MRAP - Contre le racisme sous toutes ses formes et sans faiblesse !

MRAP Congrès 2015  -  Contre le racisme sous toutes ses formes et sans faiblesse !

GIF - 1.9 ko

 

En quelques points (pas tout loin de là), très très sommairement abordés. Juste de brèves indications.

 

Contre celles et ceux qui perdurent dans l'usage déplorable de la formule "contre le racisme et l'antisémitisme" le MRAP souligne à raison, dans ce congrès, que l'antisémitisme n'est pas une forme de racisme plus intolérable qu'une autre. Le MRAP refuse de hiérarchiser les formes de racisme . Il lutte depuis son changement de nom en 1977 contre toutes les formes de racisme et donc, outre le racisme anti-juifs, celui anti-arabe, anti-noir (négrophobie), anti-rom (rromophobie et antitziganisme), anti-musulmans (islamophobie), anti-étrangers (xénophobie), etc.

Pour autant, l'antisémitisme doit être combattu partout, fermement, sans faiblesse, comme toutes les autres formes observablesEt la solidarité avec les peuples infériorisés, opprimés, dominés, écrasés, humiliés, etc...  ne peut se faire que sans racisme. Cela vaut pour la qualité de la solidarité avec le peuple palestinien .

Les deux militants de BDS 34 sont attaqués en justice car ils ont repris à leur compte une image facebook antisémite, une image accompagnée d'un texte odieusement raciste ! Certes ils ont enlevé plus tard ce "partage" - ce qui a pu personnellement m'inciter à la modération contre eux pour erreur (ce qui arrive) - mais, à ce que j'ai pu entendre dans le débat de congrès, ils ne se sont jamais prononcés explicitement contre ce geste malgré les demandes ! Ils n'ont jamais écrit que c'était une erreur, qu'ils n'étaient pas antisémite. Dans ces conditions il est normal que la LDH et le MRAP saisissent la justice. Il revient à l'avocat des deux militants de BDS de plaider pour adoucir la peine. Mais ce n'est pas le rôle du MRAP de se mettre à la place de l'avocat de ces militants. 

Le MRAP combat l'influence néfaste des idées de Dieudonné, Soral et Zemmour au sein d'une certaine fraction de la population française.

La motion proposant l'adoption par le MRAP de la notion de "racisme d'Etat" n'a pas été adoptée. Il existe bien des politiques de racialisation (ie des politiques racistes), il n'y a pas à proprement parler d'Etat raciste !

Evoquer un Etat raciste, comme il a été dit par certains, c'est laisser accroire que l'Etat est par nature et fondamentalement raciste ce qui est faux Avec une analyse qui pense la contradiction (ou les contradictions) au sein des institutions, on peut voir que la composante antiraciste est forte (je l'ai soutenu ailleurs il y a longtemps) mais qu'il existe des failles laissant place à des pratiques administratives très contestables (arrestations policières au faciès) et à des politiques gouvernementales de racialisation (ie raciste), failles contre lesquelles il faut agir .

 Hors du "front commun" des associations "antiracistes universalistes" (SOS Racisme, LICRA, LDH, MRAP) une motion proposait des alliances avec des associations plus récentes et plus petites. Sans avoir à parler "d'alliances", l'idée d'agir en commun localement avec des associations qui partagent nos valeurs est acceptée

Une motion (Lyon) qui relie antisexisme et antiracisme a été aussi adoptée (sans les considérants d'appui).

Henri Poulliot est intervenu avec succès pour que le combat anticolonial soit maintenu.

Une motion (MRAP des Landes) proposait de sortir le mot "race" des textes officiels. Lors du débat d'autres termes comme "ethnies" ou "issus de l'immigration" furent aussi critiqués comme racialisant les groupes humains. Même la notion de "peuple" sans adjectif peut aussi refléter une conception globalisante, communautarisante, essentialiste qui masque sa diversité interne au plan sociétal ou civilisationnel ou sa conflictualité interne au plan économico-social ("classisme"). Néanmoins, c'est l'usage du terme "race" qui est le plus problématique. Il n'y a pas de "race". Les discriminations ne sont pas "raciales" mais racistes !

Tribune du congrès du MRAP oct 2015 © CD Tribune du congrès du MRAP oct 2015 © CD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.