christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2013

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Voile et string : relativisme culturel !

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voile islamique et mini-jupe / string : relativisme culturel !

Le relativisme culturel admet la diversité des pratiques corporelles, mais pour autant il ne tolère pas les oppressions et les dominations.

Les hyper-textiles, les textiles minimalistes et les nudistes : diversité et tolérance !

 "C'est quand je veux, comme je veux !"

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/120713/voile-et-string-relativisme-culturel?

Relativisme culturel : Voile religieux intégral et nudisme - AgoraVox le média citoyen

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/relativisme-culturel-voile-60300

Depuis : 

- Le réductionnisme comme mécanisme d’oppression sexiste et/ ou raciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240213/le-reductionnisme-comme-mecanisme-d-oppression-sexiste-et-ou-raciste

- Respect des femmes voilées mais aussi respect des "minorités" homo, trans, bi, des nudistes et naturistes, des femmes sexy.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/080213/respect-des-femmes-voilees-mais-aussi-respect-des-minorites-homo-trans-bi-des-nudistes-et-nat

REX FEATURES/REX/SIPA

XX

Est-ce vraiment le string qui choque ? N'est-ce pas plus tôt le préjugé anti-gros(se) qui opère !

Et quand la femme ou l'homme est plus belle-beau, qu'est-ce qui gêne ? La crainte de ne pas décoller le regard (pour les hommes surtout) et la crainte de devoir trop supporter des regards masculins mais aussi féminins . La "qualité" du regard compte aussi car  "les libidineux : un peu çà va, beaucoup c'est trop" ! Mais attention car la "concupiscence", comme désir sexuel exicité sobrement et pacifiquement, est aussi critiquée par tous les intégristes de toutes les religions qui stigmatisent le sexe comme péché et comme digne de l'enfer !  Ils veulent interdire les femmes sexy . La trop grande liberté peut donc choquer des hommes, des femmes aussi. C'est pourquoi il faut défendre le relativisme corporel et la liberté de se vêtir librement.

On nomme la volonté de réprimer la liberté de moeurs "ordre moral" ! Le nudisme, par exemple, a été sévèrement réprimé dans les dictatures à forte composante religieuse : Portugal de Salazar, Espagne de Franco, France de Pétain, Grèce des colonnels et dans les dictaatures d'amérique latine.

La liberté de moeurs ne devrait pas aller, pour certains, jusqu'à autoriser la prostitution. Mais c'est un autre sujet !

Enfin sur le string lire, comme je ne suis pas le premier sur le sujet :

Ou Soral a-t-il entendu que les féministes étaient pro-string ?

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/120113/ou-soral-t-il-entendu-que-les-feministes-etaient-pro-string

XX

Quid de la mini-jupe?

C'est plus facile pour certaines que pour d'autres ! 

Mais conservons le principe de base à défendre partout : "C'est quand elles veulent comme elles veulent !"

 Cette image fait comme si il s'agissait de deux "pressions" équivalentes. Or c'est largement faux.

1 Imposition n'est pas pression. L'un est autoritaire l'autre pas !

2 Et l'imposition de la mini-jupe, sous peine de menaces physiques, est beaucoup plus rare que celle portant imposition du voile.

Cela permet néanmoins de défendre la liberté de se vêtir pour les femmes, qui peuvent ainsi soit se voiler, soit porter des mini-jupes. Le problème de la mini-jupe se déplace sur la question du lieu et du machisme ambiant possible . Le port de mini-jupes peut donner lieu aisément à agressions sexistes dans certaines zones d'incivilités notoires. 

XX

Voile islamique d'une interprétation sexoséparatiste de l'islam, d'un certain islam !

En noir !

 en gris !

Parallèlement, une femme voilée par libre soumission à préceptes religieux (un certain islam et non l'islam) ou par obéissance à fermes injonctions sexoséparatistes d'un mari, de musulmans autoritaires peut choquer mais qu'est ce qui choque ici ? La soumission rigide à la religion (un port constant en extérieur), la soumission à l'homme ou/et la peur de la généralisation de ce type de contrainte (effet de contagion)? Derrière il y a la crainte de l'apologie de la religion, de son volet intégriste surtout !

Il importe de contenir ses peurs dit-on souvent en matière de lutte antiraciste (afin de repousser ici l'islamophobie). Pour autant, il ne faut pas céder à la volonté d'emprise des intégristes !

La diversité des modes de vie est un gage contre l'intégrisme religieux qui lui pousse à la monotonie du "tout caché, tout voilé" pour les femmes !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere