Le scepticisme au XXIème siècle

Nous ne pouvons plus être des sceptiques

Au IVème siècle AV-JC, le philosophe Pyrrhon affirmait "qu'on ne pouvait connaître aucune vérité et qu'il fallait suspendre son jugement". Il est était le fondateur du scepticisme: par conséquent, l'homme ne pouvait juger du bien et du mal, du chaos et de l'ordre, du bon et du mauvais, du beau et du laid….Il fallu attendre le XVIIème siècle, lorsque René Descartes écrit et publie, "Le discours de la méthode", pour croire que "la vérité indubitable" était à la portée du raisonnement humain. Aujourd'hui, nous sommes à l'heure de la pandémie, et il nous est difficile d'être partisan de la doctrine de Pyrrhon. Certains de nos concitoyens fuient leur résidence principale et transportent le virus à la campagne, d'autres appellent la police pour dénoncer leur voisin qui serait peu respectueux du confinement, d'autres encore refusent l'accès au logement, à une infirmière travaillant à l'hôpital. Dans ces cas, il est bien difficile de ne pas voir le côté abject de l'homme. Parallèlement, de nombreux membres du corp médical, n'hésitent pas à risquer leur vie pour sauver celle de leurs patients atteints du coronavirus; de nombreux bénévoles sont au chevets des plus fragiles, des plus démunis face à l'épidémie. Ces derniers sont l'honneur de notre civilisation, de notre république solidaire, l'honneur de l'homme tout simplement. En conséquence, aujourd'hui, le scepticisme n'est plus permis: le bien et le mal existent bien et il nous appartient de juger! Nous sommes devant des actes héroïques des uns, et devant des actes de salauds des autres…..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.