.

Robert GIL dans "le Feminisme, le Racisme et le Voile" commence par dénoncer justement un amalgame entre immigration et violences faites aux femmes. Le féminisme ne doit pas servir d’alibi au racisme. Exact. Mais il doit permettre la critique du sexisme des radicaux musulmans et juifs (haredim), notamment pour ce qu’il s’agit du sexo-séparatisme.

En occident l’égalité des droits et la considération de la femme comme l’égale de l’homme n’est certes pas acquise dans les faits mais elle est au moins validée dans la plupart des textes. Il faut distinguer l’ordre des faits de celui de la loi et de celui de l’idéologie développée. Il n’y a plus guère que les secteurs religieux intégristes a valoriser les inégalités et la non réciprocité.

Robert GIL ajoute "Au nom de l’antiracisme, le piège est également de fermer les yeux sur les conceptions sexistes véhiculé par les fondamentalistes religieux, ou d’autres caïds des cités". J’approuve pleinement ce propos rarement exprimé. Beaucoup trop rarement dans un certain antiracisme. Cependant, il ne développe guère ce qu’il dit. En fait cette phrase annonce plutôt la suite . Il écrit : ’"Mais à l’inverse, au nom de la libéralisation de la femme, on ne peut pas non plus interdire aux femmes qui le souhaitent de porter un foulard". Nous sommes d’accord, mais la libéralisation n’est pas le seul motif d’agir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.