christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2017

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Oligarchisation du monde et évocation multiforme du peuple.

Oligarchisation du monde et évocation multiforme du peuple.

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oligarchisation du monde - avec un ordre oligarchique mondial (OOM) - et évocation multiforme du peuple.

Nous avons là un rapport social à théoriser sur plusieurs plans, notamment au plan social et démocratique et ce sous l’angle - notamment encore - de la dépossession des classes populaires par les puissances économiques.

Pourquoi reprendre le fil théorique ?

Oligarchie-peuple rien de neuf pourtant on trouve trois évènements récents qui incitent à reprendre le fil théorique :

Premier évènement : Le surgissement altermondialiste du « people 99% », du « nous sommes les 99% » .

Second évènement plus inscrit dans la durèe : la montée en puissance des oligarchies d’ou les livres d’Alain Cotta (Le règne des oligarchies) et Thierry Brugvin (qui use du terme « élite » et porte plus sur le volet corruption et a-démocratique). Dans ce cadre général, le peuple-classe comme concept ne se définit qu’en relation dynamique avec l’oligarchie, et non pas d’abord par un chiffre (les 99%) même si la question de l’enrichissement des riches est présent dans l’enjeu . Dans la conceptualisation l’un explique l’autre du fait de l’existence d’un rapport social conflictuel.

Le peuple-classe, on le sait, est bien le large peuple mobilisable pour l’émancipation sociale mais selon des formes en débat de nos jours. Car il n’est pas neutre que cette mobilisation intervienne soit par un leader (populisme de gauche) soit via un projet ou un programme qui prend en charge aussi d’autres dominations ou oppressions qui n’apparaissent pas explicitement, ce qui suppose des convergences d’acteurs divers.

Troisième évènement : plus restreint mais qui perce : les thèses de Chantal Mouffe qui postule la forte conflictualité interne à toute société, à toute nation, avec un « eux » (en-haut) et un « nous » (populaire). Mais pour l’extrême-droite, le eux sera les intrus sur le territoire national et le nous, tous les vrais français, pas les français « administratifs ». Différence forte ici avec la gauche.

Au-delà, de la question du populisme, largement débattue dans ATTAC (Les Possibles n°12) et dans la Fondation Copernic (cf Pierre Khalfa) il y a bien ce eux et nous en conflit qui vient s’ajouter à d’autres rapports sociaux de domination ou d’oppression : sexisme, racisme, classisme, intégrismes religieux montant. Ajoutons l’impérialisme, le néo-colonialisme.

En effet, que l’on soit favorable ou non à la notion de populisme sans adjectif, malgré le flou de la notion, ou que l’on préfère - ou pas - la distinction « populisme de droite » (populisme ethno-national ou autre appellation proche) - « populisme de gauche » (populisme du peuple-classe) il faut bien prendre acte de la montée en référence au peuple ou du peuple. Les ouvrages et contributions qui étudient l’objet « peuple » ne manquent pas. Lire notamment l’ouvrage collectif « Le peuple existe-t-il ? » (2012) ou « Par le peuple et pour le peuple » de Yves Meny et Yves Surel. (2002). D’autres encore.

Cette apparition du peuple est lié, nous semble-t-il, à la forte montée en puissance des oligarchies, tant pour sa réalité que pour l’usage du terme.

C’est bien depuis qu’on évoque largement et analyse en détail la montée en puissance de l’oligarchie partout dans le monde (cf le chapitre « la mondialisation des oligarchies » du livre « Le règne des oligarchies » d’Alain Cotta) qu’apparaît naturellement son opposé le peuple, lequel peuple est d’ailleurs saisi et interprété de façon différente selon les acteurs, mais de plus en plus en opposition avec la ou les oligarchies tant au plan national ou continental ;
Notons que parfois d’autres termes interviennent pour nommer cet en-haut dominant. Thierry Brugvin a écrit sur les élites a-démocratiques quand des marxistes ou altermarxistes continuent de parler eux des classes dominantes ou de bourgeoisies. Jadis en 1986, Patrick Tort distinguait le peuple des classes dirigeantes (dans Etre marxiste aujourd’hui). Pour lui les classes dirigeantes « pensaient » le peuple comme objet de politiques diverses, d’amoindrissement des droits en général.

Les oligarchies comme les bourgeoisies surplombent les peuples de très haut. Elles fourvoient la démocratie, (contre le peuple souverain) et casse les droits sociaux et les services publics (contre le peuple-classe). Cf ma propre contribution de 2012 publiée dans Mouvements : « Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe. »

http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/-

L’essentiel a saisir réside dans la puissance immense accumulée par les grands oligarques de niveau mondial (l’hyperclasse ou la caste) mais aussi de moindre niveau (continental ou national) - l’oligarchie étant elle-même hiérarchisée - et cette oligarchisation (le terme indique processus de constitution dans le temps lié au néolibéralisme comme phase du capitalisme rentier ou financiarisé) a bien rabaissé les mécanismes démocratiques mais aussi les garanties sociales (services publics, protections sociales, etc ) . La République devient un fétiche qui masque la fracture sociale entre peuple et oligarchie.

En surplomb de quels peuples ? 

Les oligarchies et les riches qui sont autour - les 1% d’en-haut sont aussi de plus en plus riches et déconnectés du peuple - bénéficient d’une captation financière grandiose, ce qui crée un immense écart entre ces petits groupes humains surpuissants et le peuple, le peuple-classe.

Y Meny et Y Surel avaient déjà répondu en 2000 dans « Par le peuple et pour le peuple ». A qui s’adresse-t-on quand on parle au peuple ? Au peuple ethno-national ? au peuple démocratico-citoyens (légal ou avec droits de citoyenneté aux résidents) ? au peuple-classe (couches sociales dites populaires) ? Tout cela est bien expliqué et en lien avec l’analyse du populisme.

Ce qui a changé depuis réside dans les trois évènements reportés en introduction. Chacun a sa portée.

Christian DELARUE

La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique (Christian Delarue) - Les blogs d’Attac 

https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement