christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2012

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

SOCIETE & MOEURS : Refus des totalitarismes.

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SOCIETE &  MOEURS : Refus des totalitarismes.

Pour un espace en équilibration entre sublimation sévère et désublimation répressive. Il s'agit de sortir de deux violences matérielles, morales et symboliques opposées.http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=29625

La société de l’ordre moral du XIX ème siècle puritain et austère se vit aujourd’hui dans d’autres contrées que l’Occident. Certains pays musulmans n’hésitent pas à porter une dure répression sexo-séparatiste contre les femmes. Ici donc on a, de façon métaphorique, un surmoi sévère et psychorigide.

A l’inverse en Occident, c’est l’alliance entre marché, consommation et libéralisme qui permet les excès d’un tout sexuel débridé notamment en matière de prostitution et de pornographie. Ici un çà qui tend à passer outre le respect humain et la dignité humaine. Les limites sont franchies avec le viol et les autres violences et insultes sexistes.

Entre la rigueur de l’austérité morne et grise de la répression sévère voire autoritaire du corps et de la chair et le laissez faire libertin et oppresseur par défaut de consentements, en matière de mœurs, il y a place pour un espace variable de saine liberté pour les individus. Il ne s’agit pas de prôner l’abstinence ni même une sobriété qui frise l’abstinence mais de plébisciter un espace de tolérance au centre de deux excès opposés, de deux répressions qui se font face l’une en sublimation l’autre en désublimation, et in fine de deux totalitarismes.

Ces deux excès correspondent de plus à deux types d’homme, qui pour être diamétralement opposés, n’aiment ni l’un (hyper sexe façon DSK) ni l’autre (anti-sexe), les femmes. Cela mériterait quelques développements.

De ces quelques lignes, qui pourraient être aisément développées car la matière ne manque pas, on peut tirer une orientation de la critique. La critique de la liberté-jouir ne saurait être maximale en oubliant notre propre monde passé ni le monde actuel ailleurs. On ne saurait tordre le bâton dans l’autre sens par une critique si forte de la désublimation présente qu’elle pourrait trop aisément mener à son contraire. D’autant que son contraire est déjà là.

Il y a en effet de nos jours un retour de la pudibonderie, et surtout du harcèlement sexiste des femmes féminines ou coquettes, y compris par d’autres femmes. Cela ne concerne pas que la jupe. On peut porter une jupe mais avec des collants épais ! Le dress-code "convenable" des répressifs est précis, notamment chez les musulmans sexoséparatistes mais pas seulement. Il en va de même de la hauteur des talons. De telles pratiques viennent d’ailleurs autant des hommes et des femmes. Et les remarques peuvent être blessantes et répétées au point de constituer une forme de harcèlement au travail ou hors travail. Le refus du "bling-bling" ne saurait autoriser son inverse radical et se traduire en refus franc ou masqué des bijoux et des signes de féminité chez l’autre différent. Le refus masqué se traduit par de l’évitement et des remarques sexistes insidieuses.

Ces attaques visent d’abord des femmes mais aussi quoique plus rarement des hommes. Ainsi pour ma part j’ai du subir des remarques sur le fait que je mette en costume alors que je suis simple employé (cat B de la FPE) et de plus à la CGT. Comme si d’être cgtiste devait systématiquement aller avec jean et blouson sauf pour les cadres qui ont eux un dress-code inverse : costard obligé.

Si la diversité est interdite dans certains pays répressifs il peut être limité en Occident. Par des moyens insidieux mais néanmoins répressifs.

Christian DELARUE


Voile islamique et séduction. C Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article298

Un féminisme austère voire sexiste contre la jupe ! - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2267

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar