christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1744 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2014

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Nouveaux mots pour de nouvelles situations C Delarue

Mes nouveaux mots pour comprendre et dire de nouvelles situations. Christian DELARUE

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Evolution, changement de situation et nouveaux mots pour le dire.

Parceque un certain militantisme pousse à s'instruire constamment, à remettre en question ce qui a été considéré comme vérité et qui est devenu idéologie.

Parce que j'ai très longtemps répété (et que je le fais encore comme tout militant organise) avant d'inventer, avant de créer totalement ou par reprise.

Parce qu'il a fallu résister et se battre pour créer contre certaines élites qui refusent que l'on pense hors des universités (ou je fus jadis etudiant en droit ).

Ici j'exprime en deux ou trois phrases ce qui est développé ailleurs en de nombreuses pages.

1 - Mots nouveaux et conceptualisation totalement nouvelle :

A) Une première critique concernant certaines pratiques réactionnaires sexistes

- Sexyphobie comme forme spécifique de haine et d'oppression contre les femmes jugées trop peu habillées ou trop féminine : rejet de la peau apparente, des formes féminines, des vêtements féminins, etc. La formule est employée comme grossophobie et maigrophobie. Employée surtout en lien avec les intégrismes religieux imposant l'hypertextile. Cf "campagnes d'hidjabisation" des islamistes et autres intégrismes religieux.

Un cran au-dessus de la sexyphobie on trouve le sexoséparatisme. C'est plus grave.

- Sexoséparatisme ou sexo-séparatisme est un concept se rapportant au discours et à la pratique réelle de certains intégristes religieux d'enfermer les femmes chez elles (réclusion forcée au foyer en version forte - hyperpatriarcat) et aussi, très souvent, sous vêtements hypertextiles (voile et jupe longue en version modeste du terme - point suivant). Mais il peut s'agir, hors des religions (sexoséparatisme laïque) de les empêcher d'accéder à des cénacles réservés (factuellement) aux hommes.

Ces deux formes de sexisme se combinent souvent : le sexoséparatisme impliquant aisément l'imposition de l'hypertextile (voile et robe longue) sexyphobique pour les femmes. 

B) Emergence d'un autre niveau de théorisation 

1) Question "textile" sur tout le "spectre textile" , à propos de l'hypertextile (voile et jupe longue) et de l'hypotextile (string seins nus) , du spectre textile, de la réciprocité textile. Etc

2) Question des formes de patriarcat et de ses contradictions internes.

 Le patriarcat comme pouvoir des hommes dans une société donnée n'est pas figé et hors des processus de luttes. Il subi donc soit des renforcements soit des atteintes, des réductions de son emprise face aux dynamiques pro-égalité

- Hyperpatriarcat ou hyper-patriarcat : En réaction aux conquêtes féministes  qui se sont formalisées dans des lois et pour parties dans des pratiques politiques, sociales et sociétales, est apparu,venant des intégrismes religieux un contre-mouvement (réactionnaire) voulant aller vers un hyperpatriarcat, un patriarcat renforcé. Les féministes considèrent, elles, ordinairement que le patriarcat actuel malgré ses limites est à détruire radicalement.

- Capitalo-patriarcat : composante marchande et capitaliste du patriarcat. 

3) - Concept de double regard sans réductionnisme

Concept de « double police de la tenue » 

http://amitie-entre-les-peuples.org/Concept-de-double-police-de-la-tenue-Christian-DELARUE

C) Concernant l'antiracisme

- Universalisme et binarisme interprétatif, néo-campisme 

 - Antiracisme relié (à d'autres combats) mais avec une base universaliste maintenue

2 - Mots issus de reprise à sens modifié !

Il peut s'agir de mes reprises de mots anciens avec un sens nouveau

- Peuple-classe est une variété de peuple qui, pour moi, s'oppose frontalement à l'oligarchie pour la conquête de sa liberte. Le rapport d'affrontement est plus important que le chiffre en pourcentage ordinairement donne pour le specifier (99% d'en-bas). Mais ce terme a plusieurs sens, plusieurs occurences . Le peuple-classe est une fraction large de peuple qui vient d'une actualisation de la vieille notion de plèbe. C'est donc au depart un peuple social, un peuple d'en-bas plus large que la plèbe (assimilé de nos jours aux 99% d'en-bas), un peuple social national ou continental (les peuples-classe d'Europe) . Ce sens ne se rapporte pas au peuple-classe concernant les juifs (grosso modo assimilé à un peuple transnational de commerçants). La notion de peuple-classe est dynamique puisqu'elle résiste à la lutte de classe menée par l'oligarchie ou par la classe dominante ou par les élites du 1% d'en-haut, qui sont une sorte de "classe d'appui" riche de l'oligarchie encore plus riche .

 - Humanité-classe ou l'humanité d'en-bas, des 99%, contre l'hyperclasse mondiale appelée aussi la Caste.

XX

- Classisme : domination des classes dominantes, de la classe dominante économique mais pas seulement. Implication d'autres groupes du 1% dans l'imposition de politiques de classe. Renvoi à appropriation privée, financiarisation, marchandisation, libéralisation. Au classisme d'en-haut on répond par une convergence des forces contre-hégémoniques d'en-bas.

- Travaillisme se rapporte au durcissement des rapports sociaux au travail mais aussi et surtout - plus précisément - au contre-mouvement historique des dirigeants ou patrons "voulant faire travailler plus" (exploitation de la force de travail au en large du terme en durée voire en intensité) ceux et celles qui travaillent déjà (35H au moins par semaine) au lieu de faire travailler ceux et celles qui ne travaillent pas - pas du tout ou très peu - (alors qu'ils sont en âge de travailler). NB : Ce nouveau sens se distingue de celui visant les rapports syndicats de travailleurs et partis de gauche dits travaillistes dans certaines configurations politiques historiques.

Sur la démocratie face à l'oligarchisation

- Alterdémocratie comme autre chose que la "démocratie réellement existante" qui est dans le paradigme dominant les différentes façons de penser la démocratie dite représentative. Au sein du paradigme classique il est possible soit d'améliorer le jeu démocratique (plus d'intervention populaire) soit de provoquer une régression notemment en pensant en termes de gouvernance ou la délégation à des élites non élues est manifeste. Penser l'alterdémocratie implique un "saut qualitatif", et même une rupture ou du moins un changement de paradigme au plan intellectuel. Souvent, pas toujours, cette pensée critique fait intervenir la sociologie et notion d'oligarchie mais aussi celle de peuple et ses différentes occurences.

- Sous-pénalisation (d'en-haut) et sur-pénalisation (d'en-bas) : Etat pénal hiérarchisé

 - Néantisation comme forme de mépris radical ou d'indignité contre un humain non reconnu comme tel . Ce sens-là n'est pas celui donné par JP Sartre à ce mot !

3 - Théorisation

- La théorie du "double regard" de C Delarue 

Respect, Reconnaissance, Responsabilité.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3245

ou

Le réductionnisme comme mécanisme d’oppression sexiste et/ ou raciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240213/le-reductionnisme-comme-mecanisme-d-oppression-sexiste-et-ou-raciste

Christian Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article5

cf Le français en question

http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/terminologie/fabrique.htm

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES