Christian DUFRECHOU
MILITANT MULTI ACTIVITES
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2021

JOHNNY TUTOIE LES CLIENTS A LA FNAC

Mercredi 27 octobre 2021, il est 18h50, et j’entre à la FNAC pour retirer un coffret CD que j’avais commandé. Ayant reçu un courriel m’annonçant que ma commande était à ma disposition, je pensais avoir le temps de récupérer l’objet. C’était sans compter sur l’efficacité du personnel.

Christian DUFRECHOU
MILITANT MULTI ACTIVITES
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            JOHNNY TUTOIE LES CLIENTS A LA FNAC

 Mercredi 27 octobre 2021, il est 18h50, et j’entre à la FNAC pour retirer un coffret CD que j’avais commandé. Ayant reçu un courriel m’annonçant que ma commande était à ma disposition, je pensais avoir le temps de récupérer l’objet. C’était sans compter sur l’efficacité du personnel.

Arrivé au rayon des disques au deuxième étage je ne vois pas de vendeur. Je vais donc  demander à un autre vendeur au même étage, qui me dit de monter au troisième étage, qui est le rayon des livres mais aussi des retraits de commandes semble-t-il. Je demande à une vendeuse, qui ne trouve pas ma commande, redescend avec moi au deuxième étage et me dit de l’attendre, pendant qu’elle remonte au troisième avec une autre vendeuse.

Fatalement entre temps arrive 19h, heure de la fermeture. Un agent de sécurité, qui fait le tour des rayons pour inviter les derniers clients à sortir, s’adresse à moi. M’inquiétant du temps qui passe, je me dis que si je descends au premier étage je risque de ne pas pouvoir récupérer ma commande et je serai quitte pour revenir le récupérer un autre jour, tout ça parce que le responsable du rayon disque n’a pas laissé ma commande à l’endroit voulu. Je décide de monter au troisième pour aller au devant des vendeuses. L’agent de sécurité, qui était toujours au deuxième, me demande où je vais. Je lui dis que je vais récupérer un disque commandé que deux vendeuses sont en train de chercher au troisième. Il me répond que les disques sont au deuxième, je lui réponds que les retraits sont au troisième. Il n’en sait rien bien sûr, il n’est pas vendeur, il est agent de sécurité. Voyant qu’il n’arrive pas à me faire redescendre, il se met d’un coup à me tutoyer. Son rôle étant de faire sortir les clients, j’imagine qu’il doit avoir la sensation que la situation lui échappe, et se croit autorisé à me tutoyer comme un voyou interrogé par un agent de police. Je lui dis qu’il n’a pas à me tutoyer. J’ai peur que ça dégénère.

Heureusement les deux vendeuses finissent par revenir avec le coffret CD commandé. L’agent dit à ce moment devant les vendeuses « Qu’il se calme, ou je lui en colle une » . L’une des deux vendeuses essaye de lui faire comprendre d’arrêter, en l’appelant par son prénom, « Johnny ». Il s’appelait Johnny, comme le chanteur bien connu, cet agent mal élevé et mal formé qui abusait du pouvoir dû à son métier.

Sachant par expérience que le courrier envoyé à la FNAC restait sans réponse, je décide de faire connaître cette mésaventure dans les medias et les réseaux sociaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann