christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1765 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2021

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

SOUS-BOURGOISIE : Les sous-bourgeois

Vu ce néologisme de "Sous-bourgeoisie"

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SOUS-BOURGOISIE : Les sous-bourgeois

http://amitie-entre-les-peuples.org/SOUS-BOURGOISIE-Les-sous-bourgeois-Christian-Delarue

Néologisme pour "Sous-bourgeoisie". Le terme mérite d'être explicité. Qui sont les sous-bourgeois et les sous-bourgeoises ?

La sous-bourgeoisie : Ce qu'elle n'est pas.

"Petite-bourgeoisie" a lui un sens ancien différent de "en-dessous" pour sous-bourgeoisie et surtout un sens plus marqué par "un ailleurs" dans les rapports sociaux de production car les petits bourgeois ne sont ordinairement ni patrons ni salariés mais indépendants (ailleurs). Les marxistes distinguent ancienne et nouvelle petite-bourgeoisie (1). Le sens a évolué (2).

La sous-bourgeoisie : Ce qu'elle est :

Sous-bourgeois sont ceux et celles placé-es (dans la hiérarchie des revenus et non en référence aux rapports sociaux de production) au-dessus des prolétaires, entendus ici comme celles et ceux qui épuisent, dans la sphère de la circulation marchande (rapport de solvabilité face aux marchés), leur salaire ou traitement dans le mois.

Ils sont les 19% d'en-haut SOUS le 1% et c'est ce qui les définit comme sous-bourgeois . Ils forment les classes sociales aisées dites ici sous-bourgeoises, car placées immédiatement sous les classes dominantes riches du 1%. Le niveau des 20% d'en-haut débute à 2600€ par mois pour une personne seule (cf livre récent "Encore plus" de Maurin), ce qui n'est certes pas grandiose en terme de capacité d'épargne rapide mais néanmoins confortable et sans fin de mois difficile, sauf exception. Les 20% d'en-haut vivent ordinairement (toujours des exceptions) dans de bons logements soit comme propriétaire soit comme locataire pouvant payer des loyers élevés. Et plus on monte en revenus perçus et épargnés et plus les résidences secondaires apparaissent.

La sous-bourgeoisie travaille dans le public ou le privé (production de valeur d'échange et-ou de valeur d'usage ) ou est indépendante, tout comme le reste de la population des 80% d'en-bas mais elle est mieux payée. Elle subie donc nettement moins l'exploitation de sa force de travail (le classisme du capitalisme) car elle reçoit des avantages divers en s'approchant du 1% et elle ne forme pas une classe sociale homogène au plan de l'idéologie politique (de droite ou de gauche ou -- ) bien que souvent considérée comme "classe d'appui" (vu texte récent en ce sens de Frédéric Lordon pour les 10% d'en-haut sur le site Le Grand Soir - 3) pour la bourgeoisie, pour la classe dominante (elle-même bi-céphale et hiérarchisée)

Les sous-bourgeois sont dans le peuple-classe sous le 1% mais peuvent être souvent le bras armé du capital en terme de relai des politiques classistes (qui imposent une domination de classe ) de la bourgeoisie. Il y a à comprendre ici la notion plus large de « classe d’appui », soit la classe sociale de soutien de la classe dominante.

La bourgeoisie comme classe dominante en soi et pour soi

"La classe bourgeoise est la classe dirigeante dans notre système capitaliste. Elle cumule direction du travail via les entreprises, direction de l’Etat et direction des médias. Cette classe sociale regroupe les personnes qui possèdent les moyens de production et leur famille. C’est-à-dire, tous ceux qui ont du patrimoine financier et immobilier productif : posséder des logements que l’on loue à d’autres, et pas simplement posséder son propre logement. Mais aussi posséder un nombre d’actions conséquent qui nous donne une place dans les orientations stratégiques d’une ou plusieurs entreprises."

extrait de : https://www.frustrationmagazine.fr/definition-bourgeois/

Mon point de vue est un peu différent de celui de Frustration 

Christian Delarue

Anticlassiste, antiraciste, antisexiste, etc 

1) Chez Nicos Poulantzas il existe une "petite-bourgeoisie d'Etat" qui a le statut de « classe-tenant des appareils d’État », ce qui se rapporte aujourd'hui aux cadres supérieurs de la fonction publique, dit A+,  en France.

2) Les trois types de petite-bourgeoisie (en sept 2011)

(avec des commentaires critiques de feu Michel Lequenne, marxiste LCR décédé depuis)

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/150911/les-trois-types-de-petite-bourgeoisie

3) Extrait de F Lordon qui pose lui une oligarchie et les 10% en soutien :

"Le problème n’est pas, n’a jamais été les « 1 % ». Au reste si vraiment on voulait cerner la grande richesse qui fait les oligarchies, il faudrait plutôt aller chercher du côté des 0,01 % voire des 0,001 %. Non, le problème — le verrou politique — ce sont les 10 %. Les 10 % qui, ne souffrant de rien, sans être richissimes, « y » croient dur comme fer. Adhèrent à tous les énoncés de l’hégémonie, les répandent comme évidences autour d’eux, s’interloquent qu’on ne les partage pas. Une sociologie plus polémique que scientifique des 10 % dirait : c’est la classe nuisible — tout en postures, à célébrer au nom d’abstractions avantageuses (la mondialisation contre le repli, l’Europe contre les nationalismes, l’ouverture contre la fermeture) des transformations qui détruisent les autres classes. Une économie politique sérieuse (celle de Bruno Amable et Stefano Palombarini) dirait : c’est le bloc bourgeois.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot