christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1734 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2015

Respect de la conscience athée svp !

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face aux croyances en étendard !

RESPECT DE LA CONSCIENCE ATHEE SVP !

En défense de la conscience athée, agnostique et même croyante en Dieu mais souple ou séculariste.

A la suite des positions complaisantes qui demandent le non exercice du blasphème et de la caricature contre les religions, même celles qui prennent soin de critiquer des excès de certaines pratiques ou celles qui distinguent la religion du croyant il devient possible, du fait du parallèlisme des formes, de demander à ce qu'un ou une croyante en dieu durablement installée devant soi 7H sur 7 (hypothèse du bureau de travail privé) 5 jours par semaine d'enlever son signe religieux ostensible.

Son signe est au moins aussi offensif dans ce cas qu'une caricature dans un journal que nul n'est obligé d'acheter. Son signe ostensible vous "pète" sa religion au visage 7H sur 7 , il aggresse donc votre conscience agnostique ou athée qui ne veut pas être troublée par une "atteinte insupportable" à sa conception du monde.

Il faut respecter toutes les consciences, y compris celles sans dieu et sans religion.

C'est plus sérieux, me semble-t-il, que celui qui dit avoir sa conscience religieuse "choquée" parce qu'un blasphème ou une caricature qui porte contre son dieu fétiche, alors que ce journal n'est pas durablement devant son nez 7H sur 7, comme dans mon cas susévoqué . C'est un peu pousser loin le bouchon de la conscience atteinte. Pourtant çà marche pour certains.

Que cela ne lui plaise pas, j'entends bien. Le croyant choqué a le droit de le dire, de le répéter, de l'écrire - et je défendrais ce droit - mais pas de bruler des drapeaux, ni d'exiger qu'on ne recommence plus à blasphémer. Là je suis Charlie !

Quant à l'athée il aurait bien lui le droit de dire (si le cas était avéré) qu'un voile islamique maintenu durablement devant lui dans un cadre proximal contraint est un manque total de respect de sa conscience athée. Un peu de respect que diable ! La religion n'apprends donc pas ce respect ! Il suffirait de l'enlever puis de le remettre en sortant pour que le respect de chacun soit assuré. Mais la tolérance est ici unilatérale. C'est l'athée, qui n'est qu'un mécréant (1), qui doit tolérer et se taire. Ce qui arrive trop souvent effectivement. Ce qui ne signifit pas silence par la suite.

La République assure la liberté de conscience. (loi de 1905 art 1). Pas que celle des croyants offensifs qui méconnaissent la conscience d'autrui.

Christian DELARUE

NB : Mécréant est une insulte raciste de type athéophobique. On ne fait pas procès judiciaire pour çà seulement. Mais si d'autres éléments s'ajoutent c'est possible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon