christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1677 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2017

Oligarchisation du monde et évocation multiforme du peuple.

Oligarchisation du monde et évocation multiforme du peuple.

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oligarchisation du monde - avec un ordre oligarchique mondial (OOM) - et évocation multiforme du peuple.

Nous avons là un rapport social à théoriser sur plusieurs plans, notamment au plan social et démocratique et ce sous l’angle - notamment encore - de la dépossession des classes populaires par les puissances économiques.

Pourquoi reprendre le fil théorique ?

Oligarchie-peuple rien de neuf pourtant on trouve trois évènements récents qui incitent à reprendre le fil théorique :

Premier évènement : Le surgissement altermondialiste du « people 99% », du « nous sommes les 99% » .

Second évènement plus inscrit dans la durèe : la montée en puissance des oligarchies d’ou les livres d’Alain Cotta (Le règne des oligarchies) et Thierry Brugvin (qui use du terme « élite » et porte plus sur le volet corruption et a-démocratique). Dans ce cadre général, le peuple-classe comme concept ne se définit qu’en relation dynamique avec l’oligarchie, et non pas d’abord par un chiffre (les 99%) même si la question de l’enrichissement des riches est présent dans l’enjeu . Dans la conceptualisation l’un explique l’autre du fait de l’existence d’un rapport social conflictuel.

Le peuple-classe, on le sait, est bien le large peuple mobilisable pour l’émancipation sociale mais selon des formes en débat de nos jours. Car il n’est pas neutre que cette mobilisation intervienne soit par un leader (populisme de gauche) soit via un projet ou un programme qui prend en charge aussi d’autres dominations ou oppressions qui n’apparaissent pas explicitement, ce qui suppose des convergences d’acteurs divers.

Troisième évènement : plus restreint mais qui perce : les thèses de Chantal Mouffe qui postule la forte conflictualité interne à toute société, à toute nation, avec un « eux » (en-haut) et un « nous » (populaire). Mais pour l’extrême-droite, le eux sera les intrus sur le territoire national et le nous, tous les vrais français, pas les français « administratifs ». Différence forte ici avec la gauche.

Au-delà, de la question du populisme, largement débattue dans ATTAC (Les Possibles n°12) et dans la Fondation Copernic (cf Pierre Khalfa) il y a bien ce eux et nous en conflit qui vient s’ajouter à d’autres rapports sociaux de domination ou d’oppression : sexisme, racisme, classisme, intégrismes religieux montant. Ajoutons l’impérialisme, le néo-colonialisme.

En effet, que l’on soit favorable ou non à la notion de populisme sans adjectif, malgré le flou de la notion, ou que l’on préfère - ou pas - la distinction « populisme de droite » (populisme ethno-national ou autre appellation proche) - « populisme de gauche » (populisme du peuple-classe) il faut bien prendre acte de la montée en référence au peuple ou du peuple. Les ouvrages et contributions qui étudient l’objet « peuple » ne manquent pas. Lire notamment l’ouvrage collectif « Le peuple existe-t-il ? » (2012) ou « Par le peuple et pour le peuple » de Yves Meny et Yves Surel. (2002). D’autres encore.

Cette apparition du peuple est lié, nous semble-t-il, à la forte montée en puissance des oligarchies, tant pour sa réalité que pour l’usage du terme.

C’est bien depuis qu’on évoque largement et analyse en détail la montée en puissance de l’oligarchie partout dans le monde (cf le chapitre « la mondialisation des oligarchies » du livre « Le règne des oligarchies » d’Alain Cotta) qu’apparaît naturellement son opposé le peuple, lequel peuple est d’ailleurs saisi et interprété de façon différente selon les acteurs, mais de plus en plus en opposition avec la ou les oligarchies tant au plan national ou continental ;
Notons que parfois d’autres termes interviennent pour nommer cet en-haut dominant. Thierry Brugvin a écrit sur les élites a-démocratiques quand des marxistes ou altermarxistes continuent de parler eux des classes dominantes ou de bourgeoisies. Jadis en 1986, Patrick Tort distinguait le peuple des classes dirigeantes (dans Etre marxiste aujourd’hui). Pour lui les classes dirigeantes « pensaient » le peuple comme objet de politiques diverses, d’amoindrissement des droits en général.

Les oligarchies comme les bourgeoisies surplombent les peuples de très haut. Elles fourvoient la démocratie, (contre le peuple souverain) et casse les droits sociaux et les services publics (contre le peuple-classe). Cf ma propre contribution de 2012 publiée dans Mouvements : « Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe. »

http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/-

L’essentiel a saisir réside dans la puissance immense accumulée par les grands oligarques de niveau mondial (l’hyperclasse ou la caste) mais aussi de moindre niveau (continental ou national) - l’oligarchie étant elle-même hiérarchisée - et cette oligarchisation (le terme indique processus de constitution dans le temps lié au néolibéralisme comme phase du capitalisme rentier ou financiarisé) a bien rabaissé les mécanismes démocratiques mais aussi les garanties sociales (services publics, protections sociales, etc ) . La République devient un fétiche qui masque la fracture sociale entre peuple et oligarchie.

En surplomb de quels peuples ? 

Les oligarchies et les riches qui sont autour - les 1% d’en-haut sont aussi de plus en plus riches et déconnectés du peuple - bénéficient d’une captation financière grandiose, ce qui crée un immense écart entre ces petits groupes humains surpuissants et le peuple, le peuple-classe.

Y Meny et Y Surel avaient déjà répondu en 2000 dans « Par le peuple et pour le peuple ». A qui s’adresse-t-on quand on parle au peuple ? Au peuple ethno-national ? au peuple démocratico-citoyens (légal ou avec droits de citoyenneté aux résidents) ? au peuple-classe (couches sociales dites populaires) ? Tout cela est bien expliqué et en lien avec l’analyse du populisme.

Ce qui a changé depuis réside dans les trois évènements reportés en introduction. Chacun a sa portée.

Christian DELARUE

La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique (Christian Delarue) - Les blogs d’Attac 

https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Cette semaine dans « À l’air libre »
Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.
par à l’air libre
Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO