christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1677 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2021

Sportivisation du monde avec thatchérisation du monde.

Sportivisation du monde avec thatchérisation du monde.

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sportivisation du monde avec thatchérisation du monde.

Le management quantophrénique, passant du sport à l’entreprise, tend à tout mesurer avec des chiffres et des statistiques pour accroitre performance et productuctivité : le chronomètre est passé du stade à la production marchande et non marchande (services publics) avant le néolibéralisme, mais la « thatchérisation du monde » a démultiplié l’exploitation de la force de travail par l'usage des appareils de statistiques.

xx

Ce que nous nommons « thatchérisation du monde » (cf 1 ) n’est que - pour résumer - logique d’inégalités renforcées entre détenteurs des moyens de production et les salariés qui vendent leur force de travail (physique et intellectuelle) pour vivre, logique de compétitivité renforcée des entreprises capitalistes avec baisse du « cout du travail » afin de faire toujours plus de profit. Renvoi pour la critique.

Les entreprises capitalistes fonctionnent sur le modèle de la performance et de la compétition qui nous vient du sport, lequel sport n’est pas simple activité physique (premier point) . Le sport aurait pu rester dans les stades et les piscines mais c’est là de l’idéalisme car il a fatalement « débordé » de sa sphère de prédilection pour quasiment tout englober, y compris les services publics, y compris une fraction de la vie hors travail, d’ou l’expression de « sportivisation du monde » . La sportivisation est une forme de colonisation du monde vécu, une sorte d’aliénation généralisée sous l’effet de « l’accélération du monde » avec la fameuse devise olympique « plus vite, plus haut, plus fort » . (Au « Citius, Altius, Fortius » on pourrait ajouter « plus loin ») .

Il importe dés lors de régulièrement de se remettre en tête - pour se désintoxiquer, se désaliéner - les éléments de distinction entre simple activité physique et sport afin de se ménager tant que possible « une autre praxis » (cohérence de « l’esprit » et, pour faire praxis, congruence entre esprit et activité corporelle). Si je dis ici « se remettre en tête » c’est qu’il y a eu une époque ou cette critique radicale du sport était plus courante qu’aujourd’hui ou elle est devenue beaucoup plus marginale. Elle accompagnait - avec Jean-Marie Brohm notamment, une critique du capitalisme et de l’entreprise conçue jadis comme lieu d’un rapport social antagonique avant de devenir communauté tournée vers un but commun . Aujourd’hui avec l’altermondialisme on retrouve une critique du capitalisme mais aussi du productivisme, du travaillisme (travailler plus), de l’extractivisme, etc— et il semble attendu que l’on critique aussi d’une part l’effacement progressif de la distinction activité physique - sport et d’autre part la sportivisation de l’ensemble du monde vécu.

L’activité physique permet de sortir de la sédentarité par une mise en mouvement du corps qui n’est pas du sport. On a des activités physiques hors stades normés, de la nage hors piscines mesurées, du marcher-courir libre car hors terrains avec des marquages réguliers et calibrés pour tout compter en logique quantophrénique avec des statistiques informatisées sur ordinateur de poignet . Sortir de chez soi pour faire une ballade à pieds dans le simple souci de vous dégourdir les jambes relève banalement de la simple activité physique. Vous pouvez aussi faire du « marcher-courir » (avec de l’irrégulier en ne copiant pas des « 30-30 » ou autres modalités calibrées de l’entrainement sportif) si vous avez plaisir à courir et pour favoriser une meilleure vascularisation mais sans effort excessif et surtout sans quantophrénie qui est une obsession de la mesure et qui signe une activité sportive qui s’est en outre généralisé quasiment partout, tout comme la logique marchande et celle capitaliste car le chronomètre est passé du stade à l’atelier avec le perfectionnement des statistiques en plus ! La simple activité physique se garde de tout souci de performance soeur jumelle de la compétition , ce double souci s’étant aussi généralisé partout, passant du stade à l’entreprise.

La sportivisation oblige à tout mesurer (quantophrénie) et à se fixer des objectifs d’amélioration constante des performances chiffrées pour « fonctionner au top » (corps-machine ). Pour l’activité physique non sportive il y a juste amélioration de l’aisance à l’effort physique et au plaisir de courir si vous faites du « marcher-courir ». Dans le monde contemporain c’est désaliénant, désintoxiquant, réhabilitant.

Le sport est une praxis différente de la simple activité physique du fait d’une démarche de rentabilisation maximale de l’activité physique (avec ses casses et ses souffrances comme au travail ), via la quantophénie scientifique, en vue de la performance individuelle d’abord puis rapidement de la performance individuelle à la compétition, laquelle implique nécessairement une comparaison avec autrui avec un gagnant valorisé et un perdant dévalorisé et ce même si un discours peut venir atténuer les effets négatifs de cette distinction.

Observons que le système de méritocratie (avec ses classements et ses hiérarchies) dans les champs de l’économique et du social procède aussi de cette logique comparative des performances qui suppose de mesurer, classer et hiérarchiser les qualifications d’une part et les compétences appliquées en situation de travail d’autre part . La sportivisation, dont on donne ici qu’un bref résumé, est sortie des stades pour entrer dans l’entreprise capitaliste et dans le reste de la société sous l’effet de la mondialisation la plus nocive. Elle devrait y retourner ! Et de plus d’autres stades sont à penser : sans gradins et sans public pour le sport spectacle mais c’est là une autre problématique que celle ici abordée.

Christian Delarue

La thatchérisation du monde et l’extrême-droite économique : un trajet vers la ploutocratisation du monde.

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-thatcherisation-du-monde-et-l-extreme-droite-economique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
À travers le monde, des armes « made in France » répriment et tuent
À la veille de la tournée dans le Golfe du président français Emmanuel Macron, du 3 au 4 décembre, les preuves s’accumulent sans émouvoir, au sommet de l’État. Des armes « made in France » participent à la répression politique dans plusieurs pays, au meurtre de civils dans les pires conflits de la planète, au mépris des valeurs et des engagements internationaux de Paris.
par Rachida El Azzouzi
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement