Vive la Sociale pour le peuple-classe d’abord !

Vive la Sociale pour le peuple-classe d’abord !

Vive la Sociale pour le peuple-classe d’abord !
de : Christian DELARUE

 

JPEG - 256.1 ko99% d’en-bas

La Sociale n’est pas le socialisme abouti mais elle construit dans la lutte et le débat le socialisme ! Moins de propriété privée des moyens de production et un autre Etat comme transition . Le socialisme c’est aussi une autre démocratie, un autre régime de travail-emploi, (Sécurité emploi-formation plus RTT forte), un autre régime de production. Etc

La Sociale articule ce faisant un difficile projet d’émancipation actualisé aux conditions du moment à un ensemble de classes sociales d’en-bas nommé peuple-classe, qui est « l’autre » de la classe dominante.

La Sociale n’est pas nationale . La nation n’est que le cadre - possible et non exclusif - dans lequel un programme économique politique et social est destiné à s’appliquer via le débat démocratique et les forces politiques mais aussi syndicales ou associatives (à leur façon) qui articulent intérêts du peuple-classe et émancipations multiples (pluri-émancipation). La Sociale ne relève d’aucun identitarisme ni national ni religieux. La Sociale ne se moule, à priori, dans aucun communautarisme.

La Sociale, de par son histoire lié au mouvement ouvrier, relève d’un combat foncièrement social, internationaliste et anti-classiste . Le classisme est le nom donné dans toute formation sociale à la politique de l’oligarchie et de la classe dominante qui vise à assurer son maintien comme classe dominante .

La Sociale est le contenu d’un programme revendicatif pour les travailleurs et travailleuses du peuple-classe, donc pour les 99% d’en-bas . Et si ce programme trouve a être mis en oeuvre - dans un cadre national - c’est alors une politique pour le peuple-classe d’abord ! La Sociale ne défend pas à priori la « démocratie réellement existante » car c’est la démocratisation par plus de pouvoir par et pour le peuple-classe qui est sa boussole. On dit ailleurs empowerment.

La Sociale, comme contenu revendicatif, peut concerner une sphère territoriale élargie à un continent, notamment européen. Mais on ne saurait confondre la Sociale avec l’Europe sociale institutionnalisée. Le contenu programmatique de la Sociale est nettement plus radical, plus anti-capitaliste, plus socialiste que celui de l’Europe sociale qui n’est que le contenu des concessions des classes dominantes à divers moments de l’histoire depuis 1945 ou depuis 1986 (AUE).

Au plan fiscal, la Sociale vise à prélever sur ceux d’en-haut, le 1% d’en-haut, pour redistribuer à ceux d’en-bas.

La Sociale a nécessairement, de nos jours, un contenu environnemental et écologique. On peut dire écosocialiste . Elle a aussi un contenu territorial, dans la mesure ou elle lutte contre le mal-développement capitaliste.

Si la Sociale possède une dimension populiste par la place donnée au peuple-classe, elle n’est pas populiste par essence ou par définition car elle participe de la pluri-émancipation : Le combat social est aussi un combat laïque . Il refuse de laisser prise aux forces fascistes comme aux forces des intégrismes religieux . La Sociale lutte aussi contre l’homophobie, la transphobie, le sexisme et le racisme sous toutes ses formes.

Chaque force politique socialiste ou communiste (variantes historiques) constituée comme telle (parti ou mouvement) donne un programme précis de la Sociale. La Sociale comme mouvement de conquête (révolutionnaire) diffère de La Sociale comme pouvoir installé se réclamant de son programme. Il revient aux citoyens du peuple-classe d’être vigilant, de faire la différence.

Christian DELARUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.