Lettre ouverte à Éric Zemmour,

Vous avez choisi l’insécurité.

Lettre ouverte à Éric Zemmour,

 

     Vous avez choisi l’insécurité comme l’un des thèmes favoris de votre propagande nauséabonde. Pour cela, vous avez présenté, lors d’un pseudo-débat télévisé, une cascade de chiffres concernant les crimes et délits qui seraient vécus par les français comme une sorte de descente aux enfers. Votre raisonnement s’appuie sur des données portant sur une durée courte, et donc non significative d’une réelle évolution. Selon de nombreuses enquêtes de sociologues; il n’y aurait pas plus de délits et de crimes dans la société d’aujourd’hui par rapport à celle d’il y a vingt ou trente ans. Par contre, la multiplication des médias en continu, l’explosion des post de violence sur les réseaux sociaux, ont provoqué un ressenti d’insécurité chez nombre de français. Ainsi, lorsque des sondages sont effectués auprès d’habitants de communes rurales: ces derniers déclarent souvent se sentir en insécurité ; cependant lorsque  l’on consulte les archives de données des gendarmeries en matière de cambriolages, d’agressions physiques, voire de crimes, on constate souvent que les dossiers sont vides : pas de cambriolage, pas d’agression physique, pas de crime, pendant les dix dernières années voir plus. Les habitants de ces communes, confrontés à la réalité des statistiques sur le long terme, répondent invariablement : « Oui, mais c’est à la télé !»  

        Par ailleurs vos arguments fallacieux n’ont qu’un but : inscrire dans l’inconscient collectif l’insécurité comme la conséquence directe d’une immigration massive et non maîtrisée par les politiques. Or encore une fois, la délinquance, la criminalité a toujours été l’avatar d’une société organisée mais imparfaite : au XIXème, XXème, comme au XXIème siècle. Mais pour vous, l’insécurité serait due à la présence, sur notre territoire, de français d’origine étrangère, qui plus est musulmans. Votre délire islamophobe semble vous faire oublier qu’au XIXème comme au XXème siècle, nombres de penseurs d’extrêmes-droite tenaient de semblables propos à l’encontre des juifs. Or aujourd’hui encore, les néofascistes n’hésitent pas à stigmatiser la communauté juive, mais cela ne vous empêche pas de dormir. Enfin, vous méprisez les pauvres : vous voulez des coupes sombres dans les budgets sociaux afin que cela pousse toujours plus le déshérité à tomber dans la transgression, pour s’assurer une survie. Vous êtes un instigateur de guerre civile, un fossoyeur d’une république française fraternelle et solidaire. Vous travaillez pour enrichir les possédants, pas pour enrichir la France !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.