String "Charlie" hors plage !

Question textile

String "Charlie" hors plage !

Pour le string seins nus hors plage légalisé.

 

Le string seins nus est une critique pratique, une critique en acte car la critique théorique ne suffit pas. C'est une critique-pratique des hommes et des femmes.  C'est que les intégristes religieux - juifs haredim et musulmans - ne se contentent pas de discours ils forcent les croyantes et au-delà touutes les femmes à des pratiques dites sexoséparatistes (soft ou hard ).

Critique du sexo-séparatisme mondialisé des secteurs réactionnaires des religions. 

http://amitie-entre-les-peuples.org/Critique-du-sexo-separatisme


Contre des pratiques il faut d'autres pratiques fondées sur d'autres principes. Ici de liberté, d'égalité et de réciprocité des pratiques autorisées dans le cadre du "relativisme culturel" du vêtement (qui n'est pas le relativisme culturel global ou total).

Le string seins nus est une pratique - aujourd'hui restreinte à la plage, sauf pour les Femen (mais il s'agit pour elles de seins "politiques" pas de seins normaux) - qui participe de la libération de la société de son recouvrement hypertextile en cours, recouvrement sexoséparatiste qui vient du fait de la puissante dynamique mondiale des intégrismes juifs haredim et musulmans. 

 

REVENDIQUER LE "HORS PLAGE"

Le string seins nus dans son jardin (ou ailleurs) quand il fait beau et qu'on en a envie (quand il n'y a pas trop d'individus mal élevés dans le coin) est une liberté qui ne saurait être dite à priori malsaine ou "satanique" (sic). Ce serait là un préjugé lié à une conception très austère et autoritaire du corps et du charnel, conception largement portée par les intégrismes religieux mais pas qu'eux.

Le string seins nus est une liberté d'émancipation que l'on réclame aujourd'hui comme d'autres revendiquent de pouvoir porter le voile et une tenue hypertextile. Sauf que la doctrine sexoséparatiste - fut-elle dite spirituelle - impose l'hypertextile tous les jours, chaque jour que Dieu fait (et il en fait beaucoup )! Cela provoque un comportement psychorigide.

 

Liberté pour le string seins nus pour passer la tondeuse dans le jardin et plus si envie !

Liberté pour les "hypotextiles" homme et femme, si les hypertextiles se développent !

http://www.beau-sein.com/wp-content/uploads/670855089.jpg

 

LA MINI-JUPE "CHARLIE"

A défaut de string seins nus on a aussi le port de la mini-jupe comme liberté au temps de la valorisation des tenues hypertextiles par les intégristes juifs haredim et musulmans.

En Algérie la jupe courte est une pratique-critique du sexoséparatisme.

les inrocKs Style // “Trop courte, ma jupe ?” Les Algériennes dévoilent leurs jambes – #inRocKsStyle

En Algérie aussi !

“Trop courte, ma jupe ?” Les Algériennes dévoilent leurs jambes

Une étudiante algérienne s’est vu refuser l’entrée à un examen parce qu’elle portait une jupe au-dessus du genou. Un mouvement de protestation s’est constitué sur...

STYLE.LESINROCKS.COM|PAR LES INROCKUPTIBLES 

http://style.lesinrocks.com/2015/05/19/trop-courte-ma-jupe-les-algeriennes-devoilent-leurs-jambes/

 

Voici la polémique de la jupe courte en Algérie. Le 9 mai dernier, une étudiante en droit s'est vu refuser l'entrée à un examen car sa jupe arrivait au-dessus des genoux. Résultat : par dizaines les internautes postent des photos de leurs jambes en signe de résistance.

 

Christian DELARUE

 

QUESTION TEXTILE 

La question "textile" et la répression-discrimination des extrêmes.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/250415/la-question-textile-et-la-repression-discrimination-des-extremes 

 

Ni voilophobie ni stringophobie, relativisme culturel dans le vêtement.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/170415/ni-voilophobie-ni-stringophobie-relativisme-culturel-dans-le-vetement

 

TEXTILES ou non : Pour une société civile inclusive

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/130415/textiles-ou-non-pour-une-societe-civile-inclusive

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.