christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2015

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

CONTRE LA PUBLICITE SEXISTE, contre la prostitution mais pas contre le sexe et le sexy.

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CONTRE LA PUBLICITE SEXISTE, CONTRE LA PROSTITUTION MAIS PAS CONTRE LE SEXE ET LE SEXY.

PREALABLE

Les personnes qui défendent la prostitution se disent "pro-sexe" et nous serions des "coincés du sexe" (pour être poli). Ce qui n'est pas le cas (de tous).

Sur ces questions, je signale qu'ici, dans les positions qui suivent, la personne privée (vie privée) ne tient pas forcément le même discours que la personne publique (le militant). Il y a une différence dans les propos. Par exemple, pour mes textes publics, je remplace souvent le mot "amour" (ou autres petits mots intimes de cet ordre) par celui de "respect" pour tenir compte des autres modes de sexualité moins centrés sur le couple, modes qui forment une alternative, comme la masturbation, à la prostitution. La lutte contre la prostitution est l'un de mes combats pour l'égalité et depuis longtemps.

Le respect est une notion importante dans la "théorie du double regard" contre le réductionnisme (1) : le regard de désir sur un être sexué (concupiscent disent certains) est doublé d'un regard de dignité qui pense aussi à l'humanité de l'autre. 

Je m'exprime aussi car j'ai rencontré des personnes qui pratiquaient "la sexualité de groupe", ce qui diffère largement des personnes qui peuvent en avoir simplement le phantasme mais qui ne le pratiquent pas, jamais. Or ces personnes, hommes ou femmes, ne pratiquaient pas la prostitution. Mais ils avaient une sexualité non orthodoxe quoiqu' hétéronormée souvent (mais comme beaucoup).

QUESTIONS

Jusqu'ou va le féminisme à propos de sexualité? Une réflexion m'est faite que je reproduis : "Est-ce que le féminisme veut tout interdire?" Outre la prostitution et les publicités sexistes?

Il ne faut pas oublier que le féminisme est divisé. Il y a donc des féminismes.

THEMES : 

- Le féminisme est-il par exemple contre le NUDISME? Non sauf celui venant des secteurs intégristes des religions. Est-il contre le SEXY, contre les artifices féminins qui augmentent l'attractivité sexuelle de la femme? Il y a les artifices mobiles (que l'on peut mettre et enlever aisément) et ceux structurels (avec opérations chirurgicales). Là effectivement on trouve de tout et même des positions violentes. Il existe des femmes critiquant les femmes qui s'habillent de façon sexy (selon les autres souvent). Cela va jusqu'à l'insulte ou presque (à peine euphémisée) : "tu vas gagner ton salaire ce soir" ! (Vrai). Ces procédés odieux sont d'autant plus contestables que les femmes sexy peuvent être aussi féministes. Ces dernières aiment être sexy librement, "quand elles veulent comme elles veulent", (selon les circonstances) sans pour autant s'estimer indigne, sans estimer perdre des libertés (bien au contraire), sans vouloir perdre l'égalité avec les hommes. Certaines sont radicalement contre le sexy - surtout le féminisme venant des religions à forte composante sexoséparatiste. De ce fait il existe un autoritarisme intégriste qui ne saurait se réclamer du féminisme qui s'emploie à interdire tout ce qui est sexy : décolletés, bas nylons, talons hauts, etc.... On est là face à une entreprise intégriste de type totalitaire.

- Le féminisme lutte depuis fort longtemps contre les PUBLICITES SEXISTES. Mettre une femme nue devant un pot de yaourt pour le faire vendre est sexiste. Là il n'y a pas division. Ce n'est pas en général le nu en soi qui est contesté, sauf pour certaines qui sont radicalement contre tout ce qui exhibe la femme plus que l'homme et pour quelque motif que ce soit. Il y a donc débat. Certaines admettent les publicités de string, de collants, de chaussures à talons hauts, de sous-vêtements féminins légers ou érotiques ou la femme est peu habillée pour peu que ce soit naturel et que ce soit en lien net avec l'objet à vendre. D'autres non. On débouche là sur un refus de toute publicité marchande.

- La PROSTITUTION fait plus encore objet de débat . Un féminisme milite pour la reconnaissance du "travail du sexe" et un statut pour les "travailleuses du sexe". Un féminisme conteste cette notion : ce n'est pas un travail , c'est du viol, de la location-viol (ou du viol-location dit Joel Martine). Ce féminisme est subdivisé car des abolitionnistes luttent contre la prostitution mais surtout contre le proxénétisme sans viser le "client" alors qu'un autre, plus conséquent (néo-abolitionnistes), vise les proxénètes et "clients" car ces derniers sont des prostituteurs, car ils mettent réellement en oeuvre un pouvoir sexuel assimilable à du viol contre les femmes via l'argent (la location-viol des trois orifices).

- La PORNOGRAPHIE est visée par les féministes au titre de l'assimilation à de la prostitution soit la "location-viol des trois orifices". Le critère n'est donc pas la vue du sexe masculin ou féminin. Ce critère vaut conventionnellement pour l'interdiction aux mineurs. Mais il y a place pour autre chose. Il n'est pas interdit la production de dessins (mangas), de photos ou même certains films pour la masturbation, sauf pour les mineurs, là ou il n'y a pas de prostitution filmée.  Il existe des couples, hétéro ou homo, qui se connaissent et qui travaillent ensemble pour des films. Ce n'est plus de la prostitution filmée. Il y a donc là une fenêtre d'ouverture pour permettre des films de sexe sans oppression des acteurs et actrices.

- Reste à savoir ensuite si il y a HUMILIATION ou pas. L'éjaculation faciale n'est pas une pénétration mais on comprend aisément qu'elle puisse être refusée par des actrices militant pour un "autre porno". Se masturber à la vue de seins, d'un sexe (rasé ou non - féminin ou masculin), de fesses en string, etc... est plus difficile à interdire aux adultes. L'interdire serait empêcher autoritairement toute sexualité de masturbation . Société totalitaire. Mais pour certains la bonne sexualité est faite que de caresses et pas de monstration du corps. On fait alors l'amour exclusivement sous les draps, et sans artifice, comme du temps de la répression de la chair par la religion (celle dominante en France mais pas qu'elle). Il y a là forte entreprise de réduction de la sexualité et de ses plaisirs. Thanatos contre Eros.

 Notes :

1) La théorie du "double regard" de C Delarue 

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-theorie-du-double-regard-de-C

 ou

Le réductionnisme comme mécanisme d'oppression sexiste et/ ou raciste. C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-reductionnisme-comme-mecanisme

NB Artifices structurels de séduction sont plus lourds que ceux simplement conjoncturels : bijoux, chaussures à talons, jupes courtes, bustier moulant, etc...

 Les Inrocks - C'est quoi un "beau" sexe?

http://www.lesinrocks.com/2014/08/17/actualite/societe/cest-beau-sexe-11519558/

S'offusquer de "la disponibilité sexuelle des femmes sexy" ! 

http://amitie-entre-les-peuples.org/S-offusquer-de-la-disponibilite

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre