christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1687 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2015

Pour la promotion d'un peuple-classe multicolore.

Site http://amitie-entre-les-peuples.org/ Pour un autre monde Altermondialiste - Antiraciste - Antisexiste - Laique

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Antiracisme relié à la question sociale : contre le "classisme", le racisme et le sexisme.

Pour la promotion du PEUPLE-CLASSE MULTICOLORE et MULTITEXTILE

ici et partout

Liberté, égalité, adelphité, diversité.

Le peuple-classe résiste ou plus exactement a vocation à résister à l’oligarchie, aux élites dominantes. prédatrices au plan économique, écologique, social et démocratique. Différent de peuple ethnique ou de peuple-nation ou même de peuple démocratico-citoyen ou de toute idée de peuple communautaire évoquant un peuple totalité, le peuple-classe met l’accent par définition d'une part sur une large fraction de peuple d'en-bas et d'autre part sur une idée de relation, de rapport à l’oligarchie et au 1% d'en-haut au temps du néolibéralisme, à l’époque du capitalisme financier mondialisé.

Critique ou opposé à la classe dominante et ses appuis, le peuple-classe multicolore est sans exclusive raciste à l’encontre des « Blancs » mais explicitement inclusif des non Blancs dans un cadre égalitaire. 

I - ALTERMONDIALISTES pour le peuple-classe, hétérogène et multicolore, contre la domination d'en-haut .

D'aucuns regardent le doigt qui montre la lune : le format du peuple-classe peut englober de 98, 9 % ou 99,3 % ou 99, 5%, et cela importe peu. Le 99% est là à titre indicatif et symbolique. Il est simplement bien massivement retenu. L'idée à retenir c'est qu'il s'agit d'une très large fraction de peuple, hommes et femmes, multicolore d'en-bas, qui subit la domination bancaire et financière d'en-haut, (1% ou 0,8% ou 0,5% peu importe).

Deux refus cependant :

Ne pas pointer que le 0,01 % d'en-haut car c'est insuffisant : le très haut encadrement capitaliste a son rôle et ses responsabilités dans la reproduction systèmique de la domination néolibérale. 

Ne pas évoquer à l'inverse un spectre "populaire" trop bas, qui n'englobe pas tous les dominés - hommes et femmes plus les opprimés - et de plus trop inefficace pour gagner . Donc, ne pas se contenter de l'idée est que les classes populaires ce n'est que les 60% d'en-bas. Ce qui montre aisément pour le fisc les "classes moyennes" (là manipulation des élites pro-capitalistes pour les ponctionner) et laisse tranquille les classes dominantes au sein du 1%.

Par contre on peut articuler en s'appuyant sur Thomas Picketty, le peuple social 90% (dont les membres connaissent les fins de mois difficiles et qui subit plus les politiques néolibérales) et le peuple-classe 99% qui est le peuple multicolore appelée à changer la société et l'Etat contre les élites (cf livre de Thierry Brugvin)

Et l'idée de peuple-classe n'annule pas non plus les conflits de classe entre patrons et travailleurs salariés - travailleuses salariées encore plus exploitées. Partout le code du travail est un enjeu d'affrontements de classes entre travail et capital. Mais la conflictualité peuple-classe 99 % contre 1% est d'un autre niveau qui mobilise les altermondialistes. 

II - ALTERMONDIALITES POUR DES RUPTURES CONTRE LE SYSTEME

XX

RUPTURE(S) :

Il y a besoin d'une politique globale alternative anti-systèmique au profit des peuples-classe d'Europe. Le mode de production capitaliste est lourd d'une logique d'accumulation et de forces destructives, beaucoup plus que de constructives. 

La conjonction des ruptures contre les domination fait la rupture antisystèmique. Il n'y a pas à rompre que contre le capitalisme réduit à sa sphère économique voire économico-financière. 

Les ruptures sont : 1) Sociale contre les exploiteurs, les financiers, les banques, le 1%, 2) Démocratique contre l'oligarchie, 3) Sociétale donc antisexiste et antiraciste (cela va ensemble), 4) Ecologique pour les générations futures 5) Géopolitique contre tous les impérialismes. 6) Montée chez les jeunes de l'anti-spécisme.

XX

IMPORTANCE ACTUELLE DE LA DOMINATION BANCAIRE

- Uregence partout d'une politique sociale et fiscale : MOINS pour le 1% d'en-haut, PLUS pour le(s) peuple(s)-classe, surtout le peuple social 90%, surtout les pauvres et les modestes, sans appauvrir les couches moyennes. Les gros riches doivent payer.

- Politique sociale et politique contre les banques et la spéculation financière, les paradis fiscaux, les illégalités, l'opacité : lire le "Livre noir des banques" d'ATTAC et BASTA. Consulter aussi les sites du CADTM, de la Fondation Copernic, du Pôle public bancaire pour les droits.

III - POUR UN PEUPLE-CLASSE MULTICOLORE et MULTITEXTILE :

Quelle mobilisation pour une société inclusive ?

Ce peuple-classe multicolore - pas que référence ici à une pigmentation de la peau noire ou blanche ou basanée - avec ses arabes, ses roms, ses juifs, ses musulmans, ses cathos et ses athées (notamment féministes) subissent aussi l'intégrisme sexoséparatiste mondialisé, celui des juifs haredim ou musulmans autoritaires mais aussi plus caché des cathos "tradis". Sans parler des sexistes-racistes comme Soral.

Le peuple-classe multitextile s'il admet l'hypertextile choisi doit admettre l'hypotextile équivalent soit le string seins nus chez les femmes et les hommes.

Pour une société civile inclusive avec "textiles" et non textiles. C Delarue - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Societe-civile-inclusive-avec 

Il y a un enjeu de mobilisation à repousser les intégrismes avec toutes les composantes de la société civile, athée ou croyante, "nationale" ou simplement résidente. De cette mobilisation germera plus d'inclusivité.

xx

Ce qui reste de positif (avec des limites) de la Nation, c'est grosso modo l'Etat social (services publics, sécurité sociale, etc...) et la laicité. Ce qui est négatif c'est le repli nationaliste et xénophobe. Le FN défend le négatif, le sécuritarisme sans le social. Ce qu'il faut c'est étendre le positif, l'approfondir ici au lieu de le dégrader. Ce qu'il faut c'est étendre les droits sociaux, les principes de Liberté et d'Egalité, la démocratisation vers en-bas (le peuple-classe, c'est aussi les "sans pouvoir") et pas ceux de propriété capitaliste ou de concurrence maximale ou de finance sans contrôle. L'internationalisme des peuples-classe du XXI siècle peut porter ces principes . Il se combine avec l'internationalisme prolétarien de Marx.

L'humanité-classe est hétérogène et muticolore mais forte d'une perspective altermondialisme pour aller vers un universalisme sans domination et une humanité sans "guerre de classes sociales", ce qui ne signifie pas sans conflits.

Christian DELARUE

Antiracisme et peuple-classe pour l'alternative : faire converger un peuple-classe multicolore. C Delarue - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Antiracisme-et-peuple-classe-pour

Socialisme contre une "double impasse" : sortir du capitalisme financier, sortir des intégrismes religieux.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/040415/socialisme-contre-une-double-impasse-sortir-du-capitalisme-financier-sortir-des-integrismes-r

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener