Le "racisme préfectoral", une forme grave de racisme institutionnel d'Etat

Le "racisme préfectoral", une forme grave de racisme institutionnel d'Etat

Il y a celles et ceux qui se "trompent de colère" et qui frappent lâchement contre les plus faibles qu'eux et celles et ceux, certainement plus lucides et plus courageux(ses) qui dénoncent les pratiques odieuses des puissants et les institutions. C'est le cas d'un groupe de militant-e-s rennais-e-s pour les droits humains des migrant-e-s.

En effet, si la tendance dans certains ministères d'Etat consiste à accroître le respect des régles légales mais aussi celles déontologiques de tout niveau de la profession, des plus anodines aux plus importantes, ce n'est pas le cas partout et notamment dans certaines Préfectures ou manifestement, à écouter les témoignages, concordants et répétés, des personnes qui accompagnent très régulièrement les migrants pour leur démarches administratives, on en est encore aux inadmissibles pratiques coloniales, xénophobes et racistes contre les migrants subsahariens, très indignes, d'une indignité énorme, très anormale dans un pays qui se réclame de l'Etat de droit.

Il est absolument certain que ces pratiques doivent changer. On ne peut tenir un double langage avec d'un côté une ou des chartes de réception d'usagers des services publics visant à une exemplarité accrue sur la forme et le fond dans certaines administrations et de l'autre des comportements de harcèlement des usagers ciblés au faciès. Ce n'est pas tenable.

Christian DELARUE

1- Harcèlement préfectoral contre les migrant-e-s et racisme institutionnel : STOP ! - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Harcelement-prefectoral-contre-les

Déjà 2013

2- République bananière et accueil des usagers étrangers à la préfecture d’Ille-et-Vilaine par le Réseau 35... 

http://amitie-entre-les-peuples.org/Republique-bananiere-et-accueil?lang=fr

C'est de "l'installé" !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.