ISLAM - ISRAËL : Conférences en France fin 2010, début 2011, celle autorisée et celle interdite, une inversion des normes.

ISLAM - ISRAËL : Conférences en France fin 2010, début 2011, celle autorisée et celle interdite, une inversion des normes.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1508

A l’heure des combats pour les libertés en Tunisie et en Egypte, le CRIF se vante d’avoir réussi à interdire une conférence-débat tout à fait légale dans un pays démocratique. Au regard de la situation de ces derniers mois, nous sommes devant une contradiction car d’un côté on sait que la rencontre sur "l’islamisation de nos pays" a bien pu se tenir à la mi-décembre 2010 alors que d’un autre côté c’est une conférence-débat critique d’Israel qui a été interdite à la mi-janvier 2011 .

En effet, la rencontre initiée par Riposte laïque, le Bloc identitaire et d’autres n’emportait pas seulement une simple critique académique de l’islam comme religion suivie d’une critique éventuelle des intégristes mais une stigmatisation globale de tous les musulmans. Des propos expressément racistes y furent tenus (voir communiqué MRAP). Cela n’est évidemment pas le cas de ceux qui critiquent la colonisation d’Israel et qui ne sont nullement antisémites et judéophobes. L’interdiction ne s’est pas appliquée à la bonne conférence ! C’est quand même un problème à soulever !

PA Taguieff intellectuel aveuglément servile à l’égard d’Israël se contente de parler d’attitude "israelophobe". Le terme joue sur l’usage du mot "phobie" rattaché à différentes formes de racisme . Il vise à empêcher la critique d’Israël. PA Taguieff ne parle pas de judéophobie ni d’antisémitisme chez les militants BDS. Ce militantisme était donc légal et de plus légitime. Le terme assez flou d’israélophobie pourrait éventuellement se rattacher à une forme de racisme en vertu de la nationalité si les critiques de BDS étaient centrées sur le peuple israélien "ethnique" essentialisé et infériorisé . Cela suppose de viser tous les israéliens juifs et arabes, pacifiques ou guerriers. Ce n’est évidemment pas le cas. C’est bien la politique coloniale d’Israël et les entreprises qui accompagnent cette politique impériale qui sont vivement critiquées tant en France que dans plusieurs autres pays. On sait de plus que si certains israéliens soutiennent bien la politique coloniale de leur gouvernement d’autres sont particulièrement critiques.

Pour les militants BDS c’est l’Etat israélien qui est accusé de ne pas respecter le droit international et d’avoir une politique agressive, guerrière dans les territoires occupés. Des firmes sont complices et actives de cette ignoble politique. Mais l’année 2011 qui voit un vent de libertés démocratiques souffler dans le monde arabe pourrait bien changer la donne en Israel et dans les Territoires palestiniens occupés par Israel.

Retour sur le CRIF et son profil répressif.

En fait le CRIF dévoile son soutien inconditionnel d’Israël et son penchant autoritaire et anti-démocratique dès lors qu’une critique est engagée. Rappelons que dans cette conférence Stéphane Hessel devait le 18 janvier plaider en faveur des militants de BDS (Boycott-Désengagement-Sanction) visant Israël. Tout individu peut légitimement critiquer tel ou tel aspect de cette campagne BDS mais elle ne saurait être interdite. On trouve d’ailleurs des personnes qui n’ont pas approuvé l’intégralité du contenu de cette campagne BDS mais qui estime qu’il n’y a pas lieu de la réprimer et de l’interdire. C’est par exemple le cas d’Esther Benbassa qui avait signé la pétition de soutien des personnes réprimées.

Nous invitons à lire son article sur Rue 89 : Israël-Palestine : le Crif bafoue la liberté d’expression et s’en vante

http://www.rue89.com/passage-benbassa/2011/01/15/israel-palestine-le-crif-bafoue-la-liberte-dexpression-et-sen-vante-1857

Non à la criminalisation du boycott d’Israël : appel

http://www.ipetitions.com/petition/boycottlibertedexpression/

DLR

Vidéo du Meeting de solidarité avec Stéphane Hessel au Panthéon 18/01/2011 sur Youtube

http://www.youtube.com/watch?v=2C-ApT1Q3ls

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.