christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1742 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2022

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Marxo-populisme d'émancipation du peuple-classe

MARXO-POPULISME PRO-EMANCIPATION DU PEUPLE-CLASSE

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MARXO-POPULISME PRO-EMANCIPATION DU PEUPLE-CLASSE

Deux modèles qui se cherchent (pas de corpus ou doctrine nettement figée, aboutie) émergent : Un populisme marxiste au sein de la FI d'une part mais aussi un marxo-populisme altermondialiste de mobilisation des peuples vers une alternative.

1%peuple-classe © PR@CD

La question du populisme est stratégique car il pose la question de l’émancipation sociale des 99% dans toutes ses composantes, vers une alternative de société de type écosocialisme tandis que la question des alliances est tactique et dépend du contexte.

Combiner marxisme (lutte de classe) et populisme (lutte du peuple) n’est pas simple mais après tout on a bien pu théoriser jadis un freudo-marxisme plus complexe encore donc pourquoi pas un marxo-populisme. On a eu aussi un darwino-marxisme ou son inverse un marxisme darwinien. Faisons donc court ici.

Le populisme de gauche est défini en six points dés le début du livre "Le populisme de gauche" de Manuel Cervera-Marzal (sorti en 2021 à La Découverte) 

Ces 6 points sont repris ici largement mais avec des ajouts personnels :

1) La critique du néolibéralisme, du productivisme et toutes formes de discriminations jusqu’à la promotion de l’éco-socialisme

2) Il retraduit le clivage droite-gauche en clivage peuple-oligarchie ou peuple-classe contre classe dominante dans une perspective d’émancipation.

3) Il se dote d’un leader charismatique apte à incarner toutes les composantes du peuple-classe des plus pauvres aux plus aisées hors le 1%. JLM évoque d’ailleurs volontiers la classe ouvrière même s’il parle aussi aux autres infirmières, enseignantes, du public.

4) Il s’appuie sur les mobilisations sociales en leur offrant un prolongement au sein des institutions étatiques

5) Il réinvesti les signifiants accaparés par la droite : la nation, l’ordre, la souveraineté.

Ce dernier point fait d’ailleurs souvent problème vu de gauche tant pour JLM que pour Roussel. Le drapeau BBR ne signifie nullement abandon du drapeau rouge du communisme ni de l’Internationale mais une combinaison des deux symboles et des deux signifiants. Mais surfer sur l'identitaire ou le "communautarisme national" est jugé dangereux par certain-es à gauche. Mieux vaut prendre ses distances sur ce point.

L’idée de leader charismatique est aussi contestée par les plus militant-es qui n’ont pas besoin d’incarnation. Mais la base apprécie ce rôle de JLM. Pour d’autres ce sont les mesures antilibérales proches d’un anticapitalisme qui susciteront rejet.

Le marxo-populisme de la FI se calerait entre marxisme des néo-trotskismes (NPA et autres) et social-démocratie complètement « décaféiné » (MCM dixit)

Le marxo-populisme est moins orthodoxe que le marxisme classique et il diffère du populisme de gauche en étant moins identitaire. Il intègre aussi plus les autres formes d'émancipation.

Christian Delarue

Classes et strates

courbe prelev © CGT Fin Ch DLR ufr

De façon orthodoxe « Les classes se définissent non pas par le niveau de revenu des individus qui en relèvent ni par le type d’activité qui est le leur, mais par le rapport qu’elles entretiennent avec les moyens de la production sociale. » (Stéphano Petrucciani - 1). Là dans le marxo-populisme on combine classes et strates ! On a donc des petits patrons comme des gros et surtout des très gros. Idem pour le salariat qui a son échelon de commandement à hauts revenus ! Et ce n'est évidemment pas sans enjeu. D'autant que la propriété de l'entreprise a évoluée avec sa financiarisation et sa cotation en bourse. Le marxo-populisme intégre l'aspect accumulation de richesse en plus du facteur exploitation de la force de travail.

Mais c’est toujours le rapport social de production qui ordonne les classes en conflits : ceux propriétaire d’usine ou d’entreprise ou ceux simplement mandataire de gestion d’un côté ni sont pas ordinairement au même niveau de richesse que de l’autre côté - en face - ceux et celles qui vendent leur force de travail pour vivre ! On trouve des cadres salariés a plus de 10000€ par mois et ce n'est pas sans importance. On va trouver des petits patrons à 3000€ par mois et ils poseront les problèmes différemment que le MEDEF.

1) Le concept de classe dominante dans la théorie politique marxiste

https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2016-2-page-12.htm

2) Pour Jacques Bidet on doit parler de classes dominantes au pluriel

https://www.cairn.info/eux-et-nous--9782841748839-page-19.htm 

car non seulement elle est stratifiée horizontalement mais surtout elle est clivée en deux branches verticales, l'une proprement capitaliste et l'autre de gestion de capital les DRH du capitalisme (pour reprendre une expression récente. On pourrait négocier plus avec une branche qu'avec l'autre. Pour moi, le conditionnel est de rigueur . Ne pas se faire trop d'illusion est préférable. "Entreprendre pour espérer , persévérer pour réussir" mais par en-bas et pour en-bas. Et si "çà fait nation" par excroissance des luttes alors c'est que les classes dominantes cèdent sur leurs pouvoirs de classe !

3) Gilens Martin et les 10% (cité par Stephane Petrucciani dans une recherche ci-dessus sur la classe dominante):

Le chercheur américain Martin Gilens a montré, grâce à une riche documentation, que, dans le cas des États-Unis, les politiques publiques sont généralement beaucoup plus en phase avec les préférences du 10 % des plus riches de la population qu’ils ne le sont avec les 90 % restants : « le gouvernement américain répond certes aux préférences du public, mais sa réactivité est particulièrement sensible à l’appel des citoyens les plus riches. En réalité, la plupart du temps, les préférences de la grande majorité des Américains semblent n’avoir pratiquement aucun impact sur ce qu’un gouvernement peut choisir de faire ou de ne pas faire .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi