NEF, contrôle de tous et réorientation globale des flux financiers

NEF, contrôle de tous et réorientation globale des flux financiers

 

ATTAC Rennes, lors de son AG annuelle, avait invité M Pinchard, le délégué local de la NEF, qui a longuement développé la définition de cet organisme financier. La plupart des membres présents ont été acquis aux principes mis en pratique avec cohérence par cet organisme. Nous sommes en présence d'un financeur éthique qui soutien de bons projets d'investissement. C'est très positif.
Cependant une question a émergée, qui reste valide. Une banque éthique ne fait pas une alternative politique et économique. On ne saurait se focaliser sur la Nef et "militer pour la Nef" . Deux types d'arguments ont été avancés. 1) Que faire pour que les banques classiques réorientent autrement les flux financiers, qu'elles cessent de spéculer et qu'elles se coupent des marchés financier. Et surtout, plus positivement, qu'elles dirigent l'argent vers les grands secteurs d'intérêt général, vers les macro projets politiques démocratiquement validés qui contrecarrent le développement inégal et combiné du capitalisme. 2) Ce qu'il convient de mettre sous contrôle démocratique se sont toutes les banques et non une seule. On pourrait même aller jusqu'à dire qu'il faudrait avoir possibilité d'intervenir sur les banques dont on n'est pas usager. En ce sens il ne faudrait pas se tromper d'orientation de l'action en ne parlant plus que de la Nef comme si cet organisme financier était LA solution.
Le débat ne s'est pas enclenché sur la nécessité de nationalisations des grandes banques classiques ni sur la constitution d'un pôle public bancaire autour de la Caisse des Dépôts et Consignation ainsi que le propose la CGT Finances publiques. Mais une telle perspective semble bien à la hauteur des enjeux.
Christian Delarue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.