Colonel…..Fabien, es-tu là ?

Colonel réveilles-toi, Fabien est devenu fou !

       La conférence nationale du Parti Communiste Français a voté en faveur de la candidature de son secrétaire  national, pour les élections présidentielles de 2022 : Fabien Roussel. Un vote des militants, doit cependant avoir lieu, dans les prochains jours.

Il faut sans doute revenir à l’année 1965,  pour comprendre l’absence totale de logique dans ce vote.

En effet, lors de l’élection présidentielle de cette année-là, le PCF n’avait pas présenté de candidat préférant soutenir François Mitterrand, ancien ministre socialiste de la IVème république (il fût 11 fois pourvu d’un marocain, dont celui de l’intérieur pendant la sale guerre d’Algérie),  qui se trouvait par conséquent le candidat de la « gauche unie »….

Or, lors des législatives de 1962, le PCF arrivait largement en tête de la gauche, dépassant les 21%, alors que la SFIO n’atteignait s les 15% des suffrages exprimés. Mais qu’importe, pour les communistes, en 1965, Mitterrand avait  mis De Gaulle en ballotage.

En 1973, lors des élections législatives, le PCF dépassait toujours les 20%, et le Parti Socialiste n’atteignait toujours pas ce score; mais l’attitude des communiste resta la même qu’en 1965 : ils (je devrais dire nous, j’avais adhéré au parti en 1970) soutinrent François Mitterrand dès le premier tour de la présidentielle de 1974.

Mais, il est indispensable de noter que nous avions nous communistes signé avec le PS et les Radicaux de Gauche un programme commun de gouvernement. A l’époque ma naïveté était telle que je croyais, qu’une fois élu, Mitterrand allait appliquer sans faille le contenu de cet accord.

Lors des législatives de 1978, le PCF perd près de 1% des suffrages exprimés, et dans le même temps, le PS gagne plus de 3%...et devient le premier parti de « gauche » !

Par conséquent, nous avions, nous communistes, ouvert un boulevard à François Mitterrand, pour qu’il « écrase » notre candidat Georges Marchais,  lors de la présidentielle de 1981, et accède ainsi à la magistrature suprême: ce sera le cas.

En 1988, les communistes (je n’étais plus membre du parti) présentent André Lajoinie contre Mitterrand sans penser que cela va précipiter la chute du PCF, résultat Lajoinie fera 6,8%. Ce n’est plus un échec électoral, c’est le début de la marginalisation du PCF !

Depuis il y a eu le séisme de 2002 : le PCF présente Robert Hue, qui totalisera 3,37% des suffrages, contribuant avec d’autres candidats marginaux de gauche, à la présence au second tour de Jean Marie Le Pen.

Enfin n’oublions pas l’épisode Marie Georges Buffet qui rassemblera, lors de la présidentielle de 2007, moins de 2% (1,93% exactement) des suffrages exprimés, le PCF est dès lors sorti du paysage politique français.

A noter qu’entre 1965 et 2017, l’extrême droite est passée de 5,2% des suffrages exprimés (score de Tixier Vignancourt en 1965)  à 33,94% avec Marine Le Pen en 2017.

En conclusion, alors que les sondages d’opinion sont alarmants concernant la possible entrée à l’Elysée de Marine Le Pen, en 2022 ; le PCF va présenter Roussel, un nain parmi les nains qui  peuplent, aujourd’hui, la gauche (Montebourg, Jadot, Hidalgo, et j’en oublie)….Une  candidature digne d’un monde où l’illusion est reine !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.