ELECTIONS MODE D'EMPLOI

Il faudrait peut-être se demander pourquoi on vote pour des candidats qui nous déçoivent une fois élus. Quels sont les critères de choix de vote? Apprendre à comprendre et choisir les programmes

On peut supposer que Macron ne sera pas réélu en 2022, au regard des sondages actuels et de son impopularité record. Mais rien n'est sûr et définitif. Au lieu de s'en prendre aux politiques qu'on a élus, il faudrait peut-être se demander pourquoi on vote pour des candidats qui nous déçoivent une fois élus.

 

Quels sont les critères de choix de vote? Au lieu de juger en fonction de la tête du candidat, de son aspect aimable, de son habillement, de sa façon de parler, je pourrais lire son programme. Du moins le texte publié sur la déclaration de candidature du candidat. Est-ce que je suis d'accord avec ce qui est proposé, du moins ce que j'en ai compris?

 

Plus difficile: est-ce que je pense que le programme sera tenu par le candidat? Il y a les promesses faites en fonction de l'actualité: suite à la volonté d'une entreprise de délocaliser ou de fermer une usine, un local, est-ce que le candidat tiendra sa promesse d'empêcher des licenciements, et s'il fait des démarches, arrivera-t-il à un résultat? Difficile de le garantir.

 

Les français soutiennent, selon les sondages, majoritairement les gilets jaunes, et pourtant ce sont les partis de droite et d'extrême droite qui arrivent en tête des intentions de vote aux prochaines élections européennes. C'est contradictoire. Il y a des choses qu'on peut savoir : la gauche privélégie le social, la droite privélégie l'entreprise. C'est facile à comprendre et à retenir. Par contre l'extrême droite n'a jamais fait de social. C'est même dans un gouvernement d'extrême droite, celui de Pinochet au Chili dans les années 70, que l'économie ultralibérale que nous subissons depuis quarante ans a été testée avant d'être reprise par Reagan et Thatcher et généralisée dans le monde entier . Si on veut du social il faut voter pour des candidats qui en proposent. Si on n'en veut pas on peut continuer de voter comme avant.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.