Agir sur les conditions productrices de l'agressivité et de destructivité des humains.

Agir sur les conditions productrices de l'agressivité et de destructivité des humains.

Erich Fromm a publié un monumental "La passion de détruire" sous titré "Anatomie de la destructivité humaine" .

Cet ouvrage dépasse largement les 500 pages. Il y figure un bibliographie imposante, le plus souvent en anglais.

I - L'examen des conditions productrices de l'agressivité et de destructivité des humains.

E Fromm entreprend d'étudier minutieusement sous tous les angles la destructivité humaine. Il discute les thèses des différentes écoles de psychologies, de sociologie, d'histoire, d'ethnologie. Il opère un certains nombre de distinctions que l'on ne peut détailler : agressivité maligne, bénigne, défensive, agressivité-affirmation de soi, etc...

Avec l'agressivité maligne, il passe à l'étude de la cruauté et de la destructivité. Il étudie le sadisme, le désir pathologique de faire souffrir l'autre. Au passage, il indique au plan de la sexualité, qu'un individu sexuellement excité par des pratiques sadiques a un caractère sadique. L'autre versant du sadisme physique est la cruauté qui est le désir de blesser les sentiments d'une autre personne ou de l'humilier. Il précise à ce propos que la souffrance psychique peut être plus intense que la souffrance physique.

Mais surtout, il constate que contrairement à la plupart des animaux, l'homme est un véritable "tueur". L'agressivité et la cruauté de l'homme surpasse de loin celle de ses ancêtres animaux. Il remarque aussi que chez animaux vivant dans un contexte perturbant l'agressivité devient plus intense. Il développe alors l'idée que l'hyper-agressivité humaine n'est pas à rattachée à son "potentiel" mais aux conditions productrices de cette agressivité. Ces dernières conditions seraient plus fréquentes pour les humains que pour les animaux.

II - L'action pour réduire ces conditions.

A mon sens, tout cela devrait inciter à se préoccuper surtout des conditions de production de l'agressivité et de la destructivité.

Ce qui suppose d'enclencher un travail de déminage, d'avoir une vigilance de divers niveaux :
- vigilance localisée dans la famille ou dans les petits groupes pour stopper la montée en puissance des pulsions destructrices pour favoriser au contraire les mouvements d'amitié, de compromis sur des bases possibles et raisonnables.

- vigilance éducative de la jeunesse,
- vigilance intermédiaire pour réduire la consommation de ce qui accroit la violence ou les destructions de vie : l'alcool, la vitesse, etc...
- vigilance globale pour réduire le nombre et l'intensité des guerres militaire en réduisant le niveaux d'armements mais aussi le niveaux d'agressivité de ceux qui usent des armes,
- vigilance au plan économique pour réduire dans chaque continent et chaque pays les "guerres de classes" économiques et sociales, ce qui devrait permettre d'éviter l'appauvrissement des humains déjà défavorisés par une minorité de prédateurs économiques.
- vigilance concernant la tendance masculine à la domination des femmes qui passe par le souci d'égalité, de réciprocité, de compréhension mutuelle dans tous les domaines.
- vigilance concernant le racisme sous toutes ses formes. Ce qui passe au plan international par un rééquilibrage des rapports de force entre le nord et le sud sur plusieurs plans.

Christian DELARUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.