christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1764 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2012

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Clarifier l'usage d'un mot valise : le peuple !

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Educ pop"  : Clarifier l'usage d'un mot valise : le peuple.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2808

Nombreux sont les acteurs qui usent du mot peuple. Et il ne s'agit pas nécessairement du peuple "pour soi", du peuple subjectif, du peuple en mouvement, celui qui se lève . Plus souvent, il s'agit du peuple objectif, du peuple "en soi", du peuple pensé, désiré , nommé. De celui vu comme dominé ou de celui dont on voudrait qu'il se mette en mouvement pour défendre ses droits ou en conquérir de nouveaux .

Les deux catégories sont à saisir dialectiquement, car la notion de peuple "en soi" est parfois invalidée, rabaissée à une invention. Comme si le travail de nomination était sans rapport avec le projet politique voulu concernant ici le peuple. L'histoire montre assez ce besoin de nommer : ethnos, laos, genos, demos, etc... Il ne semble rester massivement que populus qui est compris aussi bien comme tour le peuple que comme fraction de peuple.

L'ambiguité contemporaine de la référence au peuple sans adjectif ne saurait masquer la réalité massive de son usage. Il est partout. La science politique ou plus modestement la volonté de comprendre se doit de clarifier l'usage de ce que l'on nomme parfois négativement comme un mot-valise. 

Cela concerne aussi bien en France Jean-Luc Mélenchon que Marine Le Pen ou d'autres grandes figures de la scène politique. Les journalistes comme les intervenants moins connus invoquent aussi le peuple mais peu précisent lequel. Par exemple, le peuple de Marine Le Pen n'est pas celui de Jean-Luc Mélanchon, le premier ayant systématiquement sa carte d'identité nationale mais n'est que rarement dans un rapport de conflictualité interne à la nation, si ce n'est face aux divers gouvernants. Mais, le problème est aussi qu'il y a des différences d'usage au sein d'un même acteur ou locuteur. Il n'y a pas que des différences de sens entre acteurs différents de la mobilisation populaire. Et ces variations d'usage sont rarement précisées.

Le discours reste dans le flou sémantique. Une lecture attentive arrive parfois à cerner des nuances mais ce n'est pas toujours évident. Au-delà de l'accusation critiquable de populisme, il convient de signaler néanmoins que cela favorise grandement la manipulation politique des citoyens, de certains du moins. Un usage plus différencié serait souhaitable au moins à l'écrit.

Sans aller trop loin proposons les questions suivantes : S'agit-il d'un peuple-nation ? (référence à une histoire interne, à ses représentants aussi) d'un peuple démocratique ? (référence aux citoyens mais aussi à une souveraineté) d'un peuple-classe ? (référence à un peuple social, hors classe dominante et oligarchie) d'un peuple ethnique (référence à une langue ou une culture) ? Ces quatre qualificatifs - il y en a d'autres (peuple autochtone, peuple colonisé, etc... - contribuent dèjà nettement à un langage plus prècis. 

Des universitaires, spécialistes de cette question, ont développés diverses réponses mais ils ne sont guère écoutés. Un atelier de l'université d'été d'ATTAC de l'été 2012 a quelque peu vulgarisé ces notions (démarche d'éducation populaire). Il importe d'aller plus loin. Il y a des enjeux multiples.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal — Culture et idées
Arnaud des Pallières et Radu Jude font parler les archives
Deux courts métrages cette semaine, en association avec les Rencontres du cinéma documentaire de l’association Périphérie. Sur des images d’archives, Arnaud des Pallières raconte l’effrayante disparition d’une adolescente, Diane Wellington, puis Radu Jude l’exécution du maréchal roumain Antonescu, telle que filmée en 1946, et la version scénarisée en 1994.
par Périphérie et Mediapart
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes