Que le 1% paie la crise !

Que les riches du 1% paient la crise, pas le peuple-classe ! Pas chaque peuple-classe, partout, au Nord comme au Sud ! Pour un internationalisme des peuples 99% (d'en-bas) pour un autre monde !

QUE LES RICHES du 1% PAIENT LA CRISE, PAS LE PEUPLE-CLASSE!

Pas chaque peuple-classe, partout, au Nord comme au Sud !

Pour un internationalisme des peuples 99% (d'en-bas ) pour un autre monde

(social, écologique, démocratique, mais aussi antiraciste, antisexiste, laïque, anti-intégriste religieux) !

XX

1%peuple-classe © PR@CD 1%peuple-classe © PR@CD

Classisme à promouvoir et identitarisme(s) à oublier !

(cf article de M Confavreux de ce jour : Quand l'Occident se tribalise...)

En France comme ailleurs en Europe ou dans le monde, le peuple-classe 99% ne doit pas payer et disant cela nous précisons : surtout pas les plus démunis, ceux et celles d'en-bas soumis à la précarité de l'emploi ou des revenus, voire à la misère totale. Le 1% doit payer. Partout ! 

- Refuser la barbarie à la Spencer (sélection des forts sans solidarité envers les faibles ) et aller vers la civilisation et un autre monde possible passe par la solidarité, donc par la défense et promotion des services publics et de la sécurité sociale ainsi que par la justice sociale et fiscale, (environnementale et territoriale aussi sans racisme ni sexisme)

- Refusons la dérive ploutocratique des élites si peu républicaines avec un accroissement des inégalités économico-sociales !

- Refusons la droitisation des élus (du 10% d'en-haut) pro-financiarisation prédatrice des riches déjà très riches et pro-austérité pour le peuple-classe (outre la droitisation conservatrice en moeurs car il y a plusieurs droites)

- Osons des mesures radicales pour l'emploi (RTT et sécurisation des parcours pro) et les revenus (minimum à assurer) de tous et toutes au sein du peuple-classe !

ATTAC fait campagne et écrit :

Il est inacceptable de demander à celles et ceux qui souffrent de la crise de se serrer encore la ceinture, tandis que les plus fortunés, les multinationales et leurs actionnaires s’enrichissent.

Nous, signataires, demandons au gouvernement de faire payer les profiteurs de la crise en mettant en place deux mesures d’urgence :

  • une taxe sur le patrimoine des 1% les plus riches ;

  • une taxe sur le bénéfice exceptionnel réalisé par les multinationales pendant la crise.

EFFECTIVEMENT

ATTAC toujours : Comment justifier de demander des efforts aux « premières et premiers de corvée », aux chômeurs·euses, aux mal logé·e·s, aux retraités·e·s, alors que la fortune des milliardaires français a augmenté de 175 milliards d’euros de mars à décembre 2020 ?

Que des multinationales comme Amazon ou Netflix ont vu leurs bénéfices exploser grâce au confinement ?

Que des grandes entreprises, évadées fiscales, versent des dividendes à leurs actionnaires ou licencient alors qu’elles bénéficient d’aides publiques ?

https://france.attac.org/se-mobiliser/faisons-payer-les-profiteurs-de-la-crise/

La pétition à signer est sur le site d'ATTAC : https://france.attac.org/

lire aussi :

https://france.attac.org/IMG/pdf/note-dette-covid-v3-pajapaj.pdf

Depuis le début de l’année, Emmanuel Macron et son gouvernement préparent les esprits à une nouvelle cure d’austérité. En mars 2021, La commission Arthuis « sur l’avenir des finances publiques » a rendu un rapport dans lequel elle préconise la réduction des dettes publiques sans augmenter les prélèvements obligatoire et propose d’instaurer une « règle d’or sur la dépense publique ». Pour faire ces économies, Bruno Le Maire a réaffirmé à plusieurs reprises sa volonté de mettre en œuvre la réforme des retraites et celle de l’assurance chômage.

Le prétexte du gouvernement ? Il faut rembourser la dette Covid ! Or si la dette a augmenté depuis le début de la crise, elle n’est pas un problème dans l’immédiat : le coût de son remboursement est 2,5 fois moins élevé qu’il y a 20 ans car les taux d’intérêt auxquels l’État français emprunte sur les marchés financiers ne cessent de baisser et sont parfois négatifs !

La dette est ainsi instrumentalisée par le gouvernement pour nous imposer une nouvelle cure d’austérité et de réduction des dépenses publiques, et par conséquent un nouvel affaiblissement des services publics et du système de protection sociale déjà mis à mal par des années de politiques néolibérales. Une telle politique aurait également un impact négatif sur l’activité et l’emploi.

Ce ne sont pas aux premières et premiers de corvée de faire de nouveaux sacrifices, alors que les inégalités ont explosé depuis le début de la crise et que les plus riches n’ont cessé de s’enrichir.

Nous proposons des mesures d’urgence pour faire payer les profiteurs de la crise et exigeons une mise à plat de la fiscalité. C’est le sens de la tribune publiée par de nombreux responsables associatifs et syndicaux, économistes, artistes...

XX

INTERNATIONALISME ou INTER-NATIONALISME

Le débat Lordon-Besancenot de 2017 (vidéo ballast) ressemble aux débats anciens d’ATTAC 2005-2006 entre les "anti-mondialisation" ( et pro-nation) et les altermondialistes de l’époque (qui sont encore là avec 15 ans de plus en 2021) !

Sortir de l’Euro comme le veut Frédéric Lordon ne revient-il pas à se mettre du côté de la Nation, soit une communauté qui est ordinairement, malgré la référence démocratico-citoyenne, surtout l’affaire des dominants économiques dit Olivier Besancenot qui rappelle que la sortie de l’euro n’est pas une fin en soi mais qu’elle est surtout, lorsque de la conflictualité sociale s’exacerbe, un problème qui est en résumé "qui va alors récupérer le pouvoir bancaire et financier?"  

Une politique pro-austérité contre les classes populaires peut venir de l’Union européenne (cf attaque contre la Grèce - 2015) comme des classes dominantes nationales (cf Grande-Bretagne après Brexit). Mais…

- Pour Olivier Besancenot avec la nation vient très aisément la xénophobie car la nation n’est pas qu’un périmètre !

- Pour Frederic Lordon, ne voir que la version droitière de la sortie de la « cage de fer européenne » est un réductionnisme, une vision trop mécaniste de toute sortie de l’Euro . Il est possible de sortir et de reprendre un cadre national sur une base progressiste, une base de gauche, une base socialiste même qui construit et développe les services publics, la sécurité sociale, y compris pour les migrants, les résidents non-nationaux.

Le concept de souveraineté c’est, pour Lordon, le « Nous qui décidons » . Mais qui est ce « nous » ? Nous étroit ou nous élargi ? Qui sont les citoyens du nous? 

Il ajoute : La nation c’est faire communauté avec des gens qu’on ne connait et même parfois avec des gens qu’on ne voudrait surtout pas comme ami, voire qu’on déteste ! 

Qui sont ceux qui achètent le nous (pour le dire comme Julia Cagé) ? Une démocratie censitaire crée une ploutocratie avec un nous clivé, une béance même entre les très riches et le reste, un fossé immense !

Pour O Besancenot, c’est la question des classes qui fait que le « nous » n’est pas dans la nation car les riches prédateurs capitalistes n’y sont pas ! Le 1% fait sécession en France comme ailleurs pour créer une "internationale des riches" ! On dira que le nous n’est pas non plus au sein du peuple-classe mais au moins c’est envisageable, même si, à l’évidence, tout n’est pas sans problème en son sein.

Quand on veut «  cesser de faire corps » dit Lordon, soit on devient apatride et on part (ce que n’a pas fait Shlomo Sand pourtant très critique des gouvernements sionistes successifs), soit on vire les capitalistes (cf russes blancs) pour les uns, les islamistes pour les autres ! 

Son «  cesser de faire corps » avec ce qu'il implique montre toute la force d'intégration de la forme Nation. Mais si les riches forment une internationale alors chaque peuple-classe avec ses forces de mobilisation peut tendre à ce que les trotskistes appelaient la "transcroissance des luttes" et donc les convergences trans-frontières ! Etre altermondialiste présuppose non pas de ne rien faire dans le cadre national qui reste pertinent pour agir mais de s'ouvrir à l'international entre chaque peuple-classe chaque fois que nécessaire, chaque fois que possible ! Parce que nous voulons un autre monde que celui-ci !

Christian Delarue

(militant ATTAC et CADTM)

Relations Nord-Sud et intercommunautaires : pistes programmatiques - Groupe Nord-Sud (Conseil scientifique d'Attac France) - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Relations-Nord-Sud-et-intercommunautaires-pistes-programmatiques-Groupe-Nord

Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe - CADTM

https://www.cadtm.org/Penser-l-oligarchie-la-classe-dominante-et-le-peuple-classe

[GROUPE-CS-DIM-SOC_CULTURELLE] La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique

CD ATTAC

La convergence des luttes sociales contre les oligarchies et autres dominations et oppressions (pluri-émancipation).

https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.