Hommage à un membre du personnel de la clinique St.Luc de Wolué St. Lambert

Si les médias ont écrit sur le triste fait divers de la citoyenne décédée pour n’avoir pas été prise au sérieux par le service des urgences, voici ce qui m’est arrivé, tout l’opposé

J’avais une série de consultations prévues ce jeudi 6 décembre en matinée à la clinique St. Luc près de Bruxelles

Comme je venais de loin, du Tarn et Garonne, j’avais garé mon van la veille pour y dormir dedans et commencer cette journée sans trop de stress

Seulement dans le noir, je n’avais pas vu que la place de parking était boueuse, résultat : mon van était embourbé.

Comme j’étais en face des urgences, j’ai été trouvé un monsieur près des véhicules afin d’avoir de l’aide pour débourber mon van, cela aurait pris cinq minutes sans plus avec un de leur véhicule.

Celui-ci m’a dit de m’adresser à sa collègue qui était au bureau d’accueil

Celle-ci, voyait que je respirais mal, elle m’a demandé ma carte de mutuelle, est revenue avec la feuille d’admission aux urgences et un bracelet d’identification

Elle m’a confirmé que j’avais bien rendez-vous le lendemain MAIS constatant ma difficulté à respirer, elle préfèrerait qu’un médecin me voie de suite

Pour mon van, elle communiquera l’info à son collègue du lendemain.

Quant le médecin m’a fait entrer et m’a demandé ce que j’avais, je l’ai dit que mon van était embourbé en face des urgences et que j’avais besoin d’aide

Et bien, je tenais à informer que des gens travaillant aux urgences ont aussi un côté exceptionnel de conscience professionnelle

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.