christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2013

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Eléments sur le sexoséparatisme

Eléments sur le sexoséparatisme

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Théorie et pratiques, formes et contenus.

ELEMENTS SUR LE SEXO-SEPARATISME


http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240913/elements-sur-le-sexoseparatisme

Des femmes peuvent vouloir être entre-soi, pour discuter entre elles, partager des ressentis, des solidarités. Ce point n’est pas ici développé.

Eléments sur l’autre sexoséparatisme, pas celui de féministes.

Le sexoséparatisme entre le sexe féminin et masculin s’oppose à une société ouverte, libre et mixte, entre personnes libres et égales. Ce qui suppose un monde relativement pacifique entre les sexes, entre les ethnies, les nationalités.

cf Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes. http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2239

XX

1 - Le sexoséparatisme plutôt « occidental » mais en voie de généralisation.

celui des hommes dans les conseils d’administration des firmes multinationales. Les femmes y sont absentes. Les « femmes à barbe », l’équivalent des Femen, lutte contre ce type de sexoséparatisme.

Il peut y avoir dans le sport des compétitions séparées des hommes et des femmes mais cela n’est sexoséparatisme que si en dehors de la course les hommes et les femmes doivent vivre séparément.

celui aussi évoqué par Jean-Claude POTTIER : Lire : Intérieur- extérieur ou le sexoséparatisme occidental sur : http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3600

Ces formes de sexoséparatisme accompagnent un patriarcat à dominante « domination marchande et publicitaire ».

XX

2) Le sexoséparatisme lié à un patriarcat à dominante autoritaire.

Il sera évoqué ici le sexoséparatisme à forte composante religieuse qui concerne surtout mais pas exclusivement la façon très couverte d’habiller des femmes, donc leur liberté très réduite en la matière !

a) Il y a le sexoséparatisme maximal des intégristes musulmans.

1- La femme a son domaine chez elle. Elle s’occupe des enfants. Rien d’autres. Elle est le complément du mari qui lui travaille, va dehors, etc...

2 - Elle ne saurait sortir seule, elle doit être tjrs accompagnée d’un homme de la famille, le mari, le frère ou le père.

3 - Le voile doit constamment être porté dehors du matin au soir sans considération de la situation, du climat, etc...

b) Il existe un sexoséparatisme relaché, moins obsédé par une hyper-pudeur et un enfermement à la maison.

Qui est concerné ici ?

Les juifs haredim, les cathos intégristes, les protestants wasp et des athées peuvent l’imposer.

Les athées le font aussi à partir de leur notion de pudeur qu’ils veulent imposer sous forme de honte du corps pour autrui, les femmes surtout.

Cela démarre souvent dans le cadre familial contre les jeunes-filles. Ce n’est pas nécessairement pathologique. Mais cela peut se généraliser par l’insulte ou l’injure contre d’autres femmes. L’insulte et l’injure sont des moyens de restreindre la liberté des femmes.

Il y a aussi ces femmes qui stigmatisent d’autres femmes jugées trop sexy : « tu vas gagner ton second salaire ce soir ! »

Citons le cas de ces députés français qui se sont lâchés contre une écologiste bien connue... Plus du sexisme ordinaire que du sexoséparatisme !

Quelles formes concrètes de ce sexoséparatisme ?

1) la femme est relativement libre de sortir de chez elle le jour, du moins.

2) Elle doit s’habiller de façon couverte et ample mais elle n’est pas voilée. Elle est en manche longue, en jupe longue en-dessous du genoux et avec des habits ras du cou. C’est la tenue tolérée dans les stations touristiques de certains pays musulmans.

Et il n’est pas question de mettre autre chose. Surtout pas d’être un peu sexy, même un jour.

Totalitarisme et autoritarisme se conjugent ici.

Seule exception dans les milieux aisés : la chambre nuptiale ou là les artifices sexy sont autorisés.

Christian DELARUE

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa