CIBLAGE : Egalité face aux religions et face aux intégrismes religieux

CIBLAGE : Egalité face aux religions et face aux intégrismes religieux

CIBLAGE : Egalité face aux religions et face aux intégrismes religieux

Certaines personnalités souhaiteraient que le gouvernement reste, dans sa lutte pour le respect des valeurs républicaines, sur un ciblage relativement précis de l’islamisme tel qu’annoncé initialement par le Président Macron (discours des Mureaux - 1) et abandonne « l’indifférentisme » (terme de Grégor Puppick - 2) actuel (selon lui) qui place, dans son projet de loi contre le séparatisme, toutes les religions sur le même plan.

Nous proposons ici une critique de cette position (qui voudrait avantager le catholicisme mais aussi ne pas distinguer islamisme et islam ), sans se prononcer ici sur le projet du gouvernement, largement critiqué ailleurs.

Dans un Etat de droit fondé sur l’universalisme et le refus des discriminations il apparait normal de procéder ainsi, sans ciblage d’une en particulier, fût-elle à composante politique (islam politique). Le principe d’égalité plaide pour « l’indifférentisme », donc la non discrimination . Si des règles doivent être prises contre certaines pratiques jugées nuisibles des religions, même si une religion les porte plus que d’autres, alors toutes les religions doivent être visées pareillement et en précisant en outre les apologies et les comportements à condamner.

Si ces pratiques jugées nuisibles relèvent plus manifestement d’une fraction intégriste ou fondamentaliste d’une ou plusieurs religions, alors un gouvernement d’un Etat de droit doit viser tous les intégrismes religieux et tous les fondamentalismes religieux. Ici il y a bien d’une part égalité respectée face aux religions qui ne sont pas visées en soi (comme par essence porteuse de mauvaises pratiques) et d’autre part égalité face aux intégrismes religieux ou face aux fondamentalismes car un intégrisme n’est pas plus condamné qu’un autre intégrisme d’une autre religion monothéiste, abrahamique ou non abrahamique (hindouisme, bouddhisme, etc).

De plus, il faut distinguer d’une part le texte des juristes et d’autre part antérieurement les discours politiques qui les annoncent et postérieurement les pratiques administratives qui les appliquent ensuite ou l’universalisme cède place à des types de consignes qui dévoilent les motivations cachées de l’universalisme juridique. Le contexte de 2020 montre que c’est l’islamisme qui est visé et au-delà sa dérive terroriste, pour peu que l’on puisse penser sérieusement que le terrorisme découle d’une interprétation intégriste de l’islam.

Christian Delarue

1) Extrait du discours présidentiel des Mureaux : « Ce à quoi nous devons nous attaquer, c’est le séparatisme islamiste. C’est un projet conscient, théorisé, politico-religieux, qui se concrétise par des écarts répétés avec les valeurs de la République, qui se traduit souvent par la constitution d’une contre-société et dont les manifestations sont la déscolarisation des enfants, le développement de pratiques sportives, culturelles communautarisées qui sont le prétexte pour l’enseignement de principes qui ne sont pas conformes aux lois de la République. C’est l’endoctrinement et par celui-ci, la négation de nos principes, l’égalité entre les femmes et les hommes, la dignité humaine. »

nb : Le discours de M Castex du 9 décembre 2020 continue de faire référence à l‘islamisme radical mais c’est réduit et la religion musulmane est comme les autres religions, hors sujet.
Présentation du projet de loi confortant les principes républicains | Gouvernement.fr
https://www.gouvernement.fr/partage/11944-presentation-du-projet-de-loi-confortant-les-principes-republicains

Présenté le 9 décembre en conseil des ministres et examiné au premier trimestre 2021 au Parlement, le projet de loi devrait s’articuler autour de cinq grands axes : la neutralité dans les services publics et les délégations de service public, le fonctionnement des associations, la lutte contre les discriminations et pratiques dégradantes, la protection de l’enfance avec un renforcement des contrôles des écoles hors contrat et de l’enseignement à la maison et enfin, le fonctionnement et le financement des cultes.

2) Projet de loi contre le séparatisme : pour ne pas stigmatiser l’Islam, l’État renforce son pouvoir sur toutes les religions | Valeurs actuelles
https://www.valeursactuelles.com/politique/projet-de-loi-contre-le-separatisme-pour-ne-pas-stigmatiser-lislam-letat-renforce-son-pouvoir-sur-toutes-les-religions-127651

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.