christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1744 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2013

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

La critique de la religion, de l’intégrisme religieux et l’infraracisme.

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La critique de la religion, de l’intégrisme religieux et l’infraracisme.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3602

Retour sur l’année 1998, il y a donc 15 ans .

1) Une notion : L’infraracisme

Ce néologisme n’est pas de moi. On me reproche d’en user, de peuple-classe à sexyphobie ou sexoséparatisme en passant par travaillisme. Il arrive pourtant que cela aide à penser, à défaut d’être immédiatement pédagogique et accessible.

L’infraracisme est une expression de Michel Wieviorka, employée dans son ouvrage de 1998 : « Le racisme, une introduction » (La Découverte 1998)

Michel Wieviorka distingue quatre niveaux dans l’expression de l’idéologie raciste. Il y a tout d’abord le stade de l’infraracisme qui s’extériorise sous forme de préjugés et d’opinions diffuses. L’étape suivante est celle d’une manifestation plus cohérente et systématique mais qui reste encore pour l’essentiel éclatée. Jusque là, cela est insupportable mais pas encore trop inquiétant. Cela devient grave lorsque le racisme se concrétise sous la forme d’un mouvement politique structuré. Enfin, ultime forme, celle d’un Etat qui fonde son orientation sur des conceptions ouvertement racistes (tel encore récemment l’apartheid en Afrique du Sud).

2) Une double critique ne devrait pas dépasser le stade de l’infraracisme et même l’éviter.

C’est loin d’être toujours aisé mais c’est possible !

Quelle double critique ? Il y a d’une part la critique de la religion, aussi bien ses textes « sacrés » que ses pratiques ou ses prophètes. Il y a aussi d’autre part la critique de l’intégrisme religieux, celui des diverses religions. Deux registres critiques qui peuvent buter sur les exigences de refus du racisme.

A - La critique de la religion porte, d’un point de vue humaniste athée, soit contre la position de surplomb des religions soit contre ses positions idéologiques (le créationisme par exemple). Il ne s’agit pas ici nécessairement d’une critique de ou des intégrismes. Une telle critique ne vise pas, pour un antiraciste, la personne même des croyants mais la position idéologique précise qu’ils défendent ou le comportement qu’ils adoptent. Critiquer un comportement ce n’est pas diminuer la personne elle-même.

Mais certaines critiques peuvent parfois « naviguer » dans l’infraracisme dans la mesure ou elles peuvent englober des incertitudes qui peuvent apparaitre comme des préjugés ; mais fondamentalement elles n’ont pas vocation à stigmatiser les croyants. Tout humain, même cultivé, même scientifique, a des propos purement idéologiques. Disons que cette critique, pour partie infraraciste, n’est pas faite pour blesser bien qu’elle constitue souvent une riposte et que certains croyants n’apprécient pas forcément l’exercice qui pour eux s’apparente à de la diffamation.

En même temps, des croyants peuvent aussi abuser du terme diffamation pour empêcher toute critique de la religion, alors que les dites religions ne sont surtout pas neutres. Elles agissent, s’expriment, affichent des symboles qui évidemment ne sont pas neutres. Et, sauf totalitarisme, la critique doit normalement pouvoir s’exprimer. Mais il faut éviter le racisme. Façon de parler, d’écrire...

Et là, certaines critiques de la religion peuvent basculer franchement dans le racisme. C’est le cas à chaque fois que la dite critique est non seulement très sévère mais aussi et surtout sert explicitement in fine à déconsidérer, rabaisser tous les croyants de cette religion. C’est ce qui a été reproché à R Redeker comme au clip islamophobe "Fitna" du néerlandais, Geert Wilders.

B - La critique de l’intégrisme.

En 1998, la même année donc que la publication de l’ouvrage de M Wieviorka, Daniel Béresniak publie lui : « Les intégrismes » sous-titré « Idéologie du délire paranoïaque » (Ed J Grancher mars 1998).

L’auteur précise d’abord quelques termes comme intégrisme, fondamentalisme, secte, tradition, monde moderne, etc avant d’étudier l’intégrisme catholique puis protestant, puis juif, puis musulman. Il évoque le sens de « convertir », aimer et user de la force, aimer et être cruel, etc... Il se penche sur l’ordre moral (Mac Mahon 1877), la guerre sainte, l’Opus Déi, etc... Une partie analyse aussi comment les intégristes voient le corps, le méprise, méprise le sexe. Ce qui renvoie ensuite à plusieurs thèmes, le dogmatisme, le fanatisme, l’intolérance, le communautarisme, la pureté, la « peste émotionnelle », la décadence, le totalitarisme, le fascisme.

L’auteur use parfois d’extension de sens du terme « intégrisme » en pointant le dogmatisme et le sectarisme hors du champ religieux et notamment pour le discours et les pratiques de feu les partis communistes staliniens. Mais il n’abuse pas, à raison à mon avis, ce cette extension de sens. Il importe, bien que ce soit tentant parfois d’opérer une transgression avec usage des guillemets, de laisser le terme intégrisme aux dérives autoritaires des religions.

Christian Delarue

Antiraciste MRAP

Cairn.info - Le racisme, une introduction, par Michel Wieviorka 

http://www.cairn.info/le-racisme-une-introduction—9782707128669.htm

Daniel Béresniak. - « La débâcle d’Éros ». Les intégristes religieux sont des frustrés...

http://fr.groups.yahoo.com/group/secret-defense/message/8608

 FITNA, de Geert Wilders, UN FILM ISLAMOPHOBE, ANTI-MUSULMANS ! 

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2713

En 1998 encore :

De Dominique SCHNAPPER , La Relation à l'Autre. Au cœur de la pensée sociologique . (Gallimard NRF/Essais)

Une étude qui articule sociologie de la citoyenneté et sociologie des relations inter-ethniques.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas