Reconnaissance d'une notion : peuple-classe 99%.

La vertu critique de la notion de "peuple-classe des 99% d'en bas" (People class 99% ou people 99%) montre une oligarchie et un groupe d'en-haut - le 1% - qui accapare la démocratie et menace la cohésion sociale par l'accroissement des inégalités sociales.

La notion de peuple-classe a évidemment été dénigrée, bêtement souvent (elle ne serait pas compatible avec le marxisme) par certains, férocement surtout (pour viser aussi son principal défenseur) par les mêmes et d’autres. Elle a été ignorée par ceux qui pourtant parlaient des 99%. Mais elle perdure car elle montre un enjeu, un problème et secondairement elle indique une tache.

C'est souvent plus le chiffre de 1% qui est discuté que celui de 99%, qui lui semble bien stabilisé quoiqu'on puisse dire du format de ceux d'en-haut. Que l'on pointe le minuscule 0,01 seulement (très insuffisant) ou tout le 1% d'en-haut, il n'en demeure pas moins que le peuple des "sans pouvoirs" reste largement formaté à 99% d'en-bas. Mais ce n'est pas ce chiffre qui définit d'abord le peuple-classe. Il s'agit juste d'une indication.

XX

Aujourd’hui cette notion de peuple-classe 99% semble être enfin reconnue. Il convient de le souligner. Comme j’en suis le promoteur il me revient de pointer les récents intervenants qui ont soit usé (de), soit étudié ce concept de peuple-classe.

Il y avait déjà eu le texte de Joel Martine intitulé « Le peuple-classe comme travailleur collectif dans l’économie-monde et dans la transition éco-socialiste » (1) a s’intéresser aux « fondements théoriques et les conséquences politiques du concept de peuple-classe ». Ce texte signalait honnêtement d’emblée que "Pour comprendre notre propos, il faut avoir lu l’article de Christian Delarue qui introduit ce concept, « Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe. Pour lier combat social et solidaire et combat démocratique » (revue Mouvements). (2)

Il y a aussi tout récemment le livre de Nicolas Sersiron « Dette et extractivisme - La résistible ascension d’un duo destructeur » (aux Ed Utopia et CADTM - octobre 2014) qui évoque explicitement le peuple-classe au titre des 99% en rapport d’opposition frontale au 1% et qui cite ma publication de référence dans la revue Mouvements. Cette publication sur Mouvements n’est pas la première puisque l’on trouve sur le site d’ATTAC les toutes premières publications datant de 2008 qui posent les jalons critiques de la notion de peuple sans adjectif. L’idée de nommer une très large fraction de peuple mais pas tout le peuple au sein d’un peuple très englobant (peuple-nation ou peuple démocratico-citoyen ou peuple souverain), englobant - il faut le souligner - surtout vers en-haut l’oligarchie (mais beaucoup moins vers en-bas : les résidents non citoyens) m’est venue fin 2004 et surtout fin mai 2005. Il s’agissait d’évoquer une sorte de peuple social opposé au peuple englobant les dominants et les dominés au plan économico-social . Le terme peuple-classe a été préféré car moins stratificationniste et plus "classiste" à savoir plus en monstration d’une opposition de classe sociale ou ici de "quasi-classe".

Tout aussi récemment, on trouve un texte de Jordi Brahamcha intitulé « Peuple-nation, peuple-classe » (3) qui cite beaucoup plus l’ouvrage collectif « Le peuple existe-t-il ? ». Ce livre collectif (4) discute du peuple-classe sans me citer ni aucun de mes textes. Il ne cite pas plus « Pour le peuple, par le peuple » d’Yves Mény et Yves Surel. Pourtant, sans ces derniers auteurs, qui évoquent le peuple-classe comme bas-peuple au XIX siècle, je n’aurais pas pu créer le concept de peuple-classe comme fraction large de peuple d'en-bas, (99% étant le chiffre de loin le plus cité). Pas de "production de l'ignorance" en oubliant ces auteurs au profit du seul peuple-classe pour peuple juif.

Fraction large de peuple d'en-bas, je ne cesse de rappeler que ce qui importe c’est surtout le rapport de classe entre la classe bi-céphale dominante et dirigeante et le peuple-classe. Pour l’humanité-classe - autre concept que j’ai créé - le chiffre de 99% contre la Caste peut aussi varier dans le temps en fonction des luttes. Mais peu importe le chiffrage. Lire ici l’ouvrage sur la Caste mondiale et la note de lecture sur amitie-entre-les-peuples.org

Au plan théorique et méthodologique, il y a une critique des mots fétiches à Majuscule - qui prêtent à toutes les manipulations politiques et idéologiques - comme Démocratie, République, Travail, Peuple, Populisme, etc... Il faut questionner les dispositifs surplombants les humains et les rapports sociaux, les dispositifs abstraits magnifiés, fétichisés : Quelle démocratie ? (celle existante, une autre,etc) Quelle République ? (libérale, sociale, socialiste, écosocialiste, etc) Quel peuple ? (ethnique, souverain, democratique, Quel populisme ? (pour le peuple-classe, contre lui, autre chose encore, etc...)

Christian DELARUE

Peuple-classe 99% © CD Peuple-classe 99% © CD

 

 

 

Etudiant en droit à la fin des années 70 (notamment en droit international qui évoque les peuples) et membre du MRAP à la même époque je n'ai pu que réfléchir sur divers plans à cette notion durant ces décennies. Le passage à l'altermondialisme n'a pas effacé le souci des "peuples", bien au contraire, puisque la logique lourde de la mondialisation financière tendait à les soumettre au profit des firmes multinationales. Il a donc fallu préciser cette notion de "peuple" : la droite préfère le (ou les) peuple-nation (car les élites y sont intégrées), une certaine gauche défend le peuple-classe, d'autres opèrent des croisements avec peuple ethnique, etc... L'idée de peuple-classe fut une excellente idée. Evidemment, elle a germé au travers de lectures : Labica avec ses ordres (des classes), Patrick Tort dans Marxisme aujourd'hui, etc. Il fallu surtout la poser à côté de celle peuple-classe concernant les Juifs, notamment par rapprochement avec les 99% des altermondialistes et des Indignés.

 

Notes :

1) Le texte de Joel Martine est ici :
http://blogs.attac.org/groupe-societe-cultures/articles-cultures-anthropologie/article/le-peuple-classe-comme-travailleur

2) Peuple-nation, peuple-classe - J Brahamcha - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/Peuple-nation-peuple-classe-J

3) Texte de référence : Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe.
http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/

mais auparavant en oct 2008 puis fev 2009

Pour une approche du peuple-classe - Attac France
https://france.attac.org/archives/spip.php?article9082

Les frontières du peuple-classe - Attac France
https://france.attac.org/archives/spip.php?article9596

4) Le peuple existe-t-il ? | Michel Wieviorka

 http://wieviorka.hypotheses.org/40

J’évoque Y Surel & Y Meny ainsi que P Tort dans : Une triple critique du peuple : peuple-souverain, peuple-nation, peuple-classe. C Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/Une-triple-critique-du-peuple

D’autres encore : « Le peuple chez Marx, entre prolétariat et nation » par Isabelle Garo ; Histoire : Annie GEFFROY et le peuple-classe ; Evariste, JL Mélenchon et le peuple-classe ; trois contributions sur Amitie-entre-les-peuples.org

Lire aussi :

La vocation des peuples-classe du monde à la souveraineté. C Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/La-vocation-des-peuples-classe-du

Une caste mondiale contre une humanité-classe. Note de Ch Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/Une-caste-mondiale-contre-une

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.