20% d'en-haut aisés et peuple social 80% en-dessous - I.

20% d'en-haut aisés et peuple social 80% en-dessous (I) soit 1/5 ème de la population en privilège de revenu mensuel (qui n'en a jamais assez)

20% d'en-haut aisés et peuple social 80% en-dessous (I)

 

XX

1% d'en-haut des classes dominantes et peuple-classe 99% en-dessous maintenu comme la summa divisio classiste. 

Il ne faut pas confondre les classes sociales dominantes au sein du 1% d'en-haut et les classes sociales d'appui qui sont potentiellement situées surtout dans les 20% d'en haut. Mais ce n'est ni mécanique (heureusement) ni suffisant (les appuis des puissants se trouvent à tous les étages de l'immeuble France) !

 

Sous le 1 % des très riches (lui même hétérogène tant horizontalement que verticalement) on a le "peuple-classe" ( des 99%) et il convient de conserver la barre classiste mais il faut ajouter que sous les 10% (décile d'en-haut) ou même sous les 20 % d'en-haut (soit les épargnants aisés de Louis Maurin) on a un "peuple social" qui lui épuise peu ou prou son salaire en fin de mois, selon la position dans les étages de la hiérarchie sociale et économique ! 

 

XX

ENCORE PLUS - Louis Maurin

Le livre - fort intéressant (1) - ENCORE PLUS de Louis Maurin sous titré "Enquête sur ces privilégiés qui n'en n'ont jamais assez" (Plon 2021) a la particularité d'étendre le champ des classes sociales aisées : autrement dit pas que le 1% des riches , pas que le 10% des aisés mais tout le 20% d'en-haut soit un ensemble de 1/5 d'en-haut qui a pour spécificité de pouvoir épargner aisément chaque mois et qui forment les classes aisées.

Il me faut alors ressortir et modifier mon vieux schéma de jadis (ci-dessous remis) avec le 1% (et dessous le peuple-classe) et le 10% (et dessous le peuple social) . Ce schéma est visible depuis longtemps sur Le Grand Soir et ailleurs dont ce blog mediapart

peuple-classe peuple social peuple-classe peuple social

https://www.legrandsoir.info/schema-peuple-nation-peuple-classe-peuple-social.html

Mais attention, Louis Maurin ne prend en compte que le revenu mensuel et pas le reste du patrimoine : résidence principale (à soi) ou pas, résidence secondaire, portefeuille d'actions (rentiers du haut du 1%). Or si les riches du 1% disposent d'un contenu patrimonial mobilier et immobilier en plus du revenu mensuel (avec une base minimale à 6700 euros) ce n'est pas nécessairement le cas des gens aisés au-dessus de la barre des 20% (2600 euros par mois) sauf si aisés depuis longtemps et même d'ailleurs juste au dessus de celle des 10% (3400 euros par mois) sauf si aisés depuis plusieurs années.

 

Pourquoi ? Il faut prendre en compte le système de la carrière (ce qu'il en reste dans le privé et le public) et voir qu'un certain nombre de salariés du privé et du public ne disposent de ces montants de revenus (plus de 2600 euros net mensuel pour une personne et plus de 3400 euros net - tableau page 76) qu'en fin de carrière, sur quelques années, et cette épargne leur est - possiblement - utile pour l'acquisition de leur résidence principale. Certains pour une résidence secondaire si héritage ou salaire à plus de 3000 euros depuis longtemps, pas seulement quelques années avant la retraite.

Il ne s'agit pas pour autant de refuser l'impôt comme le laisse entendre une certaine critique de Louis Maurin, contre ceux qui ne visent que le 1% riche seulement (ce que je fais souvent). Le 1% doit payer plus d'impôts c'est certain, et notamment ne pas échapper aux prélèvements de différentes façons mais dire cela n'implique pas un refus de contribution selon les capacités contributives des autres classes aisées.

Christian Delarue

1) Le chapitre sur l'hypocrisie française est fort juste ! Et l'introduction qui part de son indignation m'a plu, ce qui ne sera pas le cas de tous et toutes ! On reviendra sur ce livre.

Epargner ce n'est pas être bourgeois - Christian Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/Epargner-ce-n-est-pas-etre-bourgeois

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.